Members of the European Parliament for the ECR group vote during a plenary session in Strasbourg,

Jean Delaunay

« Inutile » : les conservateurs européens refusent de présenter leur tête de liste aux élections de juin

Le parti de droite des Conservateurs et réformistes européens (ECR) a confirmé qu’il ne présenterait pas de tête de liste aux élections européennes de juin, jugeant le processus « inutile ».

Dans un communiqué de presse publié mercredi, le parti a déclaré que sa décision était fondée sur sa position de longue date selon laquelle le processus dit des Spitzenkandidaten n’était pas adapté à son objectif.

Cela fait suite à l’adoption du programme électoral du parti à Strasbourg mardi soir, lors d’une réunion présidée par sa présidente, la Première ministre italienne Giorgia Meloni, et en présence de l’ancien Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Le processus Spitzenkandidaten, qui voit chaque grand parti politique présenter un candidat principal pour présider la Commission européenne, a été saboté en 2019 lorsque Ursula von der Leyen a été parachutée à ce poste alors qu’elle n’avait pas fait campagne.

Cela a conduit de nombreux conservateurs, notamment d’extrême droite, à déclarer le processus mort.

« En refusant de désigner un candidat pour le poste le plus élevé, l’ECR envoie un signal fort indiquant que le parti reste fidèle à sa ligne selon laquelle il n’a jamais été favorable au système Spitzenkandidat », peut-on lire dans le communiqué du parti.

Il ajoute que le propre parti de von der Leyen, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, a plaidé en faveur du processus avant de s’en écarter, « démontrant que toute l’approche est inutile ».

L’eurodéputé tchèque Jan Zahradil, qui s’est présenté comme Spitzenkandidat de l’ECR en 2019 et est aujourd’hui vice-président du groupe, dit le X: « J’approuve pleinement la décision de ne pas y aller cette fois-ci. »

« En 2019, le système du « spitzenkandidat » a échoué. Il ne s’agit plus désormais que d’un (a) exercice redondant de flexion musculaire du Parlement européen, allant au-delà des traités, essayant de surjouer le Conseil », a-t-il ajouté.

Mais des sources au sein du parti, s’adressant à L’Observatoire de l’Europe sous couvert d’anonymat, ont déclaré que les 20 partis membres du groupe avaient des points de vue très divergents sur cette décision, certaines délégations préconisant un candidat tête de liste pour diriger la campagne du parti avant juin.

Le parti ECR rassemble 20 partis conservateurs d’extrême droite de tout le bloc, parmi lesquels le parti au pouvoir en Italie, Fratelli d’Italia, le parti espagnol Vox et le parti polonais Droit et Justice (PiS).

Il devrait remporter environ 75 sièges, soit sept de plus qu’actuellement, lors du scrutin de juin, soutenu par la popularité du parti italien Fratelli d’Italia, dont la dirigeante Giorgia Meloni a noué des relations étroites avec von der Leyen et a gagné le respect du centre européen. droite.

Le PPE de centre-droit n’exclut pas un éventuel accord de coopération avec le ECR lors de la prochaine législature. Mais les lignes rouges du PPE concernant les partenaires potentiels signifient qu’il serait peu probable qu’il y parvienne si l’ECR accueillait le parti Fidesz de Viktor Orbán, qui n’a actuellement pas de groupe au Parlement européen et qui, selon les rumeurs, serait en pourparlers avec l’ECR.

Green Deal, la migration à l’honneur

Dans la déclaration, le parti affirme également que le Green Deal – un ensemble de mesures législatives de grande envergure visant à faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre – « doit être renversé ».

« L’ECR souhaite soutenir une stratégie climatique plus équilibrée et plus localisée qui n’oublie pas les gens ordinaires, donne la priorité au bien-être socio-économique et cesse de négliger les préoccupations des agriculteurs, des éleveurs et des pêcheurs, des citoyens et des entreprises », ajoute-t-il.

Le Green Deal a été critiqué ces derniers mois après une vague de protestations massives parmi les agriculteurs européens qui estiment que les exigences environnementales excessives réduisent leurs bénéfices. Les partis politiques ont largement capitalisé sur leur mécontentement pour gagner des points politiques avant le scrutin de juin.

Mais bien que les agriculteurs de l’ensemble du bloc déplorent également l’impact négatif des accords de libre-échange sur leurs moyens de subsistance, l’ECR affirme également qu’il plaidera en faveur de « de meilleures relations commerciales mondiales avec un large éventail de partenaires, ainsi que d’une diversification pour réduire les dépendances excessives et renforcer la compétitivité ».

Sur la migration, considérée comme l’une des priorités du parti, il appelle à « une stratégie globale de sécurité des frontières couvrant tous les points d’entrée possibles, y compris les frontières aériennes, terrestres et maritimes ».

Les députés européens du parti ont voté majoritairement en faveur du récent Pacte sur la migration, approuvé de justesse le mois dernier par le Parlement, malgré la rébellion de leurs députés polonais.

Le manifeste devrait également appeler à réduire les pouvoirs de Bruxelles et à maintenir la souveraineté nationale.

« Notre premier objectif sera de défendre nos nations contre les tentatives visant à les dépouiller de leurs pouvoirs. « Faire moins, faire mieux » est notre mantra », a déclaré Meloni lors de la réunion de mardi.

Morawiecki a déclaré que l’ECR représente « une Europe composée de nations » et a rejeté une « évolution vers un super-État avec sa capitale à Bruxelles ».

Laisser un commentaire

dix-huit − dix-sept =