Kazuko Shiraishi, ‘the Allen Ginsberg of Japan’, dies aged 93

Jean Delaunay

Kazuko Shiraishi, « l’Allen Ginsberg du Japon », est décédé à l’âge de 93 ans

La poète japonaise Kazuko Shiraishi, pionnière de la poésie performative moderne, est décédée à 93 ans.

Kazuko Shiraishi, une figure majeure de la poésie « beat » japonaise moderne, connue pour ses lectures dramatiques, parfois accompagnées de musique jazz, est décédée. Elle avait 93 ans.

Shiraishi, que le poète et traducteur américain Kenneth Rexroth a surnommé « l’Allen Ginsberg du Japon », est décédée d’une insuffisance cardiaque le 14 juin, a annoncé aujourd’hui Shichosha, une éditrice de ses œuvres à Tokyo.

Shiraishi est devenue célèbre alors qu’elle n’avait que 20 ans, fraîchement diplômée de l’Université Waseda de Tokyo, avec son « Tamago no Furu Machi », traduit par « La ville qui fait pleuvoir des œufs » – un portrait surréaliste de la destruction du Japon pendant la guerre.

Avec ses longs cheveux noirs et sa prestation théâtrale, elle a défié les stéréotypes historiques de la femme japonaise silencieuse et non affirmée.

«Je n’ai jamais été aussi rose», a écrit Shiraishi dans son poème. Il se termine ainsi : « La route / où l’enfant est devenue fille / et se dirige enfin vers l’aube / est brisée. »

Shiraishi compte parmi ses influences Joan Miro, Salvador Dali et John Coltrane. Elle a été une pionnière de la poésie performance, présentée dans des festivals de poésie du monde entier. Elle a lu ses œuvres avec la musique de grands noms du jazz comme Sam Rivers et Buster Williams, et même un hommage en vers libres à l’esprit de Coltrane.

Née à Vancouver, au Canada, elle est retournée au Japon lorsqu’elle était enfant. Adolescente, elle rejoint un groupe de poésie d’avant-garde.

La personnalité et les poèmes de Shiraishi, parfois bizarres ou érotiques, défiaient les formes historiques de littérature japonaises telles que le haïku et le tanka, empruntant plutôt une voie moderne et inexplorée.

Rexroth a joué un rôle déterminant dans la traduction des œuvres de Shiraishi en anglais, notamment des recueils tels que « Seasons of Sacred Lust » en 1978 et « My Floating Mother, City » en 2009.

Au fil des années, son travail a été largement traduit dans des dizaines de langues. Elle était également traductrice de littérature, notamment d’œuvres de Ginsberg.

Des funérailles privées entre les membres de la famille ont eu lieu tandis que le service commémoratif est en préparation. Elle laisse dans le deuil son mari Nobuhiko Hishinuma et une fille.

Laisser un commentaire

cinq + 13 =