Indépendance, nostalgie et crise de l'État-providence : les raisons de l'essor de Vox en Espagne

Jean Delaunay

Indépendance, nostalgie et crise de l’État-providence : les raisons de l’essor de Vox en Espagne

Les sondages prédisant la victoire du Parti populaire de droite, un futur gouvernement national comprenant le parti de Santiago Abascal est plus que probable. Sa croissance est le résultat de plusieurs facteurs et remonte à la poussée pour l’indépendance de la Catalogne en 2017.

L’époque où l’Espagne était l’une des rares oasis en Europe sans présence d’extrême droite dans ses institutions est révolue depuis longtemps. Mais depuis les élections législatives de 2019, le parti Vox détient 52 des 350 sièges du Congrès des députés.

Les sondages donnant la victoire au Parti populaire (PP) de droite, un futur gouvernement national comprenant Vox de Santiago Abascal, qui devrait recueillir environ 13 % des voix, est plus que probable.

« Le Parti populaire a réussi, grâce à son pacte avec Vox, à rendre acceptable une force autrefois absolument marginale et entourée d’une sorte de cordon sanitaire démocratique », estime la politologue Verónica Fumanal.

Sa croissance est le résultat de plusieurs facteurs. Pour comprendre, il faut remonter à la poussée pour l’indépendance de la Catalogne en 2017. L’année suivante, Vox, qui a été créé en 2013, a commencé à faire des gains électoraux.

« Tout le processus indépendantiste catalan a été vécu dans toute l’Espagne comme un choc émotionnel très fort, et Vox a profité de cette émotivité, de cette réactivité », explique Fumanal.

A cela s’ajoutent les scandales de corruption du Parti populaire, qui ont fait tomber le gouvernement de Mariano Rajoy par une motion de censure, qui a vu le Parti socialiste arriver au pouvoir avec le soutien de l’extrême gauche et des partis sécessionnistes.

« Cela a évidemment été capitalisé par Vox car c’est là qu’on retrouve l’un de leurs plus grands ennemis, ce qu’ils considèrent comme l’anti-Espagne », explique l’historien et auteur de « Far Right 2.0 », Steven Forti.

Parmi ces « ennemis », dit Forti, se trouvent non seulement le nationalisme et l’indépendance, mais aussi « tout ce qui est lié à l’Agenda 2030 des Nations unies, les droits des minorités et le féminisme », que Vox attaque régulièrement dans ses discours et son programme électoral.

Mais il y a d’autres éléments que les analystes considèrent comme essentiels à la montée de l’extrême droite en Espagne. Fumanal fait référence aux changements technologiques qui « provoquent un nouveau clivage, non seulement gauche-droite, non seulement nationaliste-non-nationaliste mais aussi, par exemple, rural-urbain ».

Elle est aussi nourrie par la peur de l’inconnu, qui « a toujours un mouvement nostalgique derrière elle », et la mauvaise situation socio-économique.

« L’ascenseur social a été mis en quarantaine. Aujourd’hui, un jeune mieux éduqué que ses parents n’est pas assuré de vivre mieux qu’eux. Ce contrat social est ce qui permet aux forces populistes de s’engager et de se connecter également avec les jeunes », dit Fumanal.

Bernat Armangue/Copyright 2023 L'AP.  Tous les droits sont réservés.
Una pancarta insta a la gente a votar en contra de la possible alianza entre el Partido Popular y Vox, el partido de extrema derecha, en Madrid, España, 15 juillet 2023.

Un discours populiste « blanchi »

« Chaque discours réussi a de petits liens avec la réalité », explique Fumanal. Elle dit que Vox utilise des erreurs telles que la « loi du seul oui est oui » qui a permis la réduction des peines pour les délinquants sexuels comme une « arme de guerre ».

Il peut le faire en toute liberté, selon l’analyste politique, car « le populisme n’a pas de limites éthiques ou morales, ni d’engagement envers la vérité ».

Cette communication politique s’effectue à travers « des canaux B2B qui ne sont pas contrôlés, générant des communautés étanches qui n’ont pas honte, des communautés qui se nourrissent les unes des autres et sont de plus en plus grandes car elles n’ont pas l’élément de contraste ». Leur but, selon les mots de Fumanal, est « d’inoculer, pas d’informer ».

Le processus d’implantation de ces discours extrémistes en Espagne a été progressif et a eu à voir avec l’approbation de la droite traditionnelle.

« Bien sûr, Vox a été blanchi. Pas seulement après les élections en Andalousie », plaide Steven Forti.

Pour l’historien, le tournant dans l’attitude du PP a été sa présence, avec un autre parti politique, Ciudadanos, et Vox dans une manifestation commune sur la Plaza Colón de Madrid contre le gouvernement du Premier ministre socialiste Pedro Sánchez.

« L’Espagne n’a jamais eu ce qu’on appelle un cordon sanitaire ou un cordon démocratique face aux forces d’extrême droite », souligne Forti. Chose qui s’est concrétisée après les élections municipales et régionales du 28 mai 2023 avec des pactes gouvernementaux entre PP et Vox.

Le parti PP d’Alberto Núñez Feijóo a signé des pactes de gouvernabilité en coalition avec Vox dans 135 conseils municipaux à travers l’Espagne qui « achètent en grande partie certains des points programmatiques de Vox ».

La considération de l’extrême droite et de son idéologie comme quelque chose de « démocratiquement acceptable », dit Fumanal, a également été alimentée par certains médias, « parce qu’il y a certains pouvoirs qui considèrent que la droite doit arriver au pouvoir, et que le Parti populaire fais ça, il lui faut un tremplin, qui est Vox ».

La vague extrémiste européenne

L’Espagne est l’un des derniers pays à rejoindre ce mouvement d’extrême droite, qui s’est vu aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, et qui, selon Steven Forti, répond à l’augmentation des inégalités socio-économiques, à la soi-disant « réaction culturelle » aux changements sociaux ou à l’immigration, et à la crise des démocraties libérales. Les « pare-feu » contre les discours extrémistes se sont effondrés au cours des dernières décennies, et la désaffection à l’égard de la démocratie a aidé celle qui exploite la peur à s’installer.

Dans la perspective des élections européennes de juin 2024, l’UE craint l’effet que pourrait avoir un gouvernement de coalition du Parti populaire avec Vox en Espagne. En plus de renforcer la vague ultra-conservatrice que connaît l’Europe depuis les élections en Italie, en Suède, en Finlande et en Grèce, Forti affirme que cela ouvrirait la porte à « la possibilité d’une future alliance après les prochaines élections européennes entre le Parti populaire européen et conservateurs et réformistes européens ».

« Les extrêmes droites se sont toutes repositionnées, donc elles ne parlent pas de Brexit, de Frexit ou d’Italexit. Cependant, aucune d’entre elles n’est favorable à une plus grande intégration européenne », explique Forti. Vox, comme le parti du Premier ministre italien Giorgia Meloni (Fratelli d’Italia), prône l’arrêt de l’intégration européenne et la récupération de la souveraineté nationale.

Mais jusqu’à quel point cette vague extrémiste peut-elle continuer à croître ? Fumanal estime que lorsque ces partis arrivent au pouvoir, ils ne se concentrent pas sur les questions qui affectent les citoyens.

« C’est une guerre identitaire, pas idéologique », dit-elle. « Donc, quand ils ont gouverné, ils ne sont pas réélus. Trump n’a pas été réélu, Bolsonaro non plus, et on verra si Meloni est réélu. Seulement dans les pays où ces croyances sont vraiment ancrées dans la société, comme la Pologne et la Hongrie, est-ce que des gouvernements comme celui-là persistent ».

Laisser un commentaire

dix-neuf + 13 =