Kaliningrad : la ville utilisée par les cinéastes russes pour reproduire l’Europe en guerre

Jean Delaunay

Kaliningrad : la ville utilisée par les cinéastes russes pour reproduire l’Europe en guerre

Les cinéastes russes, coupés de l’Occident en raison du conflit ukrainien, utilisent Kaliningrad, au charme européen, comme toile de fond.

N’ayant plus accès au monde occidental depuis le début du conflit en Ukraine, les cinéastes russes ont tourné leur attention vers la ville de Kaliningrad comme toile de fond européenne pour leurs œuvres cinématographiques.

Nichée le long de la côte de la mer Baltique, prise en sandwich entre la Pologne et la Lituanie, cette enclave russe est ornée de charmantes façades germaniques, de rues sinueuses et d’églises historiques.

Bien qu’elle ait été capturée par l’Armée rouge en 1945, la région porte encore les vestiges architecturaux de son passé de Prusse orientale. Ce mélange unique d’influences a attiré des réalisateurs et des producteurs russes qui recherchent des décors qui rappellent moins l’ère soviétique.

Le charme architectural de Kaliningrad attire les cinéastes

AFP
Cette photographie prise le 16 juillet 2023 montre des acteurs figurants faisant une pause sur le tournage du film dans la ville de Zheleznodorozhny, dans la région de Kaliningrad.

« Tourner à Kaliningrad est très pratique. L’administration nous accueille à bras ouverts, nous payons tout en roubles et les figurants parlent russe », a déclaré le producteur moscovite Nikita Sapronov.

Il a récemment choisi la ville comme décor pour sa série télévisée « GDR », une représentation de l’Allemagne de l’Est qui se déroule autour de la chute du mur de Berlin.

Initialement prévu pour être tourné en Allemagne, la situation a changé en raison de l’implication militaire de la Russie en Ukraine, provoquant ce que Sapronov a décrit comme « l’Europe nous a pratiquement fermé la porte au nez ».

Son équipe s’est repliée sur Kaliningrad, recréant cette année un pan du mur de Berlin dans le centre-ville.

« Kaliningrad remplissait parfaitement Berlin-Est et Berlin-Ouest », avec son mélange de bâtiments allemands et soviétiques, a déclaré Sapronov.

AFP
Cette photographie prise le 14 juillet 2023 montre des acteurs figurants jouant leurs rôles sur le tournage du film dans la ville de Zheleznodorozhny, dans la région de Kaliningrad.

Pendant la guerre froide, Kaliningrad était déjà un lieu très apprécié des réalisateurs souhaitant mettre en scène les affrontements entre l’Armée rouge et les troupes nazies en Europe.

Désormais, le gouvernement régional souhaite élargir sa gamme de décors et de toiles de fond grâce à une ambitieuse initiative de rénovation.

Depuis 2022, Kaliningrad est devenue « le décor européen par excellence » pour les Russes, a déclaré le ministre régional de la Culture et du Tourisme Andrei Yermak. « Nous accueillons déjà 10 tournages par an. »

Des publicités proposant des cours de production cinématographique sont omniprésentes à Kaliningrad et un immense studio est en construction, présenté par les médias locaux comme « Hollywood sur la mer Baltique ».

Comment l’industrie cinématographique russe parvient-elle à rester flottante ?

Photo AP
Le président russe Vladimir Poutine écoute la ministre russe de la Culture Olga Lyubimova lors de leur réunion à Moscou, Russie, le 3 octobre 2022.

L’essor des tournages à Kaliningrad reflète la vitalité inattendue de l’industrie cinématographique russe, même face à son détachement de la scène culturelle internationale et au départ des travailleurs craignant la conscription militaire.

Les productions cinématographiques nationales ont récolté les fruits d’importantes subventions gouvernementales : selon la publication industrielle russe Bulletin Kinoprokatchika, le nombre de films pour enfants russes produits en 2022 a doublé par rapport à l’année précédente.

Les films russes ont connu une augmentation de 30 pour cent de leur popularité sur les plateformes de streaming et une augmentation de 25 pour cent de leur audience à la télévision – bien que la plupart de ces productions soient conçues exclusivement pour le public national.

Pour soutenir le secteur du cinéma, le gouvernement a augmenté son soutien à 14,9 milliards de roubles (144 millions d’euros) en 2022, dans le cadre de l’initiative du président Vladimir Poutine visant à remplacer les produits importés par des produits fabriqués dans le pays, allant des voitures à la nourriture et aux boissons.

Le cinéma russe semble largement dépendant de ce soutien de l’État pour survivre.

Notamment, sur les 26 films financés l’année dernière par le Fonds du cinéma russe, un seul – une comédie légère – s’est avéré rentable.

« The Witness » : un film controversé reflétant le récit du Kremlin

AP Photo/Alexandre Zemlianichenko
Un distributeur de billets avec une affiche du film « The Witness » est exposé dans le hall d’un cinéma d’un centre commercial de Moscou, en Russie, le jeudi 17 août 2023.

Au milieu de ce paysage cinématographique florissant, un ajout notable se démarque : « Le Témoin », un drame parrainé par l’État dont la première en Russie a eu lieu le 17 août.

Le film présente un récit centré sur le voyage d’un violoniste belge à Kiev pour une représentation en février 2022, coïncidant avec les attentats à la bombe russes en Ukraine.

L’expérience de l’artiste est bouleversée par une série d’événements déchirants attribués à « des crimes inhumains et des provocations sanglantes des nationalistes ukrainiens », et il devient déterminé à révéler au monde la vérité sur ses expériences.

« The Witness » est le premier long métrage décrivant l’invasion qui dure depuis 18 mois, décrivant les troupes ukrainiennes comme des néo-nazis violents qui infligent la torture et la mort à leur propre peuple. Un soldat ukrainien porte un T-shirt avec Hitler dessus. Le jeune fils du personnage principal se demande également dans le film : « L’Ukraine n’est-elle pas la Russie ?

Le contrôle de l’imagerie est une caractéristique habituelle des dictatures. Des films de propagande ont été produits en Union soviétique, en Allemagne nazie et en Italie sous Benito Mussolini, ainsi qu’en Corée du Nord et au Moyen-Orient.

Dans la Russie d’aujourd’hui, les autorités parlent ouvertement de leur intention de porter la guerre en Ukraine – ou plutôt le récit russe qui l’entoure – sur grand écran.

Vladimir Poutine a ordonné au ministère de la Culture de garantir que les cinémas projettent des documentaires sur « l’opération militaire spéciale », comme le Kremlin appelle sa guerre en Ukraine.

Le critique de cinéma russe Anton Dolin le décrit comme un « système vicieux alors que l’État est le principal et le plus riche producteur du pays ».

Dolin note que tous les films doivent obtenir une licence de projection du ministère de la Culture, de sorte que les « mécanismes de censure » fonctionnent même pour ceux qui ne reçoivent pas d’argent du gouvernement.

AP Photo/Alexandre Zemlianichenko
Des gens se tiennent devant des distributeurs de billets dans le hall d’un cinéma à l’intérieur d’un centre commercial à Moscou, en Russie, le jeudi 17 août 2023.

« The Witness » a été créé en Russie sans grande fanfare.

Dans une salle de cinéma de Moscou, près d’une douzaine de cinéphiles ont déclaré être venus voir des films autres que « The Witness », même si plusieurs ont déclaré qu’ils prévoyaient de le regarder à un moment donné.

Lors de son premier week-end, elle avait gagné un peu plus de 6,7 millions de roubles, soit environ 65 000 euros.

Laisser un commentaire

18 − treize =