Je suis un expatrié post-Brexit qui a suivi une formation pour apprendre à être français - voici comment je m'en suis sorti

Jean Delaunay

Je suis un expatrié post-Brexit qui a suivi une formation pour apprendre à être français – voici comment je m’en suis sorti

Ces journées de formation, dispensées en français, attendent désormais tout Britannique comme moi qui a émigré en France depuis que le Royaume-Uni a complètement quitté l’UE.

Qu’est-ce qui fait un bon citoyen ? Ou plus précisément, qu’est-ce qui fait un bon citoyen français ?

En théorie, vous n’avez pas besoin de chercher plus loin que moi – un récent diplômé des quatre jours obligatoires en France formation civiqueou formation civique, destinée à amener les immigrés à « mieux comprendre les valeurs de la République et de la société française ».

Ces journées de formation, dispensées en français, attendent désormais tout Britannique comme moi qui a migré en France depuis le Le Royaume-Uni a complètement quitté l’UE – et qui cherche à rester à long terme.

Parmi les nombreuses étapes bureaucratiques que doivent franchir les immigrés hors UE, EEE et Suisse, les journées de formation civique vous apprennent tout sur la culture française, des valeurs, de l’histoire et des choses pratiques comme le fonctionnement du système de sécurité sociale et d’autres institutions de l’État. Essentiellement, comment être un bon résident dans votre nouvelle maison.

L’ensemble du processus est une bonne idée en principe. Même si J’ai visité la France plusieurs fois dans le passé et parler la langue de Molière, il peut être très désorientant de s’installer dans un pays étranger où vous avez un réseau limité et une compréhension de ce que c’est que d’y vivre réellement.

Alors en théorie, la formation civique est un peu une bouée de sauvetage car on se noie dans une mer de formulaires à remplir, on cherche en vain à savoir à quelles prestations sociales on peut avoir droit, et on tente généralement de s’établir dans le pays.

Dans la pratique cependant, j’ai trouvé les journées un peu hasardeuses, surtout du point de vue du Royaume-Uni.

Toile
Le Consulat à Paris, France.

C’est ce qui se passe à la formation civique française

Commençons par l’un des axes principaux de la formation : les valeurs françaises et européennes élargies. Malgré le désir apparent du gouvernement britannique actuel de se distancier autant que possible de tout ce qui est à distance européen, la vérité est que nous n’avons pas tellement divergé des principes de l’UE depuis notre Brexit il y a plus de deux ans.

Lorsque j’ai appris l’importance de la liberté, de la démocratie et de l’égalité, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était un peu redondant, car ce sont encore clairement les caractéristiques des valeurs britanniques modernes.

Il ne fait aucun doute que le Royaume-Uni a un énorme chemin à parcourir dans certains de ces domaines, qu’il s’agisse des droits des femmes ou de l’éradication du racisme institutionnel, mais la même chose pourrait être dite pour de nombreux pays de l’UE. Certains d’entre eux ont des records bien pires que le Royaume-Uni dans certains domaines.

Cela ne veut pas dire que l’apprentissage des valeurs européennes n’est pas nécessaire. Il est important que les personnes arrivant de pays qui pourraient ne pas être aussi libéraux en ce qui concerne les droits LGBTQ+ ou la liberté de religion par exemple, sachez que la France est – dans l’ensemble – un pays libre et tolérant.

Mais pour quelqu’un qui vient d’un endroit qui a en son cœur un ensemble de valeurs et de culture très similaire à la France (autant que les gens des deux côtés de la Manche pourraient détester l’admettre), cela ne semble pas nécessaire.

Malgré cela, j’ai plutôt apprécié les aspects plus culturels de mes journées de formation civique, y compris les mini-cours d’histoire et de géographie que nous avons eus (il n’y avait malheureusement pas d’échantillons gratuits de fromage et de vin français à essayer).

Euronews
James Thomas en France

Apprendre les géants littéraires et les « devoirs d’intégration »

Certains de mes camarades ont été surpris d’apprendre que la France ne se limite pas à l’Hexagone nous connaissons et aimons, mais a également un territoire dans les Amériques et en Afrique.

J’étais fier de ma capacité à raconter diverses personnalités françaises modernes et historiques qui ont façonné le passé et le présent du pays, y compris des géants littéraires comme Voltaire et Victor Hugo (un grand merci à mes professeurs de français A Level).

Et j’ai été légèrement déçu lorsque nous n’avons jeté qu’un bref coup d’œil sur les paroles de La Marseillaise plutôt que de les chanter toutes ensemble – l’un de mes trucs de fête est que je connais le premier couplet par cœur (ce qui pourrait être une condamnation accablante de ce que je suis comme dans les fêtes…).

Aussi étrange que cela puisse paraître, un autre aspect positif de la formation était le « devoir » qu’ils nous ont donné à la fin d’une session – à savoir, nous fixer trois objectifs qui nous aideraient à nous intégrer dans la vie en France. Nous devions ensuite rendre compte à la session suivante pour partager nos expériences avec le groupe et nous offrir mutuellement des conseils.

J’ai vite découvert que j’étais dans une situation particulièrement chanceuse car mon permis de conduire britannique avait été délivré avant le Brexit, il compte toujours comme un permis européen.

L’un de mes objectifs était de changer mon permis de conduire britannique pour un permis français. Cependant, j’ai vite découvert que j’étais dans une situation particulièrement chanceuse car, parce qu’elle a été délivrée avant le Brexit, elle compte toujours comme une licence européenne tant qu’elle reste valide.

Un bel effet secondaire de la formation civique a été de pouvoir rencontrer d’autres personnes dans le même bateau que moi, d’une variété d’endroits différents, y compris d’autres pays européens nations comme l’Ukraine et divers pays d’Afrique et du Moyen-Orient. J’ai même échangé des numéros avec un gars de Tunisie et je l’ai depuis rencontré pour boire un verre, ce qui est évidemment pratique lorsqu’on débute dans un nouvel endroit.

AP Photo
Quotidien français : Les gens assistent à une projection au cinéma en plein air du musée du Louvre à Paris.

La formation vaut-elle le coup ?

Alors quel est mon verdict ? Dans l’ensemble, il y a certainement une valeur à ce que les pays européens fassent suivre à leurs migrants une sorte de formation civique.

C’est une bonne idée d’initier les étrangers au fonctionnement des systèmes locaux, qu’il s’agisse des numéros à appeler en cas d’urgence, des régimes d’allocations familiales ou des soins de santé publics. Il y a beaucoup de choses que j’aurais totalement ratées sans ces quatre jours.

En fait, apprendre des choses comme ça est si utile qu’il est étonnant que d’autres citoyens de l’UE n’aient pas à suivre une sorte de formation civique lorsqu’ils s’installent en France. Faisant partie du bloc, ils sont exemptés.

Mais ce n’est pas comme si l’UE était uniforme, même à distance, en ce qui concerne les opérations de l’État.

Paradoxalement cependant, ce sont ces cours pratiques qui ont été aussi les moins agréables – j’ai de loin préféré entendre parler de l’histoire, de la culture et des valeurs de France, peut-être grâce au confort qu’offre la familiarité.

Et parce qu’en fin de compte, Je suis toujours une ventouse pour l’image idyllique de la Franceoù le le vin coule et les accordéons sont nombreux.

Ou peut-être est-ce parce que, malgré les événements politiques récents, je sais que je suis toujours un bon citoyen européen dans l’âme.

Laisser un commentaire

quatre + deux =