Holocaust survivor Irene Shashar addresses the European Parliament plenary in Brussels on Jan. 25, 2023.

Jean Delaunay

Irene Shashar, survivante de la Shoah, appelle à un « Moyen-Orient uni » lors de sa visite à Bruxelles

Irene Shashar, survivante de la Shoah et auteure, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe lors d’une visite à Bruxelles à l’occasion de la Journée de commémoration de la Shoah qu’elle « rêve d’un Moyen-Orient pacifique » sur le modèle de l’Union européenne.

« Si j’ai un voisin, comme en Europe, une Europe unie, à côté de moi, je peux vivre en paix avec ce voisin, cela peut être deux, trois, cinq, sept ou dix (voisins). Exactement comme en Europe, comme une Europe unie. Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir un Moyen-Orient uni ? dit-elle.

Lorsqu’on lui a demandé si elle soutenait la solution à deux États, un pour Israël où elle vit et l’autre pour la Palestine, la femme de 86 ans a répondu que cela était possible tant que les voisins d’Israël reconnaissent le droit du pays à l’existence.

« Pour que la paix vienne, nous devons pouvoir vivre sur notre terre, qui nous a été donnée par l’ONU. La terre est à nous, nous voulons qu’elle prospère, nous voulons jouir de la liberté, de l’égalité, de la compréhension, de la vie en tant que telle. , » dit-elle.

Née Ruth Lewkowicz en 1937 en Pologne, elle raconte dans son livre « J’ai gagné contre Hitler » son expérience d' »enfant cachée » dans le ghetto de Varsovie créé par les nazis et dans lequel elle a emménagé à l’âge de cinq ans.

Le père de Shashar a été tué par les nazis dans le ghetto, et sa mère et elle ont réussi à s’échapper peu après par les égouts. Ils ont ensuite déménagé à Paris après la guerre, mais Shahar est devenu orphelin à l’adolescence et a déménagé pour vivre avec sa famille élargie au Pérou.

Elle a étudié aux États-Unis et, à l’âge de 25 ans, a déménagé en Israël où elle est devenue la plus jeune professeur de l’Université hébraïque.

« Les survivants vont vers un endroit meilleur, lentement mais sûrement, nous n’allons pas vivre éternellement. Je pense que nous devons laisser un témoignage aux prochaines générations », a déclaré Shashar à L’Observatoire de l’Europe pour expliquer la raison pour laquelle elle a écrit ses mémoires, publiés l’année dernière. . Elle a également déclaré à propos du génocide que « nous ne devons plus jamais permettre que cela se reproduise ».

Shashar a qualifié l’attaque du 7 octobre perpétrée par le Hamas, considéré comme un groupe terroriste par l’UE et les États-Unis, de « grande tragédie » et a fermement rejeté les accusations de génocide perpétrées par Israël et portées devant la Cour internationale de Justice par l’Afrique du Sud plus tôt. ce mois-ci.

L’opération de représailles d’Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza a déjà causé plus de 25 000 morts palestiniens, selon les autorités locales.

« Après ce que nous avons vécu le 7 octobre, est-ce qu’ils viennent nous accuser ? Nous nous défendons, essayons d’éviter que cela ne se reproduise. Nous accuser de quelque chose comme ça… ce n’est tout simplement pas compréhensible. » » Shashar a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Le tribunal de l’ONU a toutefois émis vendredi des mesures provisoires appelant Israël à prévenir et punir l’incitation directe au génocide, à empêcher toute destruction de preuves et à garantir l’accès humanitaire. Mais il n’a pas ordonné de cessez-le-feu.

Laisser un commentaire

trois × trois =