FILE - German Chancellor Olaf Scholz, left, meets Chinese President Xi Jinping at the Great Hall of People in Beijing, China, Friday, Nov. 4, 2022.

Jean Delaunay

La chancelière allemande exclut un découplage avec la Chine mais appelle à une coopération de qualité

La visite de trois jours du dirigeant allemand en Chine intervient après que Pékin a qualifié l’UE d’« imprudente » à la suite d’enquêtes visant à déterminer si les subventions publiques confèrent un avantage injuste aux entreprises chinoises.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de se dissocier de la Chine, mais a exigé davantage de progrès vers un meilleur accès des entreprises allemandes à la deuxième économie mondiale.

Scholz effectue une visite de trois jours en Chine pour plaider en faveur de règles du jeu économiques plus équitables.

Ce voyage intervient quelques jours seulement après que lui et le président français Emmanuel Macron ont appelé à un « rééquilibrage » des relations commerciales avec l’Europe.

Le président chinois Xi Jinping a déclaré que l’Allemagne devrait considérer et développer les relations bilatérales dans une perspective stratégique à long terme.

« L’importance de la consolidation et du développement des relations sino-allemandes va bien au-delà du cadre bilatéral et a une grande influence sur le continent eurasien et le reste du monde », a-t-il déclaré.

Actions « imprudentes »

La visite de Scholz arrive sans doute à un moment difficile. La semaine dernière, la Chine a qualifié l’UE d’« imprudente » après avoir lancé une enquête sur les subventions publiques accordées aux fabricants chinois d’éoliennes.

L’enquête examine si les subventions chinoises confèrent aux entreprises d’éoliennes un avantage injuste pour des projets dans cinq pays membres : l’Espagne, la Grèce, la France, la Roumanie et la Bulgarie.

Cette action envoie un signal néfaste au monde, suggérant une discrimination à l’encontre des entreprises chinoises et approuvant le protectionnisme.

Chambre de commerce de Chine auprès de l’UE

Cette enquête a été lancée après des enquêtes similaires sur les fabricants chinois de panneaux solaires et de trains électriques.

« Nous utilisons pleinement les outils dont nous disposons », a déclaré la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager.

« Cette action envoie un signal préjudiciable au monde, suggérant une discrimination à l’encontre des entreprises chinoises et approuvant le protectionnisme », a déclaré la Chambre de commerce de Chine à l’UE.

Croissance économique record

Tout cela se produit alors que la Chine affiche une croissance économique record.

Lors d’une conférence de presse mardi, le Bureau national des statistiques a déclaré que le PIB du premier trimestre 2024 avait augmenté de 5,3 %, atteignant plus de 29 000 milliards de yuans (37 000 milliards d’euros).

Ce chiffre dépasse l’objectif de croissance de 5 % fixé par le Premier ministre chinois Li Qiang en mars, que certains analystes ont qualifié d’« ambitieux ».

Des femmes portant des masques passent devant des grues de construction près du quartier central des affaires de Pékin, le mardi 16 avril 2024.
Des femmes portant des masques passent devant des grues de construction près du quartier central des affaires de Pékin, le mardi 16 avril 2024.

Ces chiffres contrastent fortement avec le début d’année hésitant de l’UE.

Les prévisions intermédiaires d’hiver de la Commission, publiées en février, ont révisé la croissance économique pour 2024 à 0,9 % dans l’UE et à 0,8 % dans la zone euro.

L’économie allemande, quant à elle, est l’une des moins performantes d’Europe, selon l’indice Weil European Distress Index d’avril 2024.

Laisser un commentaire

douze − six =