La catastrophe est à l'horizon pour les voyages et le tourisme si nous ne commençons pas à faire les choses différemment

Jean Delaunay

La catastrophe est à l’horizon pour les voyages et le tourisme si nous ne commençons pas à faire les choses différemment

Le changement climatique constitue une menace existentielle pour le secteur qui représente près de 8 % du PIB mondial. Les gouvernements et les entreprises devraient agir de toute urgence pour atténuer le changement climatique tout en renforçant la résilience alors que les événements météorologiques extrêmes font rage, écrit Gloria Guevara.

L’été 2023 devrait être mémorable – battant des records pour la journée et le mois les plus chauds de l’histoire, et maintenant sur la bonne voie pour être l’année la plus chaude.

Les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur et les incendies de forêt en Méditerranée, aux États-Unis et en Chine sont malheureusement de plus en plus fréquents.

Des études récentes montrent que le changement climatique a rendu les événements météorologiques extrêmes 50 % plus probables.

En conséquence, l’industrie du voyage et du tourisme fait face à des annulations et des vacances de rêve sont écourtées. Selon une analyse, les demandes de remboursement de vacances sont déjà en hausse de près de 18 %.

La pandémie de COVID-19 a entraîné une baisse de 4 000 milliards d’euros du PIB mondial des voyages et du tourisme et 62 millions de pertes d’emplois – et a révélé la vulnérabilité de l’industrie des voyages et du tourisme.

Aujourd’hui, alors que les arrivées internationales sont en hausse, l’industrie est toujours en phase de reprise post-pandémique, avec des arrivées mondiales inférieures aux niveaux de 2019 dans certaines parties du monde.

Le changement climatique ne menace pas seulement d’annuler ces gains. Il constitue également une menace existentielle pour l’industrie, qui elle-même représente environ 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Comme le secteur représente également près de 8 % du PIB mondial – et jusqu’à 70 % dans certains pays – il y a d’énormes risques si nous continuons sur la voie du statu quo.

Les événements météorologiques extrêmes continueront de faire rage

En Grèce et en Italie, pays les plus touchés par les conditions météorologiques extrêmes, le tourisme représentait respectivement près de 19 % et 10 % du PIB en 2022.

Des données récentes de la Commission européenne du voyage montrent que le tourisme en Méditerranée a déjà chuté de 10 % cet été par rapport à l’année dernière.

Dans toute l’Europe, l’industrie du tourisme comprend plus de 2 millions d’entreprises, principalement des petites et moyennes entreprises (PME), employant environ 12,3 millions de personnes.

Alors que des millions de personnes dépendent de l’industrie pour leur subsistance, les gouvernements et les entreprises doivent agir de toute urgence pour atténuer le changement climatique tout en renforçant la résilience alors que les événements météorologiques extrêmes font rage.

AP Photo/Thanassis Stavrakis
Des garçons utilisent un pédalo sur une plage de Loutraki, à environ 82 kilomètres à l’ouest d’Athènes, juillet 2023

Alors que des millions de personnes dépendent de l’industrie pour leur subsistance, les gouvernements et les entreprises doivent agir de toute urgence pour atténuer le changement climatique tout en renforçant la résilience alors que les événements météorologiques extrêmes font rage.

Les deux devraient se concentrer sur des pistes parallèles : travailler vers des émissions nettes nulles tout en renforçant sa résilience aux chocs climatiques, afin de minimiser les pertes et de soutenir les communautés locales.

Des exemples de tourisme résilient au changement climatique existent

Certains pays ont déjà identifié cela comme un domaine prioritaire, en créant une industrie touristique résiliente au changement climatique.

Le Costa Rica en est un brillant exemple, qui accueille plus de 3 millions de visiteurs par an et 9 % de sa main-d’œuvre employée dans l’industrie.

Parmi ses réussites, le pays génère 99,78% de son énergie à partir de ressources renouvelables et a des projets d’électrification des transports et de gestion durable des déchets.

AP Photo/Petros Giannakouris
Un homme tient un parapluie alors que lui et d’autres touristes entrent dans l’ancienne colline de l’Acropole pendant une vague de chaleur, à Athènes, juillet 2023

L’Arabie saoudite a donné une impulsion similaire au tourisme durable dans le cadre de sa stratégie Vision 2030. Le projet de la mer Rouge, par exemple, est une durabilité régénérative qui vise à atteindre un impact positif net de 30 % sur la conservation d’ici 2040 grâce à des améliorations mesurables de la biodiversité.

Conçue pour être la plus grande aire marine protégée sans prélèvement du pays, couvrant 5 373 km2, l’objectif est une augmentation de 30 % de la biomasse de poissons, une augmentation de 30 % des mangroves, des herbes marines et de la végétation terrestre indigène, et une augmentation de 30 % de la l’abondance des récifs coralliens.

Il ne s’agit pas d’arrêter de voyager – il s’agit de faire les choses différemment

Mais ces réponses ne sont pas cohérentes dans l’ensemble de l’industrie, et nous ne pouvons pas simplement attendre les événements extrêmes qui nous attendent.

L’industrie a besoin d’un effort commun pour une action coordonnée et à fort impact afin d’atteindre des émissions nettes nulles, de protéger la biodiversité et les ressources naturelles, ainsi que les nombreuses communautés économiquement dépendantes des voyages et du tourisme.

Les gouvernements jouent un rôle important en créant un environnement propice pour stimuler la transition de l’industrie grâce à diverses incitations, des partenariats innovants et des mécanismes politiques.

La collaboration entre les secteurs privé et public est cruciale, notamment pour réduire les émissions et introduire une réglementation si nécessaire.

Il ne s’agit pas d’arrêter les déplacements, mais de le faire différemment, tant du côté de l’offre que du côté de la demande.

AP Photo/Petros Karadjias
Un touriste se couvre la tête d’un foulard pour se protéger du soleil lors d’une chaude journée dans la capitale Nicosie, juillet 2023

De même, un effort concerté est nécessaire pour protéger les communautés et les destinations les plus vulnérables.

La résilience devrait être une priorité dans les destinations touristiques vulnérables au climat et pourrait inclure des initiatives visant à avoir un impact positif sur la nature et à la restaurer, comme la baie de Maya en Thaïlande, qui a vu jusqu’à 80 % des récifs coralliens locaux détruits par les déchets, la pollution des bateaux et la crème solaire.

Il ne s’agit pas d’arrêter les déplacements, mais de le faire différemment, tant du côté de l’offre que du côté de la demande.

Cela nécessite une collaboration et une innovation sans précédent ; ce n’est qu’alors que le tourisme aura la résilience nécessaire pour que l’industrie – et la planète – prospère à long terme.

Laisser un commentaire

quatre × deux =