Belgian prime minister Alexander de Croo

Jean Delaunay

La Belgique enquête sur un réseau d’influence russe soupçonné d’avoir payé des législateurs européens

Le procureur fédéral belge a ouvert une enquête contre des parlementaires européens accusés d’avoir reçu des paiements pour avoir diffusé de la propagande pro-russe.

Le Premier ministre Alexander De Croo a déclaré vendredi à la presse que les services de renseignement belges avaient confirmé « l’existence d’un réseau d’ingérence pro-russe ayant des activités dans plusieurs pays européens » et qui fait « l’objet de poursuites » dans le pays.

Une récente enquête menée par les autorités tchèques a révélé que des députés siégeant au Parlement européen à Bruxelles avaient reçu de l’argent provenant d’une opération d’influence soutenue par Moscou pour « promouvoir » sa propagande dans le bloc.

« Les paiements en espèces n’ont pas eu lieu en Belgique, mais l’ingérence y a eu », a déclaré De Croo.

« La Belgique étant le siège des institutions européennes, nous avons la responsabilité de défendre le droit de chaque citoyen à un vote libre et sûr », a-t-il ajouté.

Il reste un peu plus de deux mois avant que les électeurs européens ne se rendent aux urnes pour élire 720 membres du Parlement européen, et dans un contexte de craintes croissantes que les mandataires du Kremlin puissent utiliser la manipulation de l’information pour fausser le vote démocratique.

Trois des principales factions du Parlement européen – les Socialistes et Démocrates de centre-gauche, le parti centriste Renew Europe et les Verts – ont demandé une enquête rapide, et les services de presse du Parlement ont confirmé à L’Observatoire de l’Europe qu’ils « examinaient » les allégations. .

Bien que De Croo n’ait pas été en mesure de préciser combien de législateurs européens pourraient faire l’objet de poursuites, les médias tchèques citant des responsables des services de renseignement ont déclaré que les allégations impliquaient des responsables politiques d’Allemagne, de France, de Pologne, de Belgique, des Pays-Bas et de Hongrie.

L’enquête tchèque a abouti à la sanction de deux individus et de la société de presse Voice of Europe, par l’intermédiaire de laquelle les enquêteurs affirment que l’opération russe a été canalisée.

L’eurodéputé Maximilian Krah, du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), s’est exprimé après avoir été associé à Voice of Europe, affirmant que malgré ses interviews accordées à l’entreprise, il n’en avait pas tiré profit financièrement.

« Il n’y a aucune allégation spécifique selon laquelle j’ai été payé pour l’un de ces produits », a déclaré Krah. dit le X. « Cela montre ce qu’il faut penser de la campagne actuelle : rien ! »

La Belgique appelle l’UE à intensifier ses efforts

De Croo a déclaré qu’il avait discuté de l’enquête avec la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, ainsi qu’avec la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, et qu’il avait demandé à Eurojust, l’agence de coopération du bloc en matière de justice pénale, de « se réunir et de discuter de cette question de toute urgence ».

De Croo souhaite également examiner si les mandats du Parquet européen (EPPO) et de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) peuvent permettre une « poursuite » dans cette affaire.

« Si ce n’est pas le cas, nous devrions élargir ces mandats », a-t-il ajouté.

Les autorités belges enquêtent également actuellement sur un vaste scandale de corruption impliquant des députés européens et d’autres fonctionnaires du Parlement, accusés d’avoir reçu de l’argent en échange d’avoir exercé leur influence politique en faveur de responsables du Qatar, du Maroc et de la Mauritanie.

Mais l’enquête a été bouleversée et a mis les services judiciaires belges à rude épreuve, le précédent procureur ayant été contraint de démissionner suite à des allégations selon lesquelles il n’était pas impartial.

Les nombreuses débâcles de l’enquête belge ont conduit beaucoup à qualifier l’affaire de « Belgium-gate ».

De Croo a déclaré que ses autorités restaient « dévouées » à leur rôle de « bâtisseurs de consensus » et continueraient à travailler « non seulement dans l’intérêt de la Belgique, mais dans celui de l’ensemble de l’UE ».

Il a soutenu la proposition de la République tchèque d’envisager d’imposer des sanctions à l’échelle européenne aux personnes liées au réseau de propagande, mais a déclaré que les personnes qui « reçoivent » des pots-de-vin doivent également être examinées dans le cadre de l’enquête belge.

Laisser un commentaire

cinq + 9 =