La catastrophe climatique a déplacé près de 2 millions d’enfants en Afrique subsaharienne l’année dernière

Jean Delaunay

La catastrophe climatique a déplacé près de 2 millions d’enfants en Afrique subsaharienne l’année dernière

Les catastrophes climatiques ont déplacé près de 2 millions d’enfants en Afrique subsaharienne l’année dernière.

Le nombre d’enfants en Afrique subsaharienne déplacés à l’intérieur du pays à cause des chocs climatiques a presque doublé l’année dernière, a prévenu Save the Children.

Les chiffres – basés sur l’analyse des données de l’Observatoire des déplacements internes – mettent en évidence le bilan humain des conditions météorologiques extrêmes.

Au moins 1,85 million d’enfants en Afrique subsaharienne ont été déplacés à l’intérieur de leur pays à cause des chocs climatiques fin 2022, contre un million de personnes déplacées de la même manière en 2021.

Ces enfants ont fini par vivre dans des camps, dans des familles élargies ou dans d’autres hébergements temporaires.

Des arrangements ponctuels comme celui-ci peuvent être extrêmement déstabilisants, prévient Kijala Shako, responsable du plaidoyer, des communications, des campagnes et des médias du bureau régional de Save the Children pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe.

« Lorsque les enfants perdent leur maison, ils perdent presque tout : leur accès aux soins de santé, à l’éducation, à la nourriture et à la sécurité », explique-t-elle.

« Ils perdent également les éléments constitutifs de leur stabilité mentale et émotionnelle et de leur bien-être, comme le sentiment de routine, leurs amis et le droit de jouer. »

À quoi ressemble la vie des enfants déracinés par la catastrophe climatique ?

Bien que choquantes, les statistiques peuvent aussi être déshumanisantes. Mais derrière ce chiffre se cachent des millions d’enfants dont la vie a été déracinée par la catastrophe climatique.

Falmata 13 ans est originaire de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, où les inondations de l’année dernière ont contraint plus de 30 000 personnes à quitter leurs maisons. Son nom a été anonymisé.

Elle se souvient que sa maison avait été « submergée » par les inondations dévastatrices.

« En ce vendredi fatidique, je revenais de l’école et j’entendais sans cesse ‘la pluie arrive, la pluie arrive’. Ils nous ont donné des sacs pour les remplir de sable et les placer dans des coins stratégiques », a-t-elle déclaré.

« Soudain, j’ai vu une grosse vague d’eau arriver à toute vitesse vers nos maisons, tout le monde était en agitation, et ma mère a dit que nous devrions faire nos valises et commencer à courir, nous avons essayé mais nous parvenions à peine à en emballer assez. »

L’adolescente a été séparée de plusieurs membres de sa famille et n’a plus pu reprendre contact avec eux depuis.

Photo AP
Des gens marchent dans les eaux de crue près des terres agricoles inondées après de fortes pluies à Hadeja, au Nigeria, le 19 septembre 2022.

« La vie a été dure », dit-elle.

« Nous avons trouvé une petite pièce qui nous a abrité mais la structure est en mauvais état, car elle a été endommagée par la pluie, les plafonds fuient et certaines parties de la pièce sont ouvertes.

« Quand je vois les nuages, j’ai peur et cela me rappelle des souvenirs de l’inondation qui s’est produite auparavant. »

Quels pays ont le plus grand nombre de déplacements ?

Le nombre de fois où des enfants ont été déplacés internes en Afrique subsaharienne en 2022 était également trois fois plus élevé que l’année précédente.

7,4 millions de nouveaux déplacements internes ont eu lieu en 2022, contre 2,6 millions en 2021.

Ce chiffre prend en compte le nombre de fois où des personnes ont été déplacées – parfois plusieurs fois pour une seule personne – même si elles ont pu rentrer chez elles à la fin de l’année.

Malheureusement, des expériences comme celle de Falmata sont de plus en plus courantes, déclare Vishna Shah, directeur du plaidoyer, des communications, des campagnes et des médias pour Save the Children en Afrique occidentale et centrale.

« Au Nigeria et dans toute la région, de nombreux enfants sont comme Falmata, terrifiés », a-t-il déclaré.

« Ils s’accrochent à leur survie d’un événement météorologique extrême à l’autre, ne sachant pas si des pluies inhabituelles seront une bénédiction pour les mauvaises récoltes ou si elles emporteront leurs maisons. »

Le Nigeria, où vit Falmata, connaît le plus grand nombre de déplacements internes dus aux catastrophes climatiques en 2022, avec 2,4 millions.

À la fin de l’année, au moins 854 000 personnes étaient toujours déplacées, dont environ la moitié étaient des enfants.

Dans la Somalie voisine, environ 6,6 millions de personnes – soit 39 pour cent de la population – ont été contraintes à des niveaux critiques de faim à cause de cinq saisons de pluies manquées. Le pays a enregistré le deuxième plus grand nombre de déplacements internes, avec 1,1 million de personnes.

Les communautés subsahariennes sont confrontées à certains des pires impacts du changement climatique, une crise qu’elles ont le moins provoquée.

Ces communautés n’ont contribué qu’à 1,9 % des émissions mondiales entre 1750 et 2021. Les deux tiers de ce total provenaient d’un seul pays : l’Afrique du Sud. Les 48 autres pays n’ont contribué qu’à hauteur de 0,6 pour cent au total des émissions mondiales.

Les décideurs politiques, les entreprises et la société civile discuteront des risques de déplacement lors de la Semaine africaine du climat des Nations Unies, qui débute aujourd’hui à Nairobi.

Laisser un commentaire

3 × 1 =