Israel will compete at Eurovision after changing lyrics to its controversial song

Jean Delaunay

Israël participera à l’Eurovision après avoir modifié les paroles de sa chanson controversée

Les organisateurs ont confirmé qu’Israël sera autorisé à participer au Concours Eurovision de la chanson 2024 après avoir modifié les paroles de sa chanson « October Rain », désormais intitulée « Hurricane ».

Israël sera autorisé à participer à l’Eurovision de cette année après avoir modifié les paroles de sa chanson, ont confirmé les organisateurs. La chanteuse russo-israélienne Eden Golan, 20 ans, représentera le pays en mai prochain.

Sa chanson originale, « October Rain », faisait référence aux attentats du Hamas du 7 octobre et avait été interdite pour avoir enfreint les règles de neutralité politique. La chaîne publique israélienne a accepté de modifier la chanson, désormais intitulée « Hurricane », qui sera dévoilée ce week-end.

Dans un communiqué, l’Union européenne de radiodiffusion (UER), qui organise le concours, a déclaré : « L’UER peut confirmer que la candidature officielle de son membre israélien Kan a été jugée éligible pour participer au Concours Eurovision de la chanson en mai. »

« Le groupe de référence du concours, son conseil d’administration, a pris la décision d’accepter la chanson ‘Hurricane’ pour le prochain concours après un examen minutieux des paroles. Il a été convenu que ‘Hurricane’ satisfaisait aux critères de participation nécessaires conformément aux règles du la compétition. »

La chaîne de télévision israélienne KAN s’était précédemment engagée à ne pas modifier les paroles, mais le président du pays, Isaac Herzog, a ensuite appelé à des « ajustements nécessaires » pour garantir qu’Israël puisse participer au concours.

Les paroles originales de « October Rain » comprenaient les lignes : « Il n’y a plus d’air à respirer » et « C’étaient tous de bons enfants, chacun d’entre eux ». La chanson faisait également référence aux « fleurs », qui sont souvent utilisées comme code militaire pour les morts de guerre.

Mercredi 6 mars, la ministre belge de la Culture, Bénédicte Linard, a demandé qu’Israël soit exclu de l’Eurovision tant que la guerre à Gaza se poursuivra.

« Tout comme la Russie a été exclue des compétitions et de l’Eurovision suite à son invasion de l’Ukraine, Israël devrait être exclu jusqu’à ce qu’il mette fin à ses violations flagrantes du droit international, qui font des milliers de victimes, notamment des enfants », a-t-elle écrit sur X.

Linard a également déclaré au Parlement belge qu’elle demanderait à la chaîne publique RTBF, qui organise l’entrée de la Belgique à l’Eurovision, de faire part de ses inquiétudes à l’UER.

L’inclusion d’Israël a suscité de nombreuses controverses.

En janvier, une lettre ouverte a été envoyée à l’UER et signée par plus de 1 000 artistes suédois, appelant au retrait d’Israël de la compétition. D’autres pays de l’Eurovision ayant demandé la suspension d’Israël à cause de la guerre à Gaza comprennent des artistes d’Islande, de Norvège et du Danemark. En Finlande, une pétition signée par plus de 1 400 professionnels de l’industrie musicale a accusé la chaîne nationale Yle de faire preuve de deux poids, deux mesures, affirmant qu’elle était parmi les premières à exiger l’interdiction de la Russie après son invasion de l’Ukraine en 2022.

Ailleurs, des personnalités comme Helen Mirren, Gene Simmons, Sharon Osbourne et Boy George ont signé une lettre ouverte exhortant les organisateurs de l’Eurovision à permettre à Israël de concourir cette année.

Le Concours Eurovision de la chanson aura lieu du 7 au 11 mai dans la ville suédoise de Malmö.

Laisser un commentaire

18 + seize =