La Cedeao ordonne le déploiement de la force pour rétablir l'ordre constitutionnel au Niger

Jean Delaunay

La Cedeao ordonne le déploiement de la force pour rétablir l’ordre constitutionnel au Niger

Les dirigeants d’Afrique de l’Ouest ont ordonné le déploiement d’une « force en attente » pour restaurer la démocratie au Niger après le coup d’État.

Le bloc de la CEDEAO en Afrique de l’Ouest a ordonné le déploiement d’une force en attente pour rétablir l’ordre constitutionnel au Niger, alors même que les putschistes disent qu’ils tueront le président déchu si les pays voisins interviennent.

Les dirigeants ouest-africains réunis au Nigeria ont ordonné le déploiement d’une « force en attente » pour restaurer la démocratie au Niger après le coup d’État.

Force de réserve

Mais deux responsables occidentaux ont déclaré à l’Associated Press que les dirigeants de la junte au Niger avaient déclaré à un diplomate américain que le président déchu Mohamed Bazoum serait tué en cas de tentative d’intervention militaire.

Des représentants de la junte ont informé la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland de la menace pesant sur Bazoum lors de sa visite dans le pays cette semaine, a déclaré un responsable militaire occidental, s’exprimant sous couvert d’anonymat en raison de la sensibilité de la situation.

Bazoum, qui a été déposé le 26 juillet, dit qu’il est retenu en otage à sa résidence et les Nations Unies ont exprimé leur inquiétude quant au fait que lui et sa famille n’ont que peu de nourriture et d’eau.

La CEDEAO n’a donné aucun détail sur la composition, le lieu et la date de déploiement proposée pour toute force d’intervention militaire après sa réunion de jeudi dans la capitale nigériane, Abuja.

Clarification

Sollicité pour des éclaircissements, le président de la commission de la Cédéao, Omar Alieu Touray, a déclaré qu’il ne pouvait que réaffirmer les décisions des « autorités militaires de la sous-région de déployer une force en attente de la communauté ».

Le financement avait été discuté et « des mesures appropriées ont été prises », a-t-il dit.

Il a blâmé la junte pour les difficultés causées par les sanctions imposées au Niger et a déclaré que d’autres actions du bloc seraient prises conjointement, et non par un seul pays.

« Ce n’est pas un pays contre un autre pays. La communauté a des instruments auxquels tous les membres ont souscrit », a-t-il déclaré.

Après que la junte ait défié la date limite de dimanche fixée par la CEDEAO pour rétablir Bazoum, les analystes disent que le bloc pourrait manquer d’options alors que le soutien à l’intervention s’estompe.

Réunion à huis clos

Neuf des 11 chefs d’État attendus étaient présents, dont les présidents du Sénégal, du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Bénin, de la Guinée-Bissau et de la Sierra Leone. Les dirigeants non membres de la CEDEAO de la Mauritanie et du Burundi ont également participé à la réunion à huis clos.

« Il est crucial que nous donnions la priorité aux négociations diplomatiques et au dialogue comme fondement de notre approche », a déclaré le président nigérian Bola Ahmed Tinubu, qui préside actuellement le bloc, avant la partie à huis clos de la réunion.

Le Niger était considéré comme le dernier pays de la région du Sahel au sud du désert du Sahara avec lequel les nations occidentales pouvaient s’associer pour contrer la violence djihadiste liée à Al-Qaïda et au groupe État islamique qui a tué des milliers de personnes et déplacé des millions de personnes. La communauté internationale s’efforce de trouver une solution pacifique à la crise de leadership du pays.

« Laissez-moi vous dire que tout coup d’État qui a réussi au-delà de 24 heures est venu pour rester. Donc, dans l’état actuel des choses, ils parlent du point de vue de la force et de l’avantage », a déclaré Oladeinde Ariyo, analyste de la sécurité au Nigeria. « Donc, négocier avec eux devra se faire à leurs conditions. »

Général Abdourahmane Tchiani

Mercredi, une délégation nigériane conduite par l’ancien émir de Kano, Khalifa Muhammad Sanusi, a rencontré le chef de la junte, le général Abdourahmane Tchiani. L’ancien émir était l’une des rares personnes autorisées à rencontrer Tchiani.

Lorsque Nuland a rencontré les putschistes plus tôt cette semaine, elle s’est vu refuser l’accès à la fois à Tchiani et à Bazoum. Une délégation distincte composée de la CEDEAO, des Nations Unies et de l’Union africaine a été empêchée de venir.

La CEDEAO n’a pas réussi à endiguer les coups d’État passés dans toute la région. Le Niger est le quatrième pays du bloc de 15 États membres à avoir connu un coup d’État au cours des trois dernières années.

Le bloc a imposé de sévères sanctions économiques et de voyage.

Mais à mesure que la junte s’enracine, les options de négociation deviennent limitées, a déclaré Andrew Lebovich, chercheur à l’Institut Clingendael.

« Il est très difficile de dire ce qui pourrait en sortir, mais le fait que le délai initial soit passé sans intervention et que la (junte) ait continué à tenir une ligne assez ferme, indique qu’ils pensent pouvoir survivre à cette pression », a-t-il ajouté. dit.

Les positions des principaux partis sont dangereusement éloignées, selon l’International Crisis Group, un groupe de réflexion, qui a déclaré que si le dialogue devait réussir, chaque partie allait devoir faire des concessions, ce qu’elle a jusqu’à présent refusé de faire. .

Liens avec la France

Depuis qu’elle a pris le pouvoir, la junte a rompu les liens avec la France et exploité les griefs populaires envers son ancien dirigeant colonial pour consolider sa base de soutien. Il a également demandé l’aide du groupe de mercenaires russes Wagner, qui opère dans une poignée de pays africains et a été accusé d’avoir commis des violations des droits de l’homme.

Moscou utilise Wagner et d’autres canaux d’influence pour discréditer les nations occidentales, a affirmé Lou Osborn, enquêteur de All Eyes on Wagner, un projet axé sur le groupe.

Les tactiques incluent l’utilisation des médias sociaux pour répandre des rumeurs sur l’arrivée prochaine de Wagner au Niger et l’utilisation de faux comptes pour mobiliser des manifestations et diffuser de faux récits, a déclaré Osborn. « Leur objectif n’est pas de soutenir la junte ou une approche politique alternative mais de semer la discorde, de créer le chaos, de déstabiliser », a-t-elle déclaré.

Mercenaires wagnériens

Elle a pointé du doigt un article de Telegram publié mercredi par un agent présumé de Wagner, Alexander Ivanov, affirmant que la France avait commencé le « déplacement massif d’enfants » susceptibles d’être utilisés pour le travail forcé et l’exploitation sexuelle.

Ni le gouvernement russe ni Wagner n’ont répondu aux questions.

Bien qu’il n’y ait aucune raison de croire que la Russie était à l’origine du coup d’État, elle tirera parti de l’opportunité de prendre pied dans la région, ce que les pays occidentaux tentaient d’éviter, selon les experts du Sahel.

La France et les États-Unis ont plus de 2 500 militaires au Niger et, avec d’autres pays européens, ont versé des centaines de millions de dollars d’assistance militaire pour soutenir les forces du pays. Une grande partie de cette aide a maintenant été suspendue.

Pendant ce temps, les quelque 25 millions d’habitants du Niger ressentent l’impact des sanctions.

Certains quartiers de la capitale, Niamey, ont peu accès à l’électricité et les coupures de courant sont fréquentes dans toute la ville. Le pays tire jusqu’à 90% de son électricité du Nigeria, qui a coupé une partie de l’approvisionnement.

Depuis le coup d’État, Hamidou Albade, 48 ans, a déclaré qu’il n’était pas en mesure de gérer son magasin à la périphérie de Niamey car il n’y avait pas d’électricité. Il travaille également comme chauffeur de taxi mais y a également perdu des affaires, car beaucoup de ses clients étrangers ont quitté la ville.

« C’est très difficile, je reste assis à la maison à ne rien faire », a-t-il déclaré. Pourtant, il soutient la junte. « Nous souffrons maintenant, mais je sais que la junte trouvera une solution pour sortir de la crise », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

dix-neuf + cinq =