People take part in a protest against Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu

Jean Delaunay

Israël connaît la plus grande manifestation antigouvernementale depuis le début de la guerre du Hamas

Près de six mois de conflit ont ravivé les divisions sur le leadership du Premier ministre conservateur Benjamin Netanyahu.

Des dizaines de milliers d’Israéliens ont organisé dimanche la plus grande manifestation antigouvernementale depuis que le pays est entré en guerre contre le Hamas en octobre.

Les manifestants dans le centre de Jérusalem ont exhorté le gouvernement à conclure un accord de cessez-le-feu pour libérer des dizaines d’otages détenus à Gaza par des militants palestiniens et à organiser des élections anticipées.

La société israélienne était largement unie immédiatement après le 7 octobre, lorsque le Hamas a tué quelque 1 200 personnes lors d’une attaque transfrontalière et en a pris 250 autres en otages.

Près de six mois de conflit ont toutefois ravivé les divisions sur le leadership du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Netanyahu a juré de détruire le Hamas et de ramener tous les otages chez eux, mais ces objectifs restent hors de portée. Même si le Hamas a subi de lourdes pertes, il reste intact.

Environ la moitié des otages de Gaza ont été libérés au cours d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre. Mais les tentatives des médiateurs internationaux pour rapatrier les otages restants ont échoué.

Les familles des otages pensent que le temps presse et expriment de plus en plus leur mécontentement à l’égard de Netanyahu.

« Nous pensons qu’aucun otage ne reviendra avec ce gouvernement parce qu’il est occupé à mettre des bâtons dans les roues des négociations pour les otages », a déclaré Boaz Atzili, dont le cousin Aviv Atzili et sa femme Liat ont été kidnappés le 7 octobre. Liat a été libéré mais Aviv a été tué et son corps se trouve à Gaza.

« Netanyahu ne travaille que dans son intérêt privé »

Les manifestants accusent Netanyahu d’être responsable des échecs du 7 octobre et affirment que les profondes divisions politiques suscitées par sa tentative de réforme judiciaire l’année dernière ont affaibli Israël avant l’attaque. Certains l’accusent de nuire aux relations avec les États-Unis, le principal allié du pays.

Netanyahu fait également face à une litanie d’accusations de corruption qui progressent lentement devant les tribunaux.

Les critiques affirment que ses décisions semblent être axées sur la survie politique plutôt que sur l’intérêt national.

Les sondages d’opinion montrent que Netanyahu et sa coalition sont loin derrière leurs rivaux si les élections avaient lieu aujourd’hui.

À moins que sa coalition gouvernementale ne s’effondre plus tôt, Netanyahu ne participera pas aux élections avant le printemps 2026.

Les organisateurs de la manifestation ont promis de continuer à manifester pendant plusieurs jours. Ils ont exhorté le gouvernement à organiser de nouvelles élections près de deux ans avant la date prévue.

Netanyahu, dans un discours télévisé à l’échelle nationale avant de subir une opération pour une hernie plus tard dimanche, a déclaré qu’il comprenait la douleur des familles.

Mais il a déclaré que convoquer de nouvelles élections – dans ce qu’il a décrit comme un instant avant la victoire – paralyserait Israël pendant six à huit mois et bloquerait les pourparlers sur les otages.

La coalition gouvernementale de Netanyahu semble rester fermement intacte, pour l’instant.

Laisser un commentaire

5 + 11 =