Didier Reynders, European Commissioner for Justice, said on Monday there was no clear majority in favour of taking the next step of Article 7 against Hungary.

Jean Delaunay

La Commission européenne ne déclenchera pas « l’option nucléaire » contre la Hongrie tant qu’il n’y aura pas une majorité claire en faveur

La Commission européenne ne fera pas avancer l’article 7, la soi-disant option nucléaire, contre la Hongrie en raison de violations des droits fondamentaux tant qu’il n’y aura pas une forte majorité en faveur parmi les États membres.

« Il n’est pas possible pour la Commission de prendre une décision dans le processus », a déclaré lundi après-midi Didier Reynders, le commissaire européen à la Justice.

La Hongrie est soumise à la première phase de l’article 7 depuis 2018 suite au recul démocratique supervisé par le Premier ministre Viktor Orbán, accusé d’affaiblir l’indépendance judiciaire, de perpétuer le clientélisme, de diluer le pluralisme des médias, d’abuser des pouvoirs d’urgence, d’adopter des lois anti-LGBT et d’entraver l’asile. droits.

Bien que sans rapport avec l’État de droit, la décision d’Orbán le mois dernier d’opposer à lui seul son veto à un projet de fonds de 50 milliards d’euros destiné à fournir à l’Ukraine une aide financière à long terme a considérablement accru l’exaspération à Bruxelles, conduisant à des appels à une action énergique. La décision sera rediscutée plus tard jeudi lors d’un sommet extraordinaire aux enjeux élevés.

Dans une résolution cinglante votée au début du mois, le Parlement européen a demandé que l’article 7 passe en deuxième vitesse et conclue à « l’existence d’une violation grave et persistante » des droits fondamentaux en Hongrie. Mais cette nouvelle étape, qui n’a jamais été activée, nécessite une proposition écrite de la Commission européenne ou d’un tiers des Etats membres.

Une fois la proposition déposée, les dirigeants de l’UE pourront procéder à un vote unanime – sans compter le pays accusé – pour déclarer la grave violation de la loi.

« Il n’y a pas de décision au sein de la Commission pour le moment pour déclencher la prochaine étape au titre de l’article 7 », a déclaré Reynders après une réunion des ministres des Affaires européennes à Bruxelles.

« La raison en est très simple », a-t-il ajouté, pointant directement du doigt l’absence de consensus au sein du Conseil.

Même si certains diplomates ont suggéré que l’ambiance en faveur d’un renforcement de l’article 7 était devenue plus favorable à la lumière du veto d’Orbán et de ses exigences « transactionnelles », Reynders a clairement indiqué que l’unanimité requise était encore un scénario lointain.

« Il n’y a rien de pire que de soumettre une proposition et de voir cette proposition rejetée », a déclaré Reynders aux journalistes.

« S’il y a un signal clair au Conseil quant à une éventuelle majorité ou majorité qualifiée, ou à la fin, peut-être pas encore, à l’unanimité pour prendre une décision, la Commission suivra bien sûr la position des Etats membres. »

Le Slovaque Robert Fico, qui avait précédemment exprimé des réserves sur le fonds de 50 milliards d’euros pour l’Ukraine, et l’Italienne Giorgia Meloni, qui a tenté de se positionner en médiateur entre Budapest et Bruxelles, font partie des dirigeants qui pourraient hésiter à faire avancer l’article 7. .

Une fois le « manquement grave et persistant » déterminé, l’article 7 peut conduire à une troisième phase : la suspension des droits d’adhésion, y compris du droit de vote. Priver Orbán de son droit de veto résoudrait l’impasse concernant l’aide à l’Ukraine et fournirait immédiatement à Kiev les liquidités nécessaires pour combler son déficit budgétaire croissant.

Mais transformer la Hongrie en un État membre impuissant et de seconde zone serait une démarche radicale aux conséquences imprévisibles. S’exprimant sous couvert d’anonymat, un haut diplomate européen a déclaré la semaine dernière qu’il serait « inapproprié » de renforcer l’article 7 alors que le bloc s’efforce de trouver une solution entre les 27 pays.

D’autres, cependant, ont exprimé davantage leur irritation.

« Nous espérons vraiment que la voie à suivre passera par une solution à 27 pays mais, bien entendu, toutes les options doivent être sur la table », a déclaré Anders Adlercreutz, ministre finlandais des Affaires européennes, avant de se rendre à la réunion de lundi.

« Nous devons expliquer au peuple hongrois : veulent-ils être ceux qui diront aux Ukrainiens ‘Désolé, nous vous laissons tranquilles et essayons juste de vous aider’ ? Nous ne devons pas oublier notre propre histoire et le fait que nous étions heureux avoir le soutien des autres », a déclaré le Luxembourgeois Xavier Bettel, faisant référence à la libération de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis Budapest, Orbán et ses adjoints ont juré de tenir bon, même si le fait qu’ils aient formulé des demandes en échange de la levée du veto suggère qu’il existe un espace, quoique limité, pour parvenir à une sorte de compromis lors du sommet extraordinaire.

Pendant ce temps, reflétant clairement l’exaspération croissante à Bruxelles, le Financial Times a rapporté l’existence d’un plan « confidentiel » visant à « saboter » l’économie hongroise si Orbán refusait de lever son veto. Le projet présumé gèlerait tous les financements européens destinés à Budapest, déclencherait une ruée sur la monnaie nationale et effrayerait les investisseurs étrangers.

Un haut responsable de l’UE a reconnu l’existence d’un « document factuel » sur l’état de l’économie hongroise rédigé par le secrétariat du Conseil qui « fait une suggestion qui n’est pas conforme au cours des négociations ».

Le ministre hongrois des Affaires européennes, János Bóka, a répliqué en affirmant que « le document, rédigé par des bureaucrates bruxellois, ne fait que confirmer ce que le gouvernement hongrois dit depuis longtemps : l’accès aux fonds européens est utilisé à des fins de chantage politique ».

Laisser un commentaire

8 + six =