Bulgaria isn

Jean Delaunay

La Bulgarie ne peut pas rejoindre la zone euro en raison d’une inflation élevée, dit la BCE

Sofia avait exprimé l’espoir de pouvoir rejoindre la zone monétaire de l’UE au milieu de l’année prochaine, mais elle doit répondre à des critères économiques stricts.

La Bulgarie ne peut pas rejoindre la zone euro en raison de son taux d’inflation élevé, a déclaré mercredi un rapport de la Banque centrale européenne.

Cela devrait décevoir à Sofia, qui cherche à devenir le 21e membre de la zone monétaire, malgré les craintes populaires que cela pourrait exacerber la hausse des prix dans l’État des Balkans.

« Des progrès limités ont été réalisés par les États membres de l’Union européenne n’appartenant pas à la zone euro en matière de convergence économique avec la zone euro depuis 2022 », a déclaré la BCE dans un communiqué de presse.

Les prix en Bulgarie augmentent au rythme annuel de 5,1 %, soit 1,8 point de pourcentage de plus que ce dont ils auraient besoin pour rejoindre l’union monétaire, a déclaré la BCE – tout en ajoutant que l’inflation « diminuerait probablement progressivement au cours des prochains mois » en raison des goulots d’étranglement de l’offre. facilité.

Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, le Premier ministre bulgare Dimitar Glavchev a pris note des conclusions et a déclaré qu’il demanderait une évaluation plus approfondie aux autorités européennes une fois que le pays satisferait à tous les critères de l’euro.

Les pays ne rejoignent pas automatiquement l’euro lorsqu’ils deviennent membres de l’UE, mais devraient le faire une fois qu’ils auront converger vers les normes juridiques et économiques, notamment des taux de change stables et des finances publiques saines.

Les seules exceptions sont la Suède et le Danemark, qui ont négocié des dérogations politiques et juridiques et conservent leur monnaie nationale.

Troubles politiques

Le 4 juin, selon l’agence de presse bulgare BTA, le vice-ministre des Finances Metodi Metodiev a exprimé l’espoir que la Bulgarie pourrait rejoindre l’euro à la mi-2025, car des conditions économiques plus favorables lui permettraient de demander une évaluation supplémentaire de la part de l’UE.

Mais quelques jours plus tard, le pays a été plongé dans la tourmente politique avec des élections nationales et européennes qui ont vu une forte performance de l’extrême droite.

Le parti pro-russe et ultranationaliste Vazrazhdane a obtenu environ 14 % des voix et trois des 17 députés européens du pays, après avoir déclaré que l’euro détruirait l’économie bulgare.

Le parti GERB dirigé par l’ancien Premier ministre Boïko Borissov aura désormais besoin d’au moins deux partenaires pour former une coalition gouvernementale – et l’abandon du lev pourrait ne pas lui permettre de gagner des voix.

Selon une enquête Eurobaromètre, seuls 49 % des citoyens bulgares sont favorables à l’adhésion à l’euro, et 64 % de la population pensent que cela entraînera une nouvelle hausse des prix.

Craintes d’inflation

Après la pandémie, l’inflation dans certains pays de l’UE a grimpé jusqu’à 17 %, la guerre en Ukraine ayant fait grimper les coûts de l’énergie et de la nourriture.

La BCE, chargée de maintenir l’inflation autour de 2%, vérifie comment l’inflation des pays candidats à l’euro se compare à celle des pays de l’UE les plus performants, à savoir le Danemark, la Belgique et les Pays-Bas l’année dernière.

Les autres membres de l’UE, la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne et la Roumanie, n’ont pas aligné leur législation sur les normes de l’UE et n’ont pas rejoint le mécanisme de taux de change, un moyen d’éviter de fortes fluctuations monétaires avec l’euro.

Début juin, la Roumanie a été critiquée par Bruxelles pour avoir le déficit budgétaire le plus élevé de l’UE, à 7% en 2025.

Cela fait suite à des années d’avertissements visant à ce que Bucarest équilibre ses comptes et réforme la fiscalité et les salaires du secteur public.

La Hongrie, dirigée par Viktor Orbán, est depuis longtemps eurosceptique et, à Varsovie, les ministres restent prudents quant à l’abandon du zloty, malgré des relations plus chaleureuses avec Bruxelles depuis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Donald Tusk.

Laisser un commentaire

4 × 3 =