Palestinians mourn their relatives, killed in the Israeli bombardment of the Gaza Strip, outside a morgue in Rafah.

Jean Delaunay

Israël contraint les Gazaouis à occuper un tiers de son territoire alors que les attaques en mer Rouge se poursuivent

Les dernières mises à jour sur la guerre entre Israël et le Hamas et le conflit plus large au Moyen-Orient.

Les ordres d’évacuation d’Israël dans la bande de Gaza couvrent désormais les deux tiers du territoire, soit 246 kilomètres carrés, ont indiqué mardi les observateurs des Nations Unies.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires rapporte que plus de la moitié des 2,3 millions d’habitants de Gaza sont désormais entassés dans la ville de Rafah, à la frontière avec l’Égypte et ses environs.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que le bilan confirmé des morts palestiniens s’élève à 27 478 personnes après près de quatre mois de guerre.

Un quart des habitants de Gaza meurent désormais de faim et 85 % de la population a été chassée de chez elle, des centaines de milliers d’entre eux étant entassés dans des camps de tentes de fortune.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dont le gouvernement de coalition s’appuie sur le soutien d’extrémistes d’extrême droite qui soutiennent les colons violents en Cisjordanie, s’est engagé à poursuivre la guerre jusqu’à ce qu’Israël écrase le Hamas et obtienne le retour des plus de 100 otages toujours détenus par Israël. le groupe militant.

Lors d’une réunion avec les troupes lundi, Netanyahu a déclaré qu’Israël avait vaincu 18 des 24 bataillons du Hamas, sans fournir de preuves. « Nous sommes sur la voie d’une victoire absolue, et je tiens à vous dire que nous y sommes engagés et que nous n’y renoncerons pas. »

Blinken poursuit un accord de cessez-le-feu lors de réunions avec des médiateurs égyptiens

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken était au Caire mardi pour une réunion avec les dirigeants égyptiens qui, selon des responsables américains, se concentreraient sur la négociation d’un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas en échange de la libération des otages détenus par les militants.

La visite de Blinken intervient également dans un contexte d’inquiétudes croissantes en Égypte concernant les intentions déclarées d’Israël d’étendre les combats à Gaza aux zones situées à la frontière égyptienne qui regorgent de Palestiniens déplacés.

L’Égypte a averti qu’un déploiement israélien le long de la frontière menacerait le traité de paix signé par les deux pays il y a plus de quatre décennies. L’Égypte craint qu’une extension des combats dans la région de Rafah ne pousse les civils palestiniens terrifiés à franchir la frontière, un scénario que l’Égypte s’est déclarée déterminée à empêcher.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken.
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Blinken, qui rencontrait mardi le président égyptien Abdel-Fattah el-Sisi, a déclaré à plusieurs reprises que les Palestiniens ne devaient pas être forcés de quitter Gaza.

Lors de son dernier voyage, Blinken cherche à progresser sur un accord de cessez-le-feu, sur une potentielle normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite et sur la prévention d’une escalade des combats régionaux.

Sur ces trois fronts, il est confronté à des défis majeurs. Le Hamas et Israël sont publiquement en désaccord sur les éléments clés d’une éventuelle trêve. Israël a rejeté les appels en faveur d’une voie vers un État palestinien, et les alliés militants de l’Iran dans la région n’ont montré aucun signe de dissuasion face aux frappes américaines.

Une attaque présumée de drone Houthi frappe un autre navire de la mer Rouge

Un navire traversant le sud de la mer Rouge a été attaqué tôt mardi par un drone présumé rebelle Houthi du Yémen, ont annoncé les autorités, la dernière attaque de leur campagne visant des navires dans le cadre de la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.

L’attaque s’est produite à l’ouest du port yéménite de Hodeida et le projectile a causé de « légers dommages » aux fenêtres du navire sur le pont, ont indiqué les opérations commerciales maritimes de l’armée britannique au Royaume-Uni. Un petit navire se trouvait à proximité du navire avant l’attaque, a-t-il ajouté.

La société de sécurité privée Ambrey a identifié le navire comme étant un cargo battant pavillon de la Barbade et appartenant au Royaume-Uni. Personne n’a été blessé à bord du navire, qui a subi des « dommages mineurs », a indiqué la société.

Plus tard, un porte-parole militaire des rebelles Houthis soutenus par l’Iran, le général de brigade Yahya Saree, a affirmé dans un communiqué que les forces rebelles avaient attaqué deux navires distincts dans la mer Rouge, un américain et un britannique. Il n’a fourni aucune preuve pour étayer cette affirmation.

Un cargo navigue dans la ville d’Ismaïlia, en Égypte.
Un cargo navigue dans la ville d’Ismaïlia, en Égypte.

L’un des navires que les Houthis prétendaient avoir attaqué, le Morning Tide, correspondait aux détails fournis par Ambrey. Les données de suivi ont montré qu’il se trouvait dans la mer Rouge, à proximité de l’attaque signalée.

Le propriétaire du Morning Tide, la société britannique Furadino Shipping, a déclaré à l’Associated Press que personne n’a été blessé dans l’attaque et que le navire poursuivait sa route vers Singapour.

Depuis novembre, les rebelles ont pris pour cible à plusieurs reprises des navires dans la mer Rouge en raison de l’offensive israélienne à Gaza contre le Hamas. Mais ils ont fréquemment ciblé des navires ayant des liens ténus ou inexistants avec Israël, mettant ainsi en danger le transport maritime sur une route clé pour le commerce et l’aide entre l’Asie, le Moyen-Orient et l’Europe.

Ces dernières semaines, les États-Unis et le Royaume-Uni, soutenus par d’autres alliés, ont lancé des frappes aériennes ciblant les arsenaux de missiles Houthis et les sites de lancement de leurs attaques.

Laisser un commentaire

4 × 3 =