La Corée du Nord applique une loi anti-short - mais cela n'affecte que les femmes

Jean Delaunay

La Corée du Nord applique une loi anti-short – mais cela n’affecte que les femmes

La nation asiatique est bien connue pour ses interdictions, mais l’interdiction des shorts pourrait être la plus étrange à ce jour – surtout pendant une vague de chaleur.

Dans une nouvelle qui serait choquante si elle ne venait pas d’un des pays les plus autoritaires, la Corée du Nord a interdit le port du short.

Pire encore, surtout avec des températures supérieures à 30° Celsius, seules les femmes ont été giflées par la réglementation.

Le « Leader suprême » du pays, Kim Jong-Un, a décrété que le port du short par les femmes équivaut à la « mode capitaliste ».

Mais comment connaissons-nous la dernière règle bizarre de la Corée du Nord, une nation qui est pratiquement en confinement permanent ?

NG HAN GUAN/AP
Les habitants de la Corée du Nord doivent respecter les règles draconiennes du pays et se fondre à tout moment

Radio Free Asia, un service de diffusion qui vise à faire la lumière sur la propagande diffusée par les pays totalitaires, a interviewé un habitant anonyme.

Bien que le régime en Corée du Nord exige une loyauté totale envers Jong-Un, un « sujet » a déclaré à la station de radio que 10 femmes avaient été arrêtées dans le pays, simplement pour avoir porté des pantalons au-dessus du genou.

« Ils ont dû écrire une déclaration d’autocritique et signer un document disant qu’ils s’exposeraient à des conséquences juridiques s’ils étaient à nouveau surpris en train de porter des shorts », a expliqué la source anonyme, ajoutant : « Beaucoup de femmes se plaignent, demandant pourquoi les hommes peuvent porter des shorts et les femmes ne peuvent pas. Ils disent que les autorités nous discriminent ».

L’interdiction des shorts est une nouvelle partie d’une loi adoptée en 2020, avec l’intention de mettre un terme au soi-disant «comportement antisocialiste».

David Guttenfelder/AP
Surveillance constante : des femmes policières se tiennent dans une rue de Pyongyang

Ce n’est pas la première règle qui fait sourciller en Corée du Nord, notamment en ce qui concerne le déséquilibre sexiste.

Plus tôt en août, Radio Free Asia a rapporté qu’une interdiction de fumer en public était réservée aux femmes. Kim Jong-Un lui-même est connu pour être un fumeur, mais cela ne l’a pas empêché d’imposer des amendes aux résidentes.

À l’époque, un habitant du nord de Pyongan a révélé que deux femmes avaient été condamnées à une amende pour avoir fumé à l’extérieur pendant qu’elles mangeaient et avaient été averties que si elles se faisaient encore prendre, elles pourraient être emprisonnées dans un centre de travail disciplinaire pendant un mois.

L’interdiction des shorts n’est pas non plus la première interdiction basée sur les vêtements observée ces derniers temps en Corée du Nord.

L’année dernière encore, des femmes ont été condamnées pour avoir porté des « modes capitalistes » – à savoir des pantalons serrés et des cheveux teints.

Dans une vidéo, ces femmes ont été qualifiées de « délinquantes capitalistes » et accusées de porter des « vêtements indécents », interdits par le « style nord-coréen » idéal.

Réglementations et interdictions en dehors de la Corée du Nord

La Corée du Nord n’est pas le seul pays asiatique à avoir étonné les spectateurs du monde entier avec ses règles vestimentaires oppressives.

Au Japon, les figures d’autorité imposent depuis longtemps des réglementations strictes sur ce que les élèves peuvent porter – jusqu’à la couleur de leurs sous-vêtements, la longueur de leurs chaussettes et même les coiffures.

Barbara Alper/Getty Images
Trop de cou en spectacle? L’interdiction de la queue de cheval au Japon nous le ferait croire

Il est interdit aux filles de porter leurs cheveux en queue de cheval car on pense, bizarrement, qu’exposer la nuque pourrait « exciter sexuellement » les étudiants masculins.

C’est une règle draconienne qui existe depuis des décennies. Figurant sur une liste connue sous le nom de buraku kosokuil siège en plus des mandats sur la longueur de la jupe, la forme des sourcils et même la couleur des cheveux.

Certaines écoles sont si dures avec ces derniers qu’elles exigent des élèves une preuve photographique de la couleur et de la texture naturelles de leurs cheveux, s’ils ne sont pas strictement noirs et raides.

Les élèves reçoivent rarement une explication pour ces règles bizarres, dont beaucoup semblent être entièrement arbitraires. Certaines écoles qui interdisent les queues de cheval autorisent les coupes de cheveux bob qui exposent une quantité égale du cou, sinon plus.

KAZUHIRO NOGI/AFP via Getty Images
Le Japon applique des règles aux écoliers, notamment l’interdiction des coiffures, de certaines couleurs de sous-vêtements et des jupes jugées «trop courtes»

Buraku kosoku remonte aux années 1870.

Initialement introduites comme une réglementation systématique de l’éducation, les règles sont devenues plus restrictives dans les années 1970 et 1980, apparemment pour lutter contre la violence et les brimades à l’école.

Certains commentateurs suggèrent que les directives ont été mises en place pour s’assurer que personne ne se démarque.

SOPA Images/Getty
Les règles vestimentaires Identikit signifient que personne ne se démarque dans les écoles japonaises

Alors que bon nombre de leurs plaintes tombent dans l’oreille d’un sourd, une règle intrusive a heureusement été abandonnée.

Suite à des plaintes, les écoles ont abandonné l’interdiction des sous-vêtements de toute couleur autre que le blanc. Les élèves peuvent désormais porter des sous-vêtements gris, noirs ou bleu marine – mais on ne sait toujours pas comment cette règle est exigée.

Laisser un commentaire

4 × cinq =