Belarusian authorities on Monday 8 January, 2024 said they will not invite observers from the OSCE in Europe to monitor the country

Jean Delaunay

La Biélorussie refuse d’inviter des observateurs de l’OSCE à surveiller les élections législatives

Les responsables de l’OSCE ne seront pas autorisés à superviser les élections parlementaires et locales du pays. Il s’agit de la dernière mesure prise par le président autoritaire Alexandre Loukachenko pour établir un contrôle sur les institutions politiques.

Les autorités biélorusses ont annoncé lundi qu’elles n’inviteraient pas d’observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) en Europe à surveiller les élections législatives et locales du pays, prévues le 25 février 2024.

Cette décision est la dernière en date prise par le président autoritaire Alexandre Loukachenko ces dernières années pour renforcer davantage son contrôle sur les institutions politiques du pays.

La Biélorussie « a informé l’OSCE de son intention de ne pas inviter d’observateurs et a présenté ses arguments et ses motivations », a déclaré Andrei Dapkiunas, représentant permanent de la Biélorussie auprès des organisations internationales à Vienne.

La Biélorussie est membre de l’OSCE et les membres de son Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme sont les seuls observateurs internationaux aux élections biélorusses depuis des décennies.

Le vote parlementaire du 25 février sera la première élection depuis le scrutin présidentiel controversé de 2020 qui a donné à Loukachenko son sixième mandat et déclenché une vague de manifestations de masse sans précédent dans tout le pays.

Le gouvernement de Loukachenko a répondu aux manifestations par une répression sévère, arrêtant plus de 35 000 personnes. Beaucoup d’entre eux ont été brutalement battus par la police et contraints de quitter le pays.

Les élections de cette année se dérouleront dans un contexte de répression continue et alors que quelque 1 500 prisonniers politiques restent derrière les barreaux, parmi lesquels des dirigeants de partis d’opposition et le célèbre défenseur des droits de l’homme et lauréat du prix Nobel de la paix 2022, Ales Bialiatski.

Les autorités biélorusses ont également procédé au « réenregistrement » des partis politiques opérant dans ce pays de 9,5 millions d’habitants, n’accordant des accréditations qu’à quatre partis pro-gouvernementaux sur les 15 qui opéraient dans le pays au début de l’année dernière. On ne s’attend pas à ce que les politiciens de l’opposition soient inscrits sur les listes électorales.

Ihar Karpenka, président de la Commission électorale centrale de Biélorussie, a déclaré que les élections se dérouleraient « sous le contrôle total des autorités et sans influences destructrices ».

« La Biélorussie organise les élections pour elle-même avant tout », a déclaré Karpenka, ajoutant que les autorités biélorusses inviteraient des observateurs de Russie et des pays d’Asie centrale.

Depuis 1995, toutes les élections et référendums en Biélorussie ont été jugés par le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE comme non conformes aux normes de l’organisation et comme n’étant ni transparents ni équitables. Pendant ce temps, les observateurs de Russie et des pays alliés de la Biélorussie considèrent que tous les votes dans le pays sont démocratiques.

La chef de l’opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya, en exil en Lituanie voisine, a exhorté les Biélorusses à boycotter le vote de février, le qualifiant de « farce sans surveillance internationale ».

« Le régime de Loukachenko a tout fait pour rendre impossible le changement de pouvoir par le biais d’élections dans le pays », a déclaré Tsikhanouskaya.

Une fois le vote parlementaire et les élections locales terminés, un nouvel organe d’État sera formé : l’Assemblée populaire panélorusse. Il réunira 1 200 délégués, dont des fonctionnaires, des membres de conseils locaux, des syndicats, des militants pro-gouvernementaux et autres, et fonctionnera en parallèle avec le parlement, qui se compose de deux chambres : la chambre basse de 110 législateurs et la chambre haute de 64 sénateurs.

L’Assemblée, créée par Loukachenko, dispose de larges pouvoirs et peut décider des politiques, rédiger des lois, proposer des amendements constitutionnels, nommer les membres de la commission électorale et les juges. Selon la loi, le président de la Biélorussie devient automatiquement membre de l’Assemblée après sa démission.

Laisser un commentaire

3 × trois =