Green roofs help to cool cities.

Milos Schmidt

Intégration solaire et cendres volcaniques : comment l’Europe rafraîchit les villes grâce aux toits verts

L’Europe peut se targuer de trois décennies de recherche et de développement de produits qui soutiennent son industrie florissante des toits verts.

Une étude réalisée en 2023 par l’Université de technologie de Sydney a révélé que les toits verts, combinés à des panneaux solaires, augmentaient non seulement la biodiversité et la production solaire de 107 %, mais réduisaient également les températures de 8 °C.

Les toits verts connaissent un regain d’intérêt depuis qu’une nouvelle étude publiée en janvier 2024 a démontré que l’ajout de cendres volcaniques stabilise les températures, éloigne les mauvaises herbes, résiste aux conditions météorologiques extrêmes, draine l’eau efficacement et nécessite peu d’entretien.

Selon les dernières études de marché, en 2023, le secteur nord-américain des toits verts a connu une croissance de plus de 45 %, avec environ 1 215 projets de toits verts.

Chicago, qui compte déjà plus de toits verts que toute autre ville des États-Unis, a installé environ 56 000 mètres carrés de toits verts l’année dernière et prévoit 600 projets pour augmenter son total à environ 650 000 mètres carrés.

Le concept des toits verts n’est pas nouveau. Il remonte à la Rome antique et à la Mésopotamie.

Les chercheurs trouvent désormais des moyens de rendre ce concept ancien encore plus durable et abordable.

L’Europe, leader mondial des toits verts

L’Europe peut se targuer de trois décennies de recherche et de développement de produits qui soutiennent son industrie florissante des toits verts. L’Allemagne, la Suisse et la Scandinavie ont mené la plupart de ces recherches pionnières.

Selon l’Association allemande pour la végétalisation des bâtiments (BuGG), l’Allemagne a accumulé environ 3,1 millions de kilomètres carrés de toitures végétalisées dans les années 2020, soit seulement 8 % de la superficie totale des toits du pays.

Plusieurs villes, dont Stuttgart et Copenhague, ont commencé à imposer des toits végétalisés pour la plupart des nouveaux projets de construction. Cependant, en 2015, la France est devenue le premier pays à adopter une loi nationale exigeant que les toits des nouveaux bâtiments dans les zones commerciales soient dotés de plantes ou de panneaux solaires.

Les recherches sur les toits verts ont commencé plus tard en Amérique du Nord qu’en Europe. American Rivers souligne le potentiel considérable de telles initiatives. Selon l’organisme, un investissement de 10 milliards de dollars (9,2 milliards d’euros) dans les toits verts pourrait créer 190 000 emplois et couvrir 4,5 milliards de mètres carrés de toiture, ce qui ne représente qu’un pour cent de la surface totale des toits dans les villes américaines de plus de 50 000 habitants.

Chris Lawson, MD, designer senior chez CK Architectural, affirme que malgré la sensibilisation croissante à la neutralité carbone et les préoccupations environnementales, les toits verts sont confrontés à des obstacles supplémentaires : investissement, coûts et conviction.

Plusieurs régions encouragent les propriétaires et les promoteurs immobiliers à installer des toits verts. Par exemple, le projet Ecoroof de l’Oregon offre jusqu’à 35 % de réduction sur le total des frais de gestion des eaux pluviales.

La ville de Philadelphie offre un crédit d’impôt couvrant 50 % des coûts des toits verts jusqu’à 100 000 $ (91 900 €).

Une industrie a adopté avec enthousiasme les toits verts

Lawson a souligné les nombreux avantages des toits verts. Néanmoins, cette initiative s’adresse essentiellement aux personnes soucieuses de l’environnement, car les travaux à effectuer sont trop importants pour que certains envisagent de les ajouter.

L’industrie de l’écotourisme pourrait toutefois apporter des changements positifs. Les propriétaires, les exploitants et les exploitants d’hébergements écologiques sont souvent passionnés par l’environnement et la conservation.

Les éco-lodges du Costa Rica sont des pionniers du tourisme durable. Claudia Silva, directrice générale d’Origins Lodge, un éco-lodge de luxe à Upala, au nord du Costa Rica, explique que la nature est leur premier client. Le concept de base était donc de renouer avec la Terre Mère, où la vie a commencé.

Les toits verts faisaient partie intégrante de la conception originale du complexe, qui se fondait parfaitement dans les influences et les traditions précolombiennes.

Dans les Highlands écossais, le propriétaire d’Eagle Brae, Mike Spencer-Nairn, exprime le même sentiment.

Dans les Highlands écossais, où les cerfs broutent excessivement, ces toits sont devenus des zones sûres pour les fleurs sauvages, fournissant une source de graines précieuse pour la zone environnante.

Mike Spencer-Nairn

Propriétaire d’Eagle Brae

« Nous voulions que nos cabanes en rondins se fondent dans le paysage. En créant des toits verts, nous avons remplacé l’habitat terrestre perdu. Dans les Highlands écossais, où les cerfs broutent excessivement, ces toits sont devenus des zones sûres pour les fleurs sauvages, fournissant une source précieuse de graines pour la région environnante. »

Ben Wolff, cofondateur du lodge Onera, préserve la beauté de la colline de Wimberley au Texas en intégrant la nature dans sa propriété avec des toits d’herbes indigènes et de fleurs sauvages. Wolff fait état d’avantages directs comme une réduction de la charge de climatisation et une efficacité énergétique accrue.

Ces toits verts atténuent également l’impact des crues soudaines et permettent la réutilisation de l’eau de douche pour l’irrigation, les rendant pratiquement sans entretien.

D’autres estiment que les toits verts nécessitent un entretien plus important. Jim Dominic, directeur général de Blackberry Mountain, affirme qu’un désherbage fréquent et un arrosage régulier sont nécessaires, même si l’on choisit les meilleures espèces de gazon pour le climat du Tennessee.

« Les toits verts restent néanmoins un investissement rentable et apprécié par nos clients », ajoute-t-il. Il n’est pas le seul à recevoir des éloges.

Les toits verts ont également un attrait esthétique

Circe Sher, cofondatrice de Piazza Hospitality, explique que les clients du h2hotel à Healdsburg demandent constamment à voir le toit végétalisé et ses fleurs, ses oiseaux et ses abeilles. 75 % de la surface du toit est verte, imitant les collines environnantes.

Bien que l’hôtel bénéficie de nombreux avantages liés à la végétalisation de son toit, il regrette de ne pas avoir aménagé d’accès extérieur. C’est pourquoi la terrasse du Rooftop donne sur le toit végétalisé.

Les grands complexes hôteliers écologiques reconnaissent également les avantages des toits verts. Au NH Collection Copenhagen, 3 000 mètres carrés de plantes sédum couvrent la majeure partie de la surface du toit. Ces plantes offrent un attrait esthétique, passant du vert au jaune et au rose pâle, tout en absorbant 50 à 70 % des précipitations.

David Goldberg FAIA, président de Mithun, le cabinet de design à l’origine du pavillon Stensgar du Coeur d’Alene Casino Resort Hotel, Worley, Idaho, se souvient de l’objectif d’intégrer harmonieusement le nouvel espace événementiel dans les collines vallonnées de Palouse.

« Les dirigeants tribaux souhaitent mettre en avant les avantages environnementaux du toit végétalisé, comme la réduction des charges de chauffage et de refroidissement, la création d’habitats et la gestion des eaux pluviales. Ce projet a ouvert la voie à l’agrandissement du complexe, qui a obtenu la certification LEED Gold de l’USGBC et est devenu l’un des meilleurs projets de complexe durable du pays. »

À mesure que les toits verts continuent d’évoluer, leur potentiel à transformer les paysages urbains devient de plus en plus évident.

Avec des avantages avérés tels que l’amélioration de la biodiversité, l’efficacité énergétique et la gestion des eaux pluviales, l’avenir des toits verts semble prometteur.

Est-ce que davantage de villes et d’industries adopteront ces solutions durables ? La prochaine décennie déterminera si elles seront adoptées à plus grande échelle.

Laisser un commentaire

5 × cinq =