The Eiffel Tower is pictured in Paris, France, Monday, June 17, 2024. (AP Photo/Christophe Ena)

Jean Delaunay

La confiance des consommateurs français chute à l’approche des élections

En juin, les consommateurs se sont inquiétés de l’avenir et de leur niveau de vie, plusieurs d’entre eux s’attendant à pouvoir épargner moins dans un avenir proche.

Les consommateurs français restent prudents et pessimistes à l’approche des élections, selon le nouveau rapport de confiance des consommateurs français pour le mois de juin, publié par l’Insee. Le niveau de confiance s’est établi à 89,5 ce mois-ci, en baisse par rapport à 90,1 en mai et conforme aux attentes des analystes.

Ce chiffre est bien inférieur à la moyenne à long terme de 100, les consommateurs étant particulièrement inquiets de leurs perspectives de niveau de vie, qui a encore baissé en juin, à -50 contre -46 en mai. En outre, le nombre de ménages disposés à effectuer des achats importants en juin a également diminué, à -33 contre -32 en mai.

Les attentes d’inflation ont également augmenté pour atteindre -47 en juin (un chiffre négatif indique une détérioration de la confiance, donc plus le chiffre est bas, plus la confiance est mauvaise), contre -53 le mois précédent. Les consommateurs s’attendent également à pouvoir épargner moins dans un avenir proche, l’indicateur de capacité d’épargne future étant tombé à 7 en juin, contre 11 le mois précédent.

Cependant, les inquiétudes concernant le chômage ont diminué à 25 ce mois-ci contre 27 en mai, tandis que les perspectives concernant la situation financière future étaient plus stables à -13, contre -14 le mois précédent.

Les prochaines élections françaises et l’économie

Même si l’économie française se porte relativement bien ces derniers mois, en ce qui concerne l’inflation et la croissance de l’emploi et par rapport aux autres grandes économies européennes, les consommateurs français restent pessimistes.

Les élections législatives se déroulent en deux tours le 30 juin et le 7 juillet.

La décision du président Emmanuel Macron d’annoncer des élections anticipées a surpris tout le monde, l’incertitude quant à ce qui pourrait se produire provoquant de vives réactions sur les marchés financiers français.

Plus tôt ce mois-ci, l’analyste de marché Piero Cingari a écrit pour L’Observatoire de l’Europe Business : « La crise politique en France, déclenchée par les résultats inattendus des élections européennes, a lourdement pesé sur les marchés européens et provoqué un élargissement des écarts de rendement entre les obligations d’État au sein de la zone euro.  »

De récents sondages indiquent que le parti du Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est toujours en tête auprès des électeurs, tandis que la coalition de gauche du Nouveau Front populaire bénéficie d’un fort soutien parmi les 18-24 ans. Ce scénario suggère un glissement vers les partis extrêmes par rapport aux partis centristes et favorables au marché, la coalition Ensemble du président Emmanuel Macron occupant la troisième place.

Le parti de droite RN est favorable à des lois plus strictes sur l’immigration, à des réductions d’impôts et à une renégociation de sa position au sein de l’UE et de l’OTAN. L’alliance du Nouveau Front populaire, composée des Verts, des Socialistes et des Communistes, cherche à financer les dépenses publiques grâce à des augmentations d’impôts sur les entreprises. Il souhaite également abaisser l’âge de la retraite.

Lilia Peytavin, analyste actions chez Goldman Sachs, a déclaré plus tôt que si le programme 2022 du parti d’extrême droite était mis en œuvre, les réactions des marchés pourraient être sévères. Cependant, elle a également suggéré que les mesures pourraient être plus favorables aux entreprises que prévu, dans la mesure où l’extrême droite viserait à assurer l’élection présidentielle de 2027. Si tel était le cas, les marchés pourraient être positivement surpris.

Suite aux résultats des élections européennes organisées début juin, Pasquale Lodato et Luca Cigognini, analystes du groupe bancaire Intesa Sanpaolo, ont déclaré : « Au niveau européen, même si la majorité sortante conserve le contrôle, la prochaine législature se concentrera non plus sur les questions vertes et numériques. transition vers des thèmes plus industriels et politiques. Nous pouvons anticiper un passage d’une approche libérale à une participation publique plus interventionniste dans l’économie. »

Laisser un commentaire

vingt − quatre =