Investing in women and girls: Is gender parity the key to economic prosperity?

Jean Delaunay

Investir dans les femmes et les filles : la parité entre les sexes est-elle la clé de la prospérité économique ?

Pourquoi le monde a-t-il besoin de plus de femmes sur le marché du travail et aux postes de direction ? Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, partage ses réflexions sur la conversation mondiale.

Recherche par le Fonds Monétaire International suggère que le PIB mondial augmentera lorsque les femmes bénéficieront de conditions de jeu égales sur le marché du travail et dans les rôles de prise de décision.

Plus précisément, la réduction de l’écart entre les sexes sur les marchés du travail pourrait augmenter de 8 pour cent le PIB des économies émergentes et en développement. Réduire entièrement l’écart entraînerait une augmentation du PIB de 23 pour cent en moyenne.

Mais pourquoi l’autonomisation des femmes est-elle essentielle à la croissance économique et au développement ?

La sous-représentation dans les postes décisionnels, en particulier en politique, est un problème répandu. Statistiquement, les femmes représentent moins de 25 pour cent des représentants au parlement dans sept États membres de l’UE, dont la Hongrie.Irlande et la Grèce.

Le Parlement européen s’en sort mieux avec un équilibre entre les sexes de 40 pour cent de femmes pour 60 pour cent d’hommes. Les dirigeants du Parlement européen et de la Commission européenne sont également des femmes tandis que certains des organismes financiers les plus influents d’Europe, comme la Banque centrale européenne et la Banque européenne d’investissementavoir des femmes présidentes.

En matière de changement climatique, la BEIdécouverte en 2022 qu’augmenter le nombre de femmes dans les postes décisionnels des entreprises pourrait conduire à une baisse de 0,5 pour cent des émissions de CO2.

Alors, comment l’Europe peut-elle accroître le nombre de femmes occupant des postes de pouvoir pour accélérer le développement durable et stimuler la croissance économique ? Kristalina Georgievala directrice générale du FMI partage ses réflexions sur le dernier épisode de Global Conversation.

L’Europe a encore du travail à faire

**Sasha Vakulina, L’Observatoire de l’Europe :**Mme Georgieva, les deux tiers des pays les plus prospères du monde se trouvent en Europe, et pourtant les inégalités de revenus sont monnaie courante sur tout le continent. Comment les inégalités affectent-elles la croissance économique ?

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI : La croissance et les inégalités sont très étroitement liées. Mais permettez-moi de souligner un point très important pour l’Europe : en tant qu’Européen, je suis fier que l’Europe soit un endroit où l’attention portée à l’inclusion et à l’égalité a été relativement plus élevée que dans de nombreux autres endroits. Et en conséquence, l’Europe bénéficie de filets de sécurité sociale, qui ont été mis en œuvre après le COVID-19.après l’invasion russe de l’Ukrainepour protéger les personnes les plus vulnérables de la société.

Cela étant dit, l’Europe peut-elle s’efforcer de faire encore mieux ? Bien sûr, c’est possible. Parce que ce à quoi nous sommes confrontés en Europe et dans le monde entier, c’est une croissance très anémique, une croissance lente. Comment pouvons-nous améliorer les perspectives de croissance ? Eh bien, en exploitant toutes les ressources dont nous disposons. Et cela nous amène à un aspect particulier de l’inégalité, à savoir l’inégalité entre les sexes. Amenez davantage les femmes sur le marché du travail, dans le pouvoir de nos sociétés et de nos économies, et nous en bénéficierions énormément.

Sasha Vakulina, correspondante d'uronews, s'entretient avec Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI.
Sasha Vakulina, correspondante d’uronews, s’entretient avec Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI.

Sasha Vakulina, L’Observatoire de l’Europe : Regardons cela en détail. Alors que les moteurs de croissance traditionnels s’essoufflent, de nombreuses économies, comme vous l’avez dit, manquent leur chance en n’exploitant pas le potentiel des femmes. Maintenant, combien de choses manquons-nous ?

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI : Eh bien, il nous manque beaucoup de choses. Malheureusement, selon l’analyse la plus récente de la Banque mondiale, il n’existe aucun pays sur notre belle planète où les femmes sont pleinement égales aux hommes. Nous avons donc un travail à faire. Et je peux dire, d’après l’analyse que nous effectuons au FMI, que les preuves sont si accablantes que tout le monde en profite.

En ces temps de croissance lente, nous pouvons obtenir une augmentation du PIB allant jusqu’à 23 pour cent si nous prenons en compte les marchés émergents et les économies en développement. Si l’on considère la moyenne mondiale, cela représente une augmentation de 20 pour cent. Pourquoi ne voudrions-nous pas le faire tous ?

Attention à l’écart

Sasha Vakulina, L’Observatoire de l’Europe : Eh bien, comme vous l’avez dit, pourquoi ne pas exploiter ce potentiel ? Nous comprenons les statistiques, elles sont choquantes, nous en connaissons les raisons et nous connaissons les avantages possibles. Sinon, comment pouvons-nous faire pression pour que cela se produise ?

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI : La meilleure façon de faire pression est d’avoir une base politique crédible basée sur des données. Il existe une initiative très importante visant à « combler les lacunes en matière de données » que le G20 a promu. Il s’agit en partie de disposer de données crédibles sur la répartition des revenus, sur ce que nous devrions savoir lorsque nous prenons des décisions sur la manière d’éliminer ces obstacles.

Nous savons que les politiques fiscales peuvent aider, nous savons que les investissements dans les services de garde de la petite enfance peuvent aider, et nous savons que des transports sécuritaires peuvent aider afin que les femmes n’aient pas peur de prendre l’autobus ou le métro. Et nous savons également que la façon dont les femmes sont traitées par le système financier peut être utile, lorsque les femmes ont accès au financement sur un pied d’égalité et qu’elles n’y ont toujours pas accès.

Une petite histoire de Bruxelles

Sasha Vakulina, L’Observatoire de l’Europe : Mme Georgieva, malgré des progrès significatifs au cours des dernières décennies en ce qui concerne le rythme actuel des réformes, les écarts mondiaux entre les sexes devraient se réduire au cours des trois prochains siècles. Je le répète : trois siècles ! Et l’une des mesures les plus importantes pour améliorer la situation consiste à accroître la représentation des femmes aux postes de décision. C’est quelque chose sur lequel vous avez beaucoup à partager. À quel point votre chemin a-t-il été épineux et que pensez-vous de cela ?

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI : Eh bien, j’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que jeune professeur en Bulgarie. Et dès le début, une chose était claire pour moi : pour être traitée sur un pied d’égalité, je devais travailler plus dur que mes collègues masculins. Et j’ai le regret de dire que cela est resté mon expérience presque tout au long de ma vie professionnelle. Donc ce que je peux dire aux femmes, aux jeunes femmes en particulier, c’est que malgré cela, il peut y avoir des obstacles, mais :

1. Vous pouvez le faire. Tu es fort, tu es intelligent. Tu es belle. Vous pouvez avancer par vous-même, mais aussi contribuer à la société.

2. Lorsque vous le faites – et c’est une leçon très importante que j’ai apprise personnellement et que je l’ai vue à maintes reprises dans ma vie professionnelle – croyez en vous. N’hésitez pas à présenter vos lettres de créance en toute confiance.

Lorsque j’étais vice-président des ressources humaines, nous avions pour objectif très important d’augmenter la proportion de femmes occupant des postes de direction à 40 pour cent. Et je peux dire que la Commission a fait un excellent travail, mais une chose que j’ai remarquée, c’est que nous avions deux finalistes, un homme et une femme. Ils ont été interrogés et évalués selon cinq critères et présentaient certaines forces et faiblesses. Ils couvraient trois des cinq et moins des deux autres.

Comment l’homme a-t-il abordé l’entretien ? Il a déclaré : « Écoutez, j’ai couvert entièrement les trois critères les plus importants et j’apporte ma fantastique personnalité au travail. Bien sûr, je suis la meilleure personne pour ce poste ».

Comment la femme a-t-elle interviewé ? Elle a dit : « Eh bien, je n’ai couvert que trois critères, je ne sais pas, peut-être qu’il y a quelqu’un de meilleur que moi ».

Ne fais pas ça. Si vous ne croyez pas en vous, pourquoi les autres devraient-ils croire en vous ? Et je dirais aussi aux femmes : travaillez avec d’autres femmes. Il y a de la force dans une masse critique. Je le vois partout.

Je le vois au Fonds (FMI), je l’ai vu à la Banque mondiale, à la Commission européenne, quand nous avons plus de femmes autour de la table, on sent l’énergie dans la salle, et nous prenons de meilleures décisions parce que nous pouvons fournir différentes perspectives dans ces conversations.

Alors, avancez pour vous-même, pour les filles et les femmes, pour les garçons et les hommes. Faites votre part pour la société !

Pour le rapport complet de Sasha, cliquez sur la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus

Laisser un commentaire

dix-sept − 3 =