Le meilleur économiste américain critiqué pour avoir accepté un emploi dans l'UE

Martin Goujon

La Commission rouvrira le poste d’économiste en chef après le retrait de Scott Morton

La Commission devra soit prolonger le mandat de l’économiste en chef actuel, soit nommer un adjoint à titre intérimaire.

Il est de retour à la planche à dessin de la Commission européenne après que son candidat proposé pour l’économiste en chef de la concurrence se soit retiré sous la critique cinglante.

Fiona Scott Morton, une citoyenne américaine qui a récemment consulté plusieurs entreprises de Big Tech, a écrit ce matin à la vice-présidente exécutive Margrethe Vestager qu’elle n’accepterait pas le poste, « étant donné la controverse politique qui a surgi à cause de la sélection d’un non- européenne pour occuper ce poste. » La Commission subissait des pressions croissantes, notamment de la part du président français Emmanuel Macron, pour revenir sur sa décision.

Avec son cheval préféré hors course, la Commission a rouvert la procédure. « Compte tenu du retrait du Dr Morton, la Commission publiera en temps voulu un nouvel avis de vacance pour le poste d’économiste en chef à la DG Concurrence et mènera une nouvelle procédure de sélection », a déclaré le porte-parole Balazs Ujvari.

Elle n’a guère d’autre choix : la porte-parole de la Commission, Arianna Podestà, a déclaré la semaine dernière qu’il y avait eu « un nombre limité de candidats ». Défendant la nomination devant les députés européens mardi, Vestager a déclaré que seuls quatre candidats répondaient aux exigences du poste, et Scott Morton était le plus fort d’entre eux.

Macron a déclaré mardi qu’il serait « extrêmement inquiétant » s’il n’y avait pas de bons candidats européens pour le poste, mais cela pourrait refléter la procédure plutôt qu’un manque de talents locaux. C’est un secret de polichinelle à Bruxelles depuis plusieurs mois. Scott Morton était le candidat préféré de Vestager.

Plusieurs économistes qualifiés n’ont pas postulé parce qu’ils savaient que Scott Morton était le candidat ayant les meilleures chances d’être nommé, selon deux économistes et un consultant familiers avec la procédure, qui ont obtenu l’anonymat pour s’exprimer librement. Ils pourraient s’appliquer cette fois-ci.

« Si la prochaine fois il n’y a pas plus et de meilleurs candidats, je serai… d’accord avec Macron que nous avons effectivement un problème », a déclaré un haut responsable de l’UE étroitement impliqué dans la procédure de sélection.

« Nous partons de zéro, nous republierons l’offre probablement en septembre. Nous ne sommes pas autorisés à publier en août, sinon nous n’aurions qu’un seul candidat », a déclaré le responsable – faisant référence aux longues vacances d’été au cours desquelles de nombreux candidats potentiels sont susceptibles d’être inaccessibles.

Cela signifie que la date de début prévue du 1er septembre n’est plus probable et que la Commission devra soit prolonger le mandat de Pierre Régibeau, soit nommer un adjoint à titre intérimaire pendant quelques mois.

Septembre est un mois crucial pour la politique de concurrence, la Commission devant désigner des « gardiens » dans le cadre de sa loi sur les marchés numériques : de grandes plateformes en ligne réputées pour avoir un pouvoir de marché exceptionnel qui seront soumises à une réglementation beaucoup plus stricte.

Les partisans et les opposants à la nomination de Scott Morton peuvent désormais s’entendre sur une chose : la procédure opaque pour la nommer et son retrait soudain ont semé le chaos au cœur de Bruxelles.

« Qui va nettoyer le gâchis ? », a tweeté Martin Peitz, un éminent économiste qui avait signé lundi une lettre conjointe disant que la nomination devait être maintenue.

Bram Vranken, chercheur au Corporate Europe Observatory, qui examine le lobbying et s’est opposé à la nomination, a déclaré qu’il s’agissait de la preuve d’un problème systémique. « Malheureusement, la nomination de Fiona Scott Morton ne fait pas exception. Il y a un problème structurel de porte tournante à la DG Concurrence », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe. « Tout cet épisode met en évidence que les processus de conflits d’intérêts de la Commission sont insuffisants. »

Un ancien haut fonctionnaire de la DG COMP, qui a obtenu l’anonymat pour parler librement, a déclaré que certains membres de l’équipe de Vestager estimaient qu’elle s’était fixée trop tôt sur Scott Morton et n’avait pas consulté des collègues qui auraient pu exploiter leurs réseaux pour d’autres candidats qualifiés.

« Habituellement, l’équipe de la DG Concurrence et l’équipe de l’économiste en chef conseillent sur la question et contactent de manière informelle les personnes pour vérifier la disponibilité. Le commissaire n’est pas impliqué jusqu’à la dernière étape, mais cela ne s’est pas produit cette fois », a déclaré le responsable.

Laisser un commentaire

trois × deux =