Kylian Mbappé craint que « ces gens-là » ne dirigent la France alors que l'extrême droite vise une victoire électorale

Martin Goujon

Kylian Mbappé craint que « ces gens-là » ne dirigent la France alors que l’extrême droite vise une victoire électorale

Le capitaine de l’équipe de France de football Kylian Mbappé a déclaré jeudi qu’il était « urgent » que les Français votent lors des élections françaises de ce week-end, qualifiant les résultats du premier tour de « catastrophiques ».

« Plus que jamais, il est temps de voter. Il y a vraiment urgence », a déclaré Mbappé lors d’une conférence de presse avant le match. Les Bleus Vendredi, quart de finale de l’Euro 2024 contre le Portugal.

« Nous ne pouvons pas laisser notre pays entre les mains de ces gens-là », a-t-il ajouté. « Nous espérons que tout le monde se mobilisera et votera pour le bon camp. »

Avant le premier tour, Mbappé avait qualifié les élections législatives de « moment crucial », appelant à « voter contre les extrémistes qui veulent diviser le pays ».

Dimanche dernier, le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen et Jordan Bardella et ses alliés ont terminé en tête du premier tour de l’élection présidentielle avec plus de 31% des voix. Ils espèrent désormais obtenir une majorité au Parlement et former un gouvernement.

D’autres joueurs de l’équipe nationale française se sont également opposés à l’extrême droite. Le défenseur du FC Barcelone Jules Koundé a qualifié le Rassemblement national de « parti fondé sur la haine de l’autre, la désinformation et dont les propos sont destinés à nous discriminer et à nous diviser ».

Le défenseur central de Liverpool et de l’équipe de France, Ibrahima Konaté, s’est dit « préoccupé » par la situation politique dans son pays d’origine, ajoutant qu’il regrettait la discrimination envers les musulmans et les immigrés.

« Mes parents ont eu des métiers de femmes de ménage, d’éboueurs, avec des horaires impossibles, et quand je vois qu’on ne met pas en avant ce genre de personnes qui ont donné leur santé pour la France, ça me désole », a déclaré Konaté.

Alors que la Fédération française de football a assuré qu’elle resterait neutre et a demandé aux politiques de ne pas utiliser l’image de l’équipe de France à leurs propres fins, son président, Philippe Diallo, a confié à Ouest-France avoir été « touché » par Konaté, lui-même descendant d’immigrés.

« Le contexte général est évidemment inquiétant. Normalement, on ne parle que de l’Euro et des performances de l’équipe de France », a-t-il déclaré.

De son côté, John Stones, de l’Angleterre, a déclaré que le camp de son équipe avait été une « zone sans politique » malgré les élections générales de jeudi au Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

un × 4 =