"Je pars d'une grande alarme rouge" - Enrico Letta appelle à un remaniement radical du marché unique européen

Jean Delaunay

« Je pars d’une grande alarme rouge » – Enrico Letta appelle à un remaniement radical du marché unique européen

Le marché unique de l’UE repose sur la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. L’ancien Premier ministre italien et auteur d’un rapport sur le marché unique, Enrico Letta, soutient qu’une cinquième liberté – englobant la recherche, l’éducation et l’innovation – est vitale pour la prospérité future de l’Europe.

« Je pars d’une alarme rouge très rouge, très forte, d’une grande alarme rouge. L’écart se creuse avec les Etats-Unis. » L’alarme qu’Enrico Letta envisage avec tant de vivacité est le signal d’alarme dont il estime que l’Union européenne a besoin pour comprendre que le marché unique a un besoin crucial de développement pour pouvoir rivaliser avec des concurrents tels que les États-Unis et la Chine et pour s’adapter. aux évolutions géopolitiques mondiales des trois dernières décennies.

Enrico Letta, auteur du rapport sur l'avenir du marché unique
Enrico Letta, auteur du rapport sur l’avenir du marché unique

Le marché unique tel qu’il est aujourd’hui ne suffit pas, car il a été conçu pour un monde qui n’existe plus.

L’ancien premier ministre et universitaire italien vient de rédiger un rapport commandé par la présidence belge de l’UE sur l’avenir du marché unique. Il a été créé il y a 31 ans dans le cadre d’une démarche qui a dynamisé l’intégration de l’économie interne du bloc. L’essentiel de son analyse est que cette innovation révolutionnaire doit faire un autre pas en avant.

« Le marché unique tel qu’il est aujourd’hui ne suffit pas, car il a été conçu pour un monde qui n’existe plus », dit-il. Son étude approfondie a duré six mois et a nécessité une tournée de 65 villes et quelque 400 réunions.

Limites à la compétitivité de l’UE

Le marché unique a été créé en 1993 dans un environnement financier et commercial mondial très différent. « Lorsque Jacques Delors a lancé le SM, l’Union soviétique était toujours là, l’Allemagne n’était pas unie, la Chine et l’Inde représentaient ensemble 4 % du PIB mondial », explique le professeur Letta. « Le grand d’aujourd’hui et de demain doit être plus grand parce que les dimensions de la Chine, des États-Unis et des BRIC ont complètement changé. »

Trois secteurs ; L’énergie, les services financiers et les télécommunications ne font pas partie du marché unique et Letta estime que la fragmentation de ces secteurs nuit à la compétitivité de l’Europe : « Nous avons 100 opérateurs de télécommunications en Europe, fragmentés dans chaque pays en 3, 4, 5 opérateurs », ajoute-t-il. « Aux Etats-Unis, il y en a 3, en Chine, chaque opérateur compte plus de 467 millions de clients. »

Enrico Letta s'entretient avec Andrea Bolitho d'Euronews
Enrico Letta s’entretient avec Andrea Bolitho d’L’Observatoire de l’Europe

Pire encore pour Letta, c’est le manque d’intégration des services financiers. « Nos 27 marchés financiers ne sont pas assez intégrés, pas assez attractifs, ils sont trop petits et le marché américain a cet effet d’attraction. »

L’idée partant de l’environnement juridique est de créer un passe-partout, une sorte de passe-partout, un système juridique unique.

Atteindre les grands objectifs de l’Europe

Le vétéran homme politique italien de centre-gauche suggère de créer une union d’épargne et d’investissement, qu’il décrit comme un pilier de l’argent privé. Combiné avec des fonds publics, il financerait la politique phare de l’Europe en matière de zéro émission nette. Cependant, le financement est un sujet qui divise. « Nous continuons à ne pas répondre à la question de savoir comment financer la transition », déclare Letta. « Les agriculteurs seront les premiers à manifester dans une longue séquence, les prochains seront les travailleurs de l’industrie automobile, ensuite d’autres travailleurs, d’autres hommes d’affaires, d’autres citoyens. »

Interview intégrale : l’ancien Premier ministre italien Enrico Letta sur l’avenir du marché unique

De nombreux entrepreneurs affirment que le marché unique ne fonctionne pas pour eux. Alors que les grandes entreprises disposent de l’argent et du personnel nécessaires pour opérer dans des pays dotés de régimes juridiques différents, ce n’est pas le cas des petites entreprises. Letta veut simplifier cela : « L’idée partant de l’environnement juridique est de créer un passe-partout, une sorte de passe-partout, un système juridique, un 28ème système juridique qui soit une sorte d’autre pays européen, un pays virtuel, avec son propre système juridique. système. »

Business Planet a demandé au chef du lobby des petites entreprises technologiques, DigitalSME, s’il pensait que cela pourrait aider. Sebastiano Toffaletti, secrétaire général de l’Alliance européenne des PME numériques, s’est montré très positif à l’égard de l’idée. « Je pense que c’est une idée géniale », s’est-il enthousiasmé. « Si je dois créer une entreprise, je devrai la créer dans mon pays, je suis italien, je la créerai en Italie, mais si je veux faire des affaires, que ce soit en France, en Pologne ou ailleurs, je dois créer une autre entreprise dans ces pays, donc c’est un gâchis complet.

Vers une cinquième liberté

Les 4 piliers du marché unique européen sont la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Letta reconnaît qu’il s’agit d’une vision très 20e siècle et affirme qu’une cinquième liberté – pour l’innovation, la recherche et l’éducation – est désespérément nécessaire.

« Après avoir (eu) des réunions à travers l’Europe, beaucoup de jeunes, de start-uppers (me disaient) ‘nous voulons aller faire les Etats-Unis, l’Europe n’est pas l’endroit où nous pouvons développer nos idées' ».

Enrico Letta prône la « cinquième liberté » pour le marché unique
Enrico Letta prône la « cinquième liberté » pour le marché unique

Un exemple du potentiel de développement du marché unique peut être trouvé dans le domaine de la recherche médicale. Permettre l’accès gratuit aux articles et à leurs données contribue déjà à accélérer les avancées européennes en matière de santé, comme l’a découvert Business Planet via l’organisme de recherche public français, l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

« On voit désormais régulièrement des publications d’articles basés sur l’exploitation d’un jeu de données généré par un autre laboratoire, éventuellement dans un autre pays. Et je trouve ça fantastique », souligne Isabelle Chemin, directrice de recherche à l’INSERM. « Cela évite peut-être à dix laboratoires de refaire la même chose, ce qui coûte très cher », a-t-elle ajouté.

Les centres de recherche tels que l’INSERM sont essentiels pour une Europe innovante et compétitive et un marché unique de nouvelle génération est essentiel pour permettre à ce secteur, et à d’autres, de réaliser leur potentiel. Cela pourrait devenir une réalité si les dirigeants européens partagent la vision d’Enrico Letta.

Laisser un commentaire

vingt − deux =