French brandy is expected to be mainly targeted by China

Jean Delaunay

La Chine va enquêter sur les importations de brandy de l’UE dans le cadre d’une nouvelle enquête antidumping

La Chine lance une enquête antidumping sur les importations de brandy en provenance de l’Union européenne, une décision qui fait suite à l’enquête commerciale du bloc sur les véhicules électriques chinois.

Le ministère chinois du Commerce a déclaré vendredi que l’enquête faisait suite à des plaintes déposées par l’association nationale des boissons alcoolisées au nom d’une marque nationale.

Une enquête antidumping consiste à déterminer si un pays importe des produits à un prix inférieur à la juste valeur marchande.

Un porte-parole de la Commission européenne a confirmé que l’enquête concernait « des produits spiritueux (communément appelés brandy) dérivés de vins distillés originaires de l’Union européenne ».

« Nous évaluons actuellement les documents que nous avons reçus et interviendrons dans le cadre de l’enquête, le cas échéant, en étroite coopération avec l’industrie européenne concernée », a déclaré le porte-parole de l’exécutif européen pour le commerce, Olof Gill.

Le cognac français devrait être la principale cible de l’enquête. Cette annonce a fait chuter les actions des sociétés françaises de spiritueux telles que Pernod Ricard SA et Rémy Cointreau SA. Toutes deux sont des sociétés mères de marques de cognac populaires, notamment Hennessy, Remy Martin et Martell.

Cette décision est considérée comme une réponse à l’enquête anti-subventions de l’UE sur les véhicules électriques fabriqués en Chine, annoncée lors du discours annuel sur l’état de l’Union de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en octobre.

L’UE craint que les restrictions à l’importation imposées par Pékin et les subventions généreuses accordées aux entreprises basées en Chine ne désavantagent injustement les entreprises européennes, gonflant ainsi l’énorme déficit commercial du bloc avec Pékin.

Les véhicules électriques chinois bon marché ont récemment inondé le marché européen, sous-cotant les prix des producteurs nationaux et représentant une menace existentielle pour l’industrie automobile européenne.

« Les marchés mondiaux sont désormais inondés de voitures électriques chinoises moins chères. Et leur prix est maintenu artificiellement bas grâce à d’énormes subventions publiques. Cela fausse notre marché », a déclaré von der Leyen en octobre. « Et comme nous n’acceptons pas cette distorsion de l’intérieur de notre marché, nous n’acceptons pas celle de l’extérieur. »

La France a été la principale voix parmi les 27 États membres de l’UE en faveur de l’enquête, alors que son principal constructeur automobile national, Renault, a appelé l’Europe à agir en réponse à la concurrence agressive de la Chine.

La réponse chinoise est considérée comme modeste, étant donné que les importations d’alcool de l’UE vers la Chine ne représentent qu’une petite fraction de la valeur des exportations de véhicules électriques de Pékin vers l’UE.

Mais cela marque un développement symbolique dans le conflit commercial en cours entre l’UE et la Chine.

Les dirigeants de l’Union européenne ont réitéré leur avertissement à la Chine selon laquelle elle devrait respecter les règles commerciales lors du sommet UE-Chine en décembre à Pékin.

La présidente von der Leyen a déclaré lors de son voyage que l’UE « ne tolérerait pas que notre base industrielle (de l’UE) soit fragilisée par une concurrence déloyale », mais a également déclaré que les deux parties étaient convenues que les échanges commerciaux entre elles devaient être équilibrés.

Le président chinois Xi Jinping a également exprimé lors du sommet qu’il souhaitait que Pékin et Bruxelles coopèrent en tant que partenaires mutuellement bénéfiques.

Le géant asiatique est le plus grand partenaire commercial de l’UE, avec des échanges de marchandises s’élevant chaque jour à 2,3 milliards d’euros.

Mais les importations de l’UE en provenance de Chine dépassent désormais ses exportations de près de 400 milliards d’euros. Ce déficit a décuplé au cours des 20 dernières années et a doublé au cours des deux dernières années. Selon von der Leyen, « de tels déséquilibres sont tout simplement insoutenables ».

Laisser un commentaire

2 × deux =