Hungarian Prime Minister Viktor Orbán (left) and European Council President Charles Michel (right)

Jean Delaunay

La candidature de Charles Michel déclenche une course pour empêcher Orbán de prendre les rênes du Conseil européen

Le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orbán pourrait prendre les rênes du Conseil européen de juillet à moins que les dirigeants de l’UE ne trouvent rapidement un successeur à son président actuel.

Charles Michel a annoncé samedi de manière inattendue qu’il serait le candidat tête de liste de son parti libéral belge, le Mouvement réformateur (MR), aux élections européennes qui auront lieu du 6 au 9 juin.

Cela signifie que Michel, ancien Premier ministre belge qui préside le Conseil européen depuis 2019, est très susceptible d’être élu membre du Parlement européen (MPE) et de démissionner de son poste de chef du Conseil après les élections.

Les 27 chefs de gouvernement de l’UE ont désormais moins de six mois pour nommer son successeur. Le rôle du président consiste à présider les réunions du Conseil européen et à négocier des accords entre les États membres, notamment sur des décisions sensibles en matière de budget et de politique étrangère.

Selon les traités de l’UE, en l’absence de président, le pays qui assure la présidence tournante du Conseil pendant six mois assume la responsabilité intérimaire. Cela signifie que sans successeur, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán prendra les commandes du Conseil lorsque son pays assumera la présidence tournante le 1er juillet.

Une source au Conseil européen a écarté le risque de perturbation de l’annonce surprise de Michel, affirmant que la décision sur son successeur « devait avoir lieu en juin 2024 ».

« Il est donc possible que le prochain président du Conseil européen entre en fonction à l’été 2024, si le Conseil européen en décide ainsi », a indiqué la source.

Les élections européennes de juin déclencheront un remaniement des postes les plus élevés à Bruxelles, mais le processus prend parfois des mois en raison de la nature complexe des discussions et de la nécessité d’assurer un équilibre politique, géographique et hommes-femmes entre les nominations.

Les critiques contre Michel montent

Beaucoup ont dénoncé Michel pour une décision qui jetterait une ombre d’incertitude sur le Conseil à un moment politiquement charnière.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe, Alberto Alemanno, professeur Jean Monnet de droit de l’Union européenne à HEC Paris, a déclaré que la décision de Michel risquait de déclencher une « crise constitutionnelle ».

« Alors que Michel met brusquement fin à son mandat au moment le plus critique où les pouvoirs du conseil sont à leur maximum (…) il est en passe de devenir un président boiteux avec peu d’autorité », a expliqué Alemanno.

« C’est vraiment une terra incognita », a-t-il déclaré, ajoutant que Michel poursuivait « son propre intérêt » plutôt que les intérêts plus larges de l’Union européenne.

L’eurodéputée néerlandaise Sophie in ‘t Veld, libérale appartenant à la même famille politique que Michel, a vivement critiqué sa décision sur la plateforme de médias sociaux X : « Le capitaine quitte le navire au milieu d’une tempête. Si vous êtes si peu engagé envers le sort de l’Union européenne, quelle est votre crédibilité en tant que candidat ?»

Alors que Michel met brusquement fin à son mandat au moment le plus critique où les pouvoirs du conseil sont à leur apogée (…) il est en passe de devenir un président boiteux avec peu d’autorité.

Alberto Alemanno

Professeur Jean Monnet de droit de l’Union européenne à HEC Paris

Alerte sur une possible prise de pouvoir d’Orbán

La possibilité qu’Orbán prenne de l’influence à Bruxelles au second semestre a effrayé de nombreuses personnes dans la capitale européenne. Le Premier ministre nationaliste, récemment vu serrer la main du président russe Vladimir Poutine à Pékin, est tristement célèbre pour être une épine dans le pied de Bruxelles.

Le plan de soutien financier à long terme de 50 milliards d’euros proposé par le bloc à l’Ukraine est actuellement bloqué après qu’Orbán ait opposé son veto à son approbation lors du sommet du Conseil européen en décembre.

Cela faisait suite au déblocage de 10 milliards d’euros de fonds européens pour Budapest, auparavant gelés en raison d’un recul de l’État de droit. Cette décision a alimenté les spéculations selon lesquelles Orbán utiliserait son droit de veto au Conseil pour faire pression sur Bruxelles afin qu’elle débloque davantage de liquidités gelées.

Orbán utilise également systématiquement une rhétorique anti-UE pour favoriser le sentiment eurosceptique au sein de son public hongrois.

Son gouvernement a récemment personnellement ciblé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans une campagne d’affichage et a laissé entendre que Bruxelles voulait « créer des ghettos de migrants en Hongrie » lors d’une consultation publique incendiaire.

Les législateurs européens ont par le passé mis en doute la crédibilité de la Hongrie et de la capacité d’Orbán à assumer la présidence du Conseil au second semestre 2024.

Dans une résolution non contraignante adoptée en juin dernier, les députés se sont demandé « comment la Hongrie sera en mesure de remplir cette tâche de manière crédible en 2024, compte tenu de son non-respect du droit de l’UE et des valeurs consacrées à l’article 2 (des traités de l’UE). ainsi que le principe de coopération sincère.

Bien qu’il ne dispose pas de pouvoirs exécutifs, l’État de l’UE qui assure la présidence du Conseil peut exercer une influence significative sur le fonctionnement de l’institution en fixant l’ordre du jour, en organisant des réunions, en dirigeant les négociations et en organisant des votes.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, à gauche, s'entretient avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, à gauche, s’entretient avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Si les responsabilités du président tombaient temporairement entre les mains d’Orbán, cela pourrait accroître sa capacité à façonner le calendrier législatif de l’UE au cours des six derniers mois de 2024.

Mais Alemanno a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il pensait que les dirigeants ne seraient pas perturbés par la perspective d’une intervention temporaire d’Orbán pour faire le travail.

« Je ne suis pas sûr que les dirigeants européens aient autant peur de M. Orbán », a expliqué Alemanno.

« Sinon, ils auraient pris beaucoup plus de mesures pour contrer sa position provocatrice à l’égard (…) de la politique étrangère, de l’État de droit et d’un certain nombre de questions », a-t-il déclaré, ajoutant que le rôle d’Orbán se limiterait à présider les réunions s’il doit intervenir.

Le compte à rebours pour nommer son successeur commence

Les chefs du Conseil européen sont généralement d’anciens chefs d’État, avec une préférence pour les dirigeants rompus aux négociations complexes ou ayant l’expérience de la gestion de gouvernements de coalition.

Parmi les noms spéculés pour ce poste figurent l’actuel Premier ministre par intérim des Pays-Bas, Mark Rutte, qui a été contraint de démissionner en juillet en raison d’une division de la coalition sur la question de l’immigration, ou l’ancien Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.

Le Premier ministre par intérim du Portugal, Antonio Costa, était également pressenti pour ce rôle, mais sa candidature pourrait être entachée par une vaste enquête de corruption impliquant ses principaux collaborateurs.

Les traités de l’UE permettent également aux 27 dirigeants de modifier les règles s’ils ne parviennent pas à nommer un successeur. Quatorze États membres, représentant une majorité simple, pourraient voter pour empêcher Orbán d’assumer temporairement les responsabilités de président et nommer un autre chef intérimaire.

Alemanno prédit qu’un successeur « temporaire, intérimaire » sera trouvé en temps voulu, et qu’un remplaçant permanent sera alors nommé après le scrutin de juin.

Laisser un commentaire

18 + 3 =