Beyza (second from left), Diyar and the rest of Team Ceres were runners up in the Earth Prize.

Milos Schmidt

« Je suis en colère contre le changement climatique » : Rencontre avec des adolescents turcs qui canalisent leur colère vers des solutions

Ces adolescents de Turquie sont finalistes du Prix de la Terre pour leur solution bon marché et rapide aux mauvaises récoltes.

« Ma communauté est ma source d’inspiration », déclare Beyza, 17 ans, finaliste du Prix de la Terre.

« En Turquie, nous subissons les effets du changement climatique. Cette région était la Mésopotamie, où l’agriculture et la civilisation sont nées, mais aujourd’hui les gens sont aux prises avec le changement climatique et la sécheresse. »

Alors que de nombreux jeunes manifestent pour exiger une action climatique, Beyza a mis à profit son esprit scientifique en développant une « solution de culture alimentée au plasma qui défie la sécheresse ».

« Ce n’est pas bien de voir les grands gouvernements résoudre ces problèmes, mais c’est nous qui essayons de faire ça et pas eux », explique Diyar, 18 ans, qui travaille sur le projet avec Beyza.

« Et comme nous ne sommes pas capables de changer le climat – le problème lui-même – nous essayons d’en résoudre les effets. Je pense que si ce problème recevait suffisamment d’attention de la part de plus grandes autorités, il pourrait être résolu – c’est ce qui suscite la colère des gens. »

Avec leurs collègues inventeurs de l’équipe Ceres, ils ont inscrit leur solution au Earth Prize, un concours mondial de durabilité environnementale destiné aux étudiants, qui offre un mentorat et un financement aux idées gagnantes.

Alors que Beyza sort le prototype « Plantzma » de l’armoire de sa chambre et l’explique lors d’un appel vidéo, il est clair qu’il ne s’agit pas d’adolescents ordinaires.

Comment le plasma peut-il aider les agriculteurs à lutter contre le changement climatique ?

« Notre idée pour Plantzma est née des défis agricoles que nous avons observés dans notre communauté et notre famille », explique Beyza.

« Beaucoup de gens que nous connaissons travaillent dans l’agriculture, car notre région a un accès limité aux ressources telles que l’éducation, et ils sont confrontés à des problèmes importants en raison de la sécheresse et des mauvaises récoltes – il y a eu une baisse de 40 % des précipitations, ce qui a entraîné une perte de récolte de 80 %. »

Selon le Forum économique mondial, la probabilité de mauvaises récoltes devrait être jusqu’à 4,5 fois plus élevée à l’échelle mondiale d’ici 2030, et 25 fois plus élevée d’ici 2050.

Non seulement cela a un impact sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des agriculteurs, mais cela conduit également à une surutilisation d’engrais qui aggrave le problème par la pollution et la dégradation des sols.

Beyza et son équipe ont décidé de résoudre ces problèmes avec Plantzma : un appareil facile à utiliser qui exploite le plasma pour créer des cultures plus résilientes et enrichir l’eau d’irrigation.

Au prix de 176 €, un seul appareil peut éviter les pertes de récoltes jusqu’à 60 % et réduire l’utilisation d’engrais coûteux jusqu’à 40 %, estime l’équipe Ceres.

« Lorsque nous avons interrogé les agriculteurs, ils étaient ravis d’entendre parler de ce produit », explique Beyza. « Il suffit de cliquer sur deux ou trois boutons pour l’utiliser. »

L'appareil Plantzma traite les semences et l'eau d'irrigation à l'aide de plasma.
L’appareil Plantzma traite les semences et l’eau d’irrigation à l’aide de plasma.

Qu’est-ce que le plasma exactement ?

Le plasma – le quatrième état de la matière après le solide, le liquide et le gaz – « est essentiellement de l’air ionisé suralimenté », explique Diyar.

Ses particules surchauffées ont tellement d’énergie que les électrons se séparent de leurs atomes. Contrairement au gaz, il conduit facilement l’électricité.

Rare sur Terre mais abondant dans l’espace, le plasma nécessite trois choses pour être créé : un gaz comme l’air, un système de décharge avec des électrodes et un système de tension, explique Beyza.

Son parcours avec le plasma témoigne de sa curiosité scientifique au-delà de la salle de classe.

« J’ai pensé à utiliser le plasma parce que je m’intéressais aux exoplanètes », se souvient-elle. « Je lisais beaucoup d’articles de la NASA, et la NASA a beaucoup travaillé sur le plasma et ses nombreuses utilisations. »

Le dispositif Plantzma utilise le plasma basse température de deux manières.

« Dans le traitement direct, nous traitons les graines dans un récipient avec du plasma avant la culture, améliorant le taux de germination et le potentiel de croissance dès le début en créant des nano-fissures à la surface de ces graines, ce qui augmente la résistance aux maladies, à la sécheresse et à d’autres facteurs de stress environnementaux », explique Diyar.

« Dans le traitement indirect, nous traitons l’eau d’irrigation avec du plasma, enrichissant ses propriétés pour favoriser la croissance des plantes, et ce processus transforme l’eau en un engrais plasma (respectueux de l’environnement, enrichi en azote) qui fournit des nutriments essentiels à la plante et stimule les fruits et légumes. »

Beyza rêve de travailler pour l'ONU.
Beyza rêve de travailler pour l’ONU.

« Je veux travailler à l’ONU, c’est mon rêve »

L’équipe Ceres souhaite que sa technologie plasma devienne aussi accessible que possible, afin qu’elle puisse être mise à l’échelle et utilisée dans les communautés rurales.

« La solution peut être mise en œuvre partout dans le monde où l’agriculture est répandue, y compris dans de nombreux endroits qui n’ont pas accès aux technologies modernes », explique Beyza.

Pour que cela devienne une réalité, ils tentent de lever des fonds pour faire avancer l’idée et éventuellement l’étendre à l’international.

Alors que Diyar se lance dans des études d’ingénierie électrique à l’université de New York à Abu Dhabi, Beyza espère bientôt étudier l’ingénierie environnementale et les sciences politiques à l’université.

« Je suis en colère contre le changement climatique car, comme vous le savez, il n’est pas seulement lié à l’environnement, il est surtout lié à l’économie… et je suis en colère contre l’avenir, je me demande : « Nos ressources en eau sont-elles suffisantes pour nous ? Et allons-nous être capables d’atténuer les effets du changement climatique dans notre région ? », dit-elle.

« Je veux travailler à l’ONU, c’est mon rêve… Je constate qu’il y a un manque de politiques environnementales dans les pays sous-développés ou les pays en développement… (où) le changement climatique est un véritable défi.

« Lorsque nous inventons quelque chose, il est donc très important de le rendre réellement accessible et de changer les politiques environnementales pour ces communautés vulnérables. »

Laisser un commentaire

2 × cinq =