La Chine restreint les exportations de deux métaux que l'UE considère comme "stratégiques"

Jean Delaunay

La Chine restreint les exportations de deux métaux que l’UE considère comme « stratégiques »

La Chine a imposé des restrictions sur les exportations de gallium et de germanium, exacerbant les tensions commerciales avec les alliés occidentaux.

Le gallium et le germanium sont des métaux blanc argenté que l’on trouve dans une grande variété d’appareils électroniques, tels que les semi-conducteurs, les smartphones, les capteurs de pression, les transistors et les fibres optiques, ainsi que les panneaux solaires, les objectifs de caméra et les systèmes spatiaux.

Invoquant des « intérêts de sécurité nationale », le ministère chinois du Commerce dit lundi que les entreprises qui ont l’intention de vendre des produits contenant les deux matières visées devraient d’abord obtenir une licence d’exportation.

En pratique, cela signifie que si le gouvernement central refuse de délivrer la licence, l’entreprise se verra carrément interdire d’exporter.

Le gouvernement traitera la marchandise comme un article « à double usage », un terme qui décrit les marchandises qui peuvent être utilisées à des fins commerciales et militaires et qui justifient donc une couche supplémentaire de surveillance.

Les règles s’appliqueront à partir du 1er août, a indiqué le ministère.

Les nouvelles inattendues de Pékin ont mis Bruxelles en état d’alerte, alors qu’elle se trouve au milieu d’une nouvelle poussée pour sevrer l’Union européenne de ses dépendances commerciales.

L’ambition s’est traduite par la loi sur les matières premières critiques, un règlement présenté en mars qui établit des objectifs juridiquement contraignants sur l’extraction, le traitement et le recyclage nationaux des métaux de terres rares « stratégiques ».

Le gallium et le germanium relèvent tous deux de la catégorie « stratégique » car ils sont considérés comme essentiels pour mener à bien la transition verte et numérique du bloc.

Mais parvenir à une plus grande indépendance n’est pas une mince affaire : on estime que la Chine contrôle 80 % de la production de gallium et 60% de celui de germaniumdonnant au pays une position confortablement dominante sur les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Le gallium et le germanium « sont critiques, ils sont essentiels pour notre industrie, notamment pour leur utilisation dans des secteurs stratégiques, et aussi (dans le sens) que nous dépendons d’un seul fournisseur », a déclaré mardi après-midi un porte-parole de la Commission européenne en réaction à La décision de Pékin, notant qu’une analyse interne était en cours.

Le porte-parole a ouvertement mis en doute l’invocation par la Chine de raisons de « sécurité nationale » pour justifier cette décision surprise et a exhorté le pays à fonder sa politique commerciale sur des « considérations de sécurité claires » conformément à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

« La Commission craint que ces restrictions à l’exportation ne soient liées à la nécessité de protéger la paix mondiale ainsi que la stabilité et la mise en œuvre des obligations de non-prolifération de la Chine découlant des traités internationaux », a déclaré le porte-parole.

Le porte-parole a refusé de spéculer sur d’éventuelles contre-mesures.

Le nouveau différend ouvre un nouveau chapitre dans la course technologique de plus en plus féroce qui a opposé les États-Unis, et dans une moindre mesure l’Europe, à la Chine.

Washington veut que ses alliés restreignent fortement, voire interdisent carrément, les composants électroniques avancés liés au marché chinois afin d’empêcher Pékin d’assurer la suprématie technologique mondiale et de défier l’ordre international dirigé par l’Occident.

Les Pays-Bas sont devenus plus tôt cette année le premier pays de l’UE à agir de manière décisive contre la Chine lorsqu’elle a imposé de sévères restrictions aux exportations de machines à semi-conducteurs que la société néerlandaise ASML fabrique en exclusivité.

Les limites, qui ont en partie inspiré la Commission européenne à concevoir son premier stratégie de sécurité économiqueont encore été élargis la semaine dernière.

Pendant ce temps, de plus en plus de reportages dans les médias indiquent que les États-Unis envisagent de nouvelles restrictions sur les exportations vers la Chine de services de cloud computing et de semi-conducteurs d’IA.

La coïncidence des événements suggère que Pékin est prêt à tirer parti de sa domination du marché sur les métaux rares pour riposter contre ce qu’il considère comme les contrôles commerciaux « politisés » giflés par les alliés occidentaux.

Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a nié toute intention de tit-for-tat et a défendu les restrictions sur le gallium et le germanium.

« La Chine s’est toujours engagée à maintenir la sécurité et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales, et a toujours mis en œuvre des mesures de contrôle des exportations équitables, raisonnables et non discriminatoires », a déclaré M. Ning mardi matin.

« Le contrôle des exportations du gouvernement chinois sur les articles concernés conformément à la loi est une pratique internationale courante, et il ne cible aucun pays en particulier. »

Laisser un commentaire

douze + 5 =