Berlinale encourages dialogue around war in Gaza with ‘Tiny Space’ project

Jean Delaunay

La Berlinale encourage le dialogue sur la guerre à Gaza avec le projet « Tiny Space »

Un projet à côté du tapis rouge de l’édition de cette année du Festival du film de Berlin vise à offrir aux participants l’opportunité de discuter de la crise au Moyen-Orient.

Le Festival du Film de Berlin a toujours été connu pour ses tendances politiques et pour offrir une tribune aux voix confrontées à l’oppression politique.

La semaine dernière encore, la Berlinale a publié une déclaration en soutien aux cinéastes iraniens Maryam Moghaddam et Behtash Sanaeeha, qui sont toujours soumis à une interdiction de voyager et n’assisteront probablement pas à la projection de leur nouveau film Mon gâteau préféré en compétition.

Désormais, le festival s’associe à des militants sociaux berlinois pour créer un espace intime permettant aux participants du festival de discuter et de débattre de la crise au Moyen-Orient.

Le projet « Tiny Space » installera une petite structure en forme de cabane à proximité du tapis rouge de la Berlinale pendant trois jours, du samedi 17 au lundi 19 février. « Parlez d’Israël et de la Palestine », dit la pancarte accrochée à la fenêtre de la cabine, incitant au dialogue et aux échanges.

Durant ces journées, on peut venir parler « d’aspects de la guerre, mais aussi plus généralement du conflit au Moyen-Orient », explique la directrice générale de la Berlinale, Mariëtte Rissenbeek.

Le projet, qui a déjà été diffusé dans divers endroits autour de Berlin, est une initiative lancée par Shai Hoffmann, un juif allemand d’origine israélienne, et Jouanna Hassoun, une germano-palestinienne.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Shai Hoffmann (@shaihoffmann)

Reste à savoir s’il y aura des manifestations lors du festival de cette année, qui débute la semaine prochaine (jeudi 15 février). Il y a eu des événements sur le tapis rouge et des manifestations dans le passé, et compte tenu du débat polarisant autour de la guerre à Gaza apparu le mois dernier lors du festival du film de Sundance aux États-Unis, avec plusieurs manifestations pro-palestiniennes, il semble probable que la Berlinale connaîtra quelques perturbations.

« Berlin est une grande ville et bien sûr, nous devons nous préparer à ce qu’il y ait des manifestations et à ce que les gens veuillent utiliser la plateforme du festival (pour augmenter) la visibilité de leurs protestations », déclare Rissenbeek. « Mais nous avons un service de sécurité en service à chaque édition du festival et nous avons déjà discuté avec eux de différentes options en fonction de ce qui est prévu. Nous sommes également en contact permanent avec la police, ce qui nous permet d’être informés très tôt de toute action et de pouvoir garantir que toute situation est gérée en toute sécurité.

Le Festival du Film de Berlin a lieu du 15 au 25 février. Restez à l’écoute d’L’Observatoire de l’Europe Culture pour les mises à jour, les actualités et les critiques de films de la Berlinale pendant toute la durée du festival.

Laisser un commentaire

1 + 2 =