Gaza Hospita;

Jean Delaunay

La condamnation d’Israël s’accroît suite aux tirs commis lors d’une livraison d’aide alimentaire

Au moins 115 Palestiniens ont été tués et des centaines d’autres blessés, selon le ministère de la Santé de Gaza.

La Turquie s’est jointe à l’Arabie Saoudite, à l’Égypte et à la Jordanie pour condamner les forces israéliennes qui ont tiré sur des Palestiniens désespérément affamés attendant l’arrivée de l’aide.

Le ministère turc des Affaires étrangères a accusé Israël d’utiliser « la famine comme arme de guerre à Gaza ».

Au moins 112 Palestiniens ont été tués et des centaines d’autres blessés, a déclaré le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le groupe militant du Hamas.

Les responsables de la santé ont accusé les troupes israéliennes d’avoir tiré lourdement sur la foule, car plus de 80 pour cent des blessés transportés dans un hôpital avaient été touchés par des tirs.

Les Palestiniens encerclent les camions d’aide dans le nord de Gaza lors de ce que les responsables ont décrit la veille comme la première livraison importante depuis un mois.
Les Palestiniens encerclent les camions d’aide dans le nord de Gaza lors de ce que les responsables ont décrit la veille comme la première livraison importante depuis un mois.

Ils ont d’abord signalé une frappe israélienne contre la foule, mais des témoins ont déclaré plus tard que les troupes israéliennes avaient ouvert le feu alors que les gens retiraient de la farine et des conserves des camions.

Selon Israël, de nombreux morts ont été piétinés lors d’une cohue chaotique pour obtenir de l’aide alimentaire, et ses troupes n’ont tiré que lorsqu’elles se sentaient mises en danger par la foule.

La France, l’Italie, l’Allemagne et les Nations Unies ont demandé une enquête indépendante sur cette attaque.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a également condamné l’incident.

Il a écrit sur X qu’ils avaient été « tués ou blessés alors qu’ils cherchaient une aide vitale ».

Guterres a admis que les civils de Gaza ont besoin d’une « aide urgente » et que l’ONU n’a pas pu atteindre le nord de l’enclave depuis plus d’une semaine.

Le nombre de Palestiniens tués dans la bande de Gaza a dépassé les 30 000 depuis le début de la guerre israélienne contre le Hamas il y a près de cinq mois, après que des militants dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant 1 200 personnes et en prenant environ 250 autres en otages.

Israël a répondu par une offensive cinglante dans la bande de Gaza qui a provoqué une catastrophe humanitaire et une dévastation dans les zones du nord comme la ville de Gaza, qui sont en grande partie coupées du reste du territoire et avec peu d’aide entrante.

Laisser un commentaire

cinq × 3 =