European Parliament

Jean Delaunay

La crédibilité des institutions européennes est-elle en jeu ?

Afin d’améliorer la réputation des institutions européennes, un organisme d’éthique interinstitutionnel a été créé et le règlement du Parlement a été modifié. Mais les experts reconnaissent que cela ne suffit pas.

Au cours des deux dernières années, l’Union européenne a été impliquée dans des épisodes remettant en question la démocratie, l’État de droit et les droits fondamentaux.

En 2022, plusieurs membres actuels et anciens du Parlement européen ont été accusés d’être impliqués dans un scandale de corruption pour influence financière, qui aurait impliqué le Qatar, le Maroc et la Mauritanie.

Le parquet fédéral belge a évoqué « d’importantes sommes d’argent » et des « cadeaux substantiels » versés par un pays du Golfe persique dans le but d’influencer les politiques de l’Union européenne.

La police belge a saisi environ 1,5 million d’euros en espèces lors de dizaines de perquisitions dans des maisons et des bureaux et a confisqué des ordinateurs pour éviter la perte de preuves.

La Commission européenne, quant à elle, fait l’objet d’un procès devant le Parlement européen concernant le dégel des fonds destinés à la Hongrie.

Selon le Parlement européen, la Hongrie ne satisfait pas aux normes d’indépendance judiciaire établies dans les traités de l’Union européenne, mais la Commission affirme que le déblocage des fonds était justifié parce que le gouvernement de Budapest avait approuvé en mai de l’année dernière une réforme visant à renforcer le système judiciaire. l’indépendance et atténuer l’ingérence politique dans les tribunaux, conformément aux quatre « super-objectifs » que l’exécutif s’était imposés.

Les députés ont également déploré que l’argent ait reçu le feu vert un jour avant un sommet crucial des dirigeants de l’UE, au cours duquel le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a menacé d’opposer son veto aux accords de soutien à l’Ukraine.

Comment ces problèmes ébranlent-ils la confiance des électeurs européens dans les institutions européennes ?

La crédibilité de l’UE

A l’approche des élections européennes, la crédibilité des institutions européennes est soumise à un contrôle plus strict.

Selon le dernier sondage Eurobaromètre, la deuxième plus grande menace pour la démocratie dans l’ensemble du bloc est la méfiance et le scepticisme croissants à l’égard des institutions démocratiques.

Cependant, interrogés sur les institutions dans lesquelles ils ont le plus confiance pour défendre la démocratie dans leur pays, 54 % des personnes interrogées ont sélectionné les institutions européennes, dont la Cour de Justice européenne.

Sondage Eurobaromètre
Sondage Eurobaromètre

Les experts qui examinent de près « le plus grand scandale » de corruption de l’UE et les problèmes juridiques de la Commission s’inquiètent de la détérioration de la réputation de l’UE « aux yeux des électeurs ».

Le directeur de l’organisation non gouvernementale Transparency International EU, Nicholas Aiossa, rappelle également que ces incidents serviront à alimenter un « récit populiste, anti-européen et eurosceptique ».

Alberto Alemanno, professeur de droit européen à HEC Paris, estime que ces problèmes suggèrent que les Européens croient qu’il existe « une culture de l’impunité » au sein de l’UE.

Je constate beaucoup de complaisance au sein de la classe politique européenne, quel que soit l’éventail politique, de droite à gauche, où les candidats aux élections disent: « Eh bien, les citoyens européens ont probablement oublié cela », et je ne crois pas donc. Je pense qu’il y a quelque chose de très profond qui doit être attaché au Qatargate et à plusieurs autres scandales plus ou moins petits, dont les répercussions depuis lors suggèrent qu’il existe une culture de l’impunité au sein des institutions.

Alberto Alemanno

Professeur Jean Monnet de droit européen à HEC Paris

Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Pour tenter d’améliorer la réputation des institutions européennes, la Commission européenne a adopté un organe d’éthique interinstitutionnel.

La nouvelle instance sera composée de représentants des institutions et de cinq experts indépendants, qui devront se mettre d’accord sur les normes à appliquer avant les élections européennes de juin 2024.

Parallèlement, des amendements au règlement du Parlement ont également été adoptés.

Dans un plan de réforme en 14 points, certains des changements incluent l’interdiction pour les députés de dialoguer avec d’anciens députés qui ont quitté le Parlement au cours des six mois précédents, un champ plus large de déclarations obligatoires des députés concernant les réunions avec des tiers et des déclarations obligatoires de actif au début et à la fin de chaque mandat.

Ces mesures ont toutefois été jugées « insatisfaisantes » par les experts et les députés.

Alberto Alemanno affirme que « la leçon n’a pas été retenue », puisque seuls « de petits ajustements » ont été effectués et que les députés européens peuvent continuer à exercer d’autres fonctions.

Je pense qu’ils ont besoin de réformes structurelles robustes en ce qui concerne les régimes éthiques qui régissent la Chambre. Je pense qu’ils doivent avoir des conflits d’intérêts en place. Ils ont besoin d’une surveillance et d’un contrôle indépendants du comportement éthique des députés. Il faut mettre en place des règles de dénonciation plus strictes et un régime de sanctions en cas de non-respect qui ait un effet dissuasif. Et pour l’instant, ils n’en ont pas.

Nicolas Aïossa

Directeur de Transparency International UE

Le professeur à HEC Paris déclare : « Lorsqu’on est député européen, le salaire qu’on reçoit est largement suffisant pour mener une vie digne et exercer sa fonction politique. Si, au contraire, on peut aussi exercer d’autres activités qui peuvent entrer en conflit, alors on créent également une perception de tension entre ces deux fonctions.

Nicholas Aiossa va plus loin et évoque des mesures concrètes pour une « réforme structurelle solide ».

Laisser un commentaire

14 − 9 =