The Prado Museum in Madrid

Jean Delaunay

Introspection décoloniale ou wokery ? Le projet espagnol de révision du musée critiqué par la droite

Le gouvernement espagnol a été critiqué pour son projet de « décoloniser » les musées du pays.

Ernest Urtasun, ministre de la Culture espagnol et membre du gouvernement de coalition socialiste du pays, a annoncé qu’il allait revoir les 17 musées publics pour « surmonter un cadre colonial ou ancré dans des habitudes de genre ou ethnocentriques qui ont si souvent endommagé comment nous voyons le patrimoine, l’histoire et les héritages artistiques.

Il s’agit d’une démarche conforme à celle des musées publics de nombreux autres pays. Analyser les objets d’art et de patrimoine à la recherche du bagage historique des nations coloniales européennes est un acte de création d’un récit plus honnête et historiquement plus précis autour de prétendus trésors nationaux.

La même discussion ouverte a eu lieu au Metropolitan Museum of Art aux États-Unis, au National Museum van Wereldculturen aux Pays-Bas et dans de nombreux bâtiments du National Trust au Royaume-Uni.

Cependant, comme au Royaume-Uni, où le National Trust a choisi d’éduquer les visiteurs sur les liens historiques de son bâtiment patrimonial avec l’esclavage, cela a suscité un tollé de « conférences » et de « politiques identitaires » de la part du parti conservateur de droite au pouvoir, l’intention du gouvernement espagnol de faire de même avec ses musées publics ont suscité des critiques de la droite.

Borja Sémper, principal parti d’opposition, responsable des affaires culturelles, a accusé l’initiative d’Urtasun de « débat importé de force… de l’extrême gauche ou de la gauche réveillée ». Allant plus loin que Sémper, le parti d’extrême droite Vox a qualifié Urtasun d’« hispanaphobe ».

Les arguments de la droite de l’échiquier politique espagnol se sont largement centrés sur l’idée que la gauche veut ternir l’image du pays et démolir les musées, en censurant le grand art et la culture qu’il a produit.

Un visiteur prend des photos d'un mur décoré du célèbre tableau ''Guernica'' de Pablo Picasso en Espagne basque
Un visiteur prend des photos d’un mur décoré du célèbre tableau  »Guernica » de Pablo Picasso en Espagne basque

Ironiquement, c’est sans doute la droite qui exerce la censure. Le Parti Vox a réussi à stopper le festival annuel Periferias à Huesca, dédié à la culture gitane, car il « ne sert qu’à inonder les gauchistes branchés arty-farty de milliers d’euros ». Ils ont également été accusés d’avoir arrêté une production d' »Orlando » de Virginia Woolf en raison de ses thèmes liés au changement de genre.

« Vous nous accusez de censure alors que vous, la gauche ‘éveillée’, êtes les champions de la censure », a déclaré le porte-parole culturel de Vox, Joaquín Robles.

Alors que la droite espagnole s’est insurgée à la simple pensée d’un débat intellectuel sur le passé colonial du pays et ses relations avec les musées nationaux, Urtasun a soutenu que les critiques visaient à cibler les tentatives de censure de l’art.

« Protéger la culture et comprendre son importance dans la construction d’une société égalitaire signifie protéger la démocratie, les droits et libertés fondamentaux ainsi que l’État-providence », a déclaré Urtasun.

L’un des plus grands musées du pays, le Prado, s’engage déjà depuis 2021 dans une œuvre décoloniale, où des expositions présentent des œuvres indigènes d’Amérique latine négligées par les institutions culturelles du pays.

Il s’agit d’une étape importante pour une nation dont l’histoire coloniale englobe l’un des plus grands empires de l’histoire et la conquête et la décimation de cultures entières en Amérique du Sud.

Pourtant, « savez-vous combien d’universités l’Espagne a fondées en Amérique espagnole ? » demande Robles de Vox. « Plus de 27 ! Et toutes les cathédrales ? Les gens qui y vivaient avaient les mêmes droits que les Espagnols dans les vice-royautés. L’Espagne n’a jamais eu de colonies. Cela fait partie de la Légende Noire que vous semblez manifestement avoir intériorisée.

Laisser un commentaire

quatorze − treize =