An aircraft airdrops humanitarian aid over Gaza the northern Gaza Strip, as seen from southern Israel, Friday, March 8, 2024.

Jean Delaunay

« Illusion » : les parachutages d’aide à Gaza critiqués par les organisations humanitaires

Les ONG ont appelé à un cessez-le-feu permanent à Gaza, affirmant que les États se cachent derrière des parachutages pour « créer l’illusion qu’ils en font assez ».

Vingt-quatre organisations de défense des droits humains de premier plan ont critiqué les livraisons d’aide à Gaza par voie aérienne et maritime, affirmant qu’elles ne constituent « pas une alternative » à la terre.

Dans un communiqué de presse commun, les ONG – dont Amnesty, Action Aid International et Oxfam – ont exhorté les États à se concentrer sur la réalisation d’un cessez-le-feu permanent et d’un accès humanitaire « sûr et sans entrave » via des passages terrestres vers l’enclave palestinienne.

« Les États ne peuvent pas se cacher derrière les largages aériens et les efforts visant à ouvrir un corridor maritime pour créer l’illusion qu’ils en font assez pour répondre aux besoins à Gaza », ont écrit les 25 ONG.

« Leur responsabilité première est d’empêcher les atrocités criminelles de se produire et d’exercer une pression politique efficace pour mettre fin aux bombardements incessants et aux restrictions qui empêchent l’acheminement en toute sécurité de l’aide humanitaire. »

D’autres organisations humanitaires et États ont affirmé que les largages aériens constituaient la meilleure solution disponible, compte tenu de la situation politique et sécuritaire complexe sur le terrain.

Gaza est actuellement en proie à une crise alimentaire après cinq mois de guerre, le ministère de la Santé estimant la semaine dernière qu’au moins 20 personnes sont mortes de malnutrition et de déshydratation dans les hôpitaux du nord de Gaza.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que son équipe avait vu au moins 10 enfants mourir de faim lors de leur visite le week-end précédent.

Les forces israéliennes ont été accusées d’avoir refusé l’accès aux convois humanitaires et d’avoir tiré sur ceux-ci au-dessus des terres vers Gaza. Israël nie avoir bloqué l’aide et accuse les agences de l’ONU d’être responsables des « retards ».

Une situation sécuritaire qui se détériore, en particulier dans le nord, où des foules de Palestiniens désespérés et des gangs ont attaqué des camions humanitaires, obligeant entre-temps les organisations humanitaires à interrompre leurs approvisionnements.

Les pays et les organisations occidentales ont réagi en essayant de fournir davantage d’aide alimentaire à Gaza, les États-Unis ayant effectué leur premier largage aérien d’aide à Gaza au début du mois.

Mardi, un navire espagnol a quitté Chypre avec 200 tonnes de farine et de riz destinés aux Palestiniens de Gaza.

Mais alors que le voyage du navire est considéré comme un test pour l’ouverture d’un couloir maritime pour acheminer l’aide au territoire, les ONG ont critiqué ces efforts, estimant que cela ne suffisait pas.

« Alors que les États ont récemment intensifié les largages aériens d’aide à Gaza, les professionnels humanitaires soulignent que cette méthode d’acheminement de l’aide à elle seule n’a en aucun cas la capacité de répondre aux besoins massifs de l’enclave », écrivent-ils.

« 2,3 millions de personnes vivant dans un état de survie catastrophique ne peuvent pas être nourries et soignées par des parachutages. « 

Les parachutages ne peuvent acheminer que quelques tonnes d’aide alimentaire, alors qu’un convoi de cinq camions peut transporter environ 100 tonnes « d’aide vitale », affirment les ONG.

Ils permettent également aux organisations humanitaires de mieux garantir que l’aide est correctement allouée à ceux qui en ont besoin.

Tout en reconnaissant que toute aide atteignant Gaza à l’heure actuelle est nécessaire, les groupes craignent que la création de « dangereux précédents » puisse conduire à la dégradation ultime de l’accès humanitaire par la terre à Gaza et à la prolongation des hostilités.

Cinq enfants ont été tués la semaine dernière lors d’un largage humanitaire en provenance d’un pays non identifié, alors que des gens couraient vers les colis parachutés.

Laisser un commentaire

sept − deux =