A Chinese cargo train

Milos Schmidt

Inauguration de la liaison ferroviaire Chine-Pologne en pleine tension tarifaire dans l’UE

La Chine est le deuxième partenaire commercial de la Pologne, tandis que la Pologne reste un marché relativement mineur pour Pékin.

La Chine et la Pologne ont établi la première liaison ferroviaire régulière entre les deux pays dans le cadre d’un projet destiné à renforcer les échanges commerciaux entre Pékin et Varsovie.

Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative chinoise « Ceinture et Route », lancée il y a plus de dix ans, est présenté comme le rétablissement de l’ancienne route de la soie entre l’Europe et l’Asie.

La nouvelle liaison ferroviaire s’inscrit dans la stratégie de Pékin visant à étendre son réseau commercial. Selon les analystes, elle pourrait également offrir à l’Europe de nouvelles possibilités d’exportation vers les pays asiatiques.

Magdalena Rybicka, directrice de l’Institut d’études asiatiques de l’Académie des finances et des affaires de la Vistule, a déclaré que cette route pourrait également être utilisée pour exporter des produits polonais vers la Chine, en particulier des produits alimentaires.

« Pour le moment, il transporte principalement des appareils électroménagers, des climatiseurs, ainsi que toutes sortes de petits équipements, mais plus tard, il ramènera également des produits polonais en Chine », a déclaré Rybicka à L’Observatoire de l’Europe.

Selon elle, cela pourrait jouer en faveur de Varsovie en équilibrant un échange très déséquilibré : à l’heure actuelle, la Chine est le deuxième partenaire commercial de la Pologne, tandis que la Pologne reste un marché relativement mineur pour Pékin.

Une opportunité commerciale ou une nouvelle percée pour Pékin ?

Radosław Pyffel, expert de la politique internationale de la Chine, évoque les implications plus larges de cette liaison ferroviaire pour l’Europe : « Nous regardons l’Euro 2024 et beaucoup d’entreprises qui sponsorisent cet événement sont des entreprises chinoises. »

« Cela nous montre donc quelque chose d’intéressant que les entreprises chinoises prévoient de développer sur le marché européen, et c’est certainement une opportunité commerciale. »

Pyffel estime que la Pologne ne sera pas le centre de ce processus, mais qu’elle peut en être une partie importante. Selon lui, d’autres pays comme la Hongrie, l’Italie et l’Espagne tenteront également d’attirer des investissements chinois.

Toutefois, la situation à la frontière polono-biélorusse, par laquelle passe le train, et les tensions croissantes avec Minsk pourraient avoir un impact sur la liaison ferroviaire.

À ce stade, le gouvernement polonais n’exclut pas de fermer complètement les frontières avec son voisin de l’est si la crise migratoire continue de s’aggraver.

Parallèlement, Bruxelles garde un œil sur les investissements de Pékin dans les pays de l’UE, notamment après qu’une enquête ouverte l’année dernière a révélé que l’industrie chinoise des véhicules électriques « bénéficie de subventions déloyales, ce qui constitue une menace de préjudice économique pour les producteurs européens (de véhicules électriques à batterie) ».

Cela a incité l’UE à introduire des droits de douane élevés sur les véhicules électriques à batterie (BEV) fabriqués en Chine au début du mois, une mesure qui pourrait redéfinir les relations entre les deux pays dans la période à venir.

Laisser un commentaire

quatorze − six =