A previous chord change in 2020 on the specially-designed organ which is playing a 639-year version of John Cage

Jean Delaunay

La composition musicale la plus longue de tous les temps change d’accords pour la première fois en deux ans

La pièce, intitulée « As Slow As Possible » par le regretté compositeur américain John Cage, ne se terminera qu’en 2640. Le prochain changement d’accord aura lieu dans 2 ans.

Lorsque quelque chose arrive extrêmement rarement, nous disons souvent « une fois par lune bleue ». Mais autant dire « une fois dans un changement d’accord sur Organ2/ASLSP de John Cage ».

Bien sûr, c’est verbeux. C’est peut-être pour ça que ça n’a jamais collé.

Mais une chose est sûre : la composition musicale, qui a commencé à être jouée dans une ancienne église en Allemagne, est jouée si lentement que tout changement d’accord mineur, qui se produit, eh bien, une fois dans une lune bleue, devient une nouvelle internationale.

C’est ce qui s’est produit hier (lundi 5 février), lorsqu’une nouvelle note a commencé à jouer dans la pièce – le premier changement survenu depuis deux ans.

Voici à quoi cela ressemblait la dernière fois qu’un changement majeur s’est produit – après 7 ans de jeu des mêmes notes. Les foules se sont rassemblées dans la petite église pour assister au changement d’accord, certains achetant leurs billets des années à l’avance.

Le raz-de-marée d’attention n’est qu’un éclair sur le radar pour un spectacle qui se joue déjà depuis 21 ans et qui est censé se poursuivre pendant encore 616 ans.

Initialement écrit pour piano en 1985, Cage a adapté la pièce dans un arrangement pour orgue avant de mourir en 1992. Le compositeur expérimental américain n’a jamais précisé combien de temps la pièce devait être jouée, laissant une seule note énigmatique : « ASLSP », signifiant « aussi lentement que possible ». et doucement que possible.

La plupart de ses représentations ont duré entre 20 et 70 minutes, mais en 2001, la Fondation John Cage Organ de Halberstadt, en Allemagne, a décidé d’aller plus loin, convenant que 639 ans était un délai raisonnable pour honorer les souhaits de Cage.

Ce chiffre est historiquement significatif pour la petite ville allemande : il représente le nombre d’années écoulées depuis la construction du premier orgue gothique à 12 tons au monde à Halberstadt (1361) jusqu’au nouveau millénaire.

Considérations techniques

Alors, comment un morceau peut-il être joué pendant plus d’un demi-millénaire ? Il serait impossible de s’attendre à ce qu’un musicien maintienne les touches enfoncées aussi longtemps, c’est pourquoi l’équipe de Halberstadt a décidé d’utiliser de petits sacs de sable pour maintenir le son.

De petits sacs de sable sont placés sur les touches pour maintenir la même note jusqu'à ce qu'il soit temps de jouer l'accord suivant.
De petits sacs de sable sont placés sur les touches pour maintenir la même note jusqu’à ce qu’il soit temps de jouer l’accord suivant.

L’instrument fait le reste : les orgues peuvent maintenir le son indéfiniment. Cet orgue particulier a été équipé de juste assez de tuyaux pour jouer les touches nécessaires à la composition. Une éolienne électronique maintient la circulation de l’air.

Quant à l’interprétation de la pièce, la première partie a été facile : la composition commence par une courte pause qui, adaptée à la nouvelle durée du marathon, signifiait 17 mois de silence.

À ce jour, seule une poignée de notes ont été jouées dans cette pièce de 8 pages.

L'orgue en bois spécialement conçu ne comporte que le nombre de tuyaux nécessaire pour jouer les notes clairsemées de la composition.
L’orgue en bois spécialement conçu ne comporte que le nombre de tuyaux nécessaire pour jouer les notes clairsemées de la composition.

Poursuivre un héritage musical provocateur

Si quelqu’un pouvait apprécier ce projet expérimental d’orgue vieux de 639 ans, ce serait probablement John Cage.

Le compositeur américain était connu pour repousser les limites de son art bien au-delà de ce avec quoi le public était à l’aise. Sa pièce la plus célèbre s’appelle « 4’33 » – elle demande aux interprètes de s’asseoir silencieusement devant leur instrument pendant 4 minutes et 33 secondes.

La pièce continue de confondre et d’enrager le public qui ne la connaît pas. Certains quittent même les salles de concert en colère lorsqu’ils se rendent compte qu’ils ont payé pour voir un musicien ne pas jouer.

Pour Cage, cependant, cela incarnait sa vision du monde zen, obligeant les membres du public à être plus présents et à vraiment s’engager dans les sons qui les entourent. La pièce est à chaque fois différente, selon le lieu, le public, l’environnement.

Le compositeur américain John Cage à 70 ans à Paris après avoir reçu la plus haute distinction culturelle française - Commandeur des Arts et des Lettres en 1982.
Le compositeur américain John Cage à 70 ans à Paris après avoir reçu la plus haute distinction culturelle française – Commandeur des Arts et des Lettres en 1982.

Plus que tout, peut-être même la musique, Cage aimait les sons.

«J’aime les sons, tels qu’ils sont», a-t-il déclaré avant sa mort. « Et je n’ai pas besoin qu’ils soient autre chose que ce qu’ils sont. Je ne veux pas qu’ils soient psychologiques. Je ne veux pas qu’un son prétende que c’est un seau, ou que c’est le président, ou qu’il est amoureux d’un autre son. Je veux juste que ce soit un son.

En poussant la composition de Cage jusqu’aux limites de la compréhension humaine, le John Cage Organ Project décompose en fait la musique en un son pur, créant des notes qui deviennent une caractéristique de leur environnement.

Au contraire, c’est un hommage approprié à un compositeur qui n’a pas eu peur de briser notre compréhension de ce que peut être la musique.

Le prochain changement d’accord devrait avoir lieu le 5 août 2026, selon le site Internet du projet. Assurez-vous donc de marquer vos calendriers.

Laisser un commentaire

2 × quatre =