The President of Georgia.

Jean Delaunay

Il n’y a aucune tentation de retourner en Russie, déclare le président géorgien Zourabichvili

Dans une interview exclusive avec L’Observatoire de l’Europe, la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili a évoqué le veto au projet de loi controversé sur les agents étrangers, la brutalité policière et ce qui pourrait arriver lors des prochaines élections parlementaires en Géorgie.

Dans une interview exclusive avec L’Observatoire de l’Europe, la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili a évoqué son projet d’opposer son veto à la loi sur l’influence étrangère. Cependant, elle a reconnu que malgré son veto, la loi serait probablement adoptée par le parlement géorgien.

« Cette loi sera votée. Le veto sera annulé, ou bien elle sera amendée à la marge et sans intérêt. L’important maintenant est donc de passer aux élections », a déclaré la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili.

Des manifestations rassemblant des milliers de participants contre la législation, surnommée la « loi russe », se poursuivent depuis plus d’un mois.

La présidente a condamné ce qu’elle a qualifié de violences perpétrées par les forces de l’ordre contre les manifestants.

Bien que les manifestations soient en grande partie pacifiques, des informations sont apparues sur les réseaux sociaux faisant état de cas de manifestants soumis à des passages à tabac par la police.

« Ces actes de brutalité ne sont pas l’œuvre de la police, qui se comporte comme n’importe quelle autre force de police », a déclaré Zourabichvili, « mais de forces spéciales qui sont enregistrées auprès de la police mais sans pièce d’identité ».

Zourabichvili a exprimé ses inquiétudes quant au fait que les enquêtes officielles sur d’éventuelles violences policières pourraient se heurter à des difficultés en raison de la nature de la brutalité.

« Les enquêtes et enquêtes sur les auteurs de ces violences ne sont pas possibles. Nous nous trouvons donc dans une situation qui pourrait dégénérer en violence à tout moment », a-t-elle déclaré.

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili, au centre, assiste à un rassemblement public en soutien aux aspirations européennes de la Géorgie à Tbilissi, en Géorgie, le 16 juin 2022.
La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili, au centre, assiste à un rassemblement public en soutien aux aspirations européennes de la Géorgie à Tbilissi, en Géorgie, le 16 juin 2022.

Elle a ajouté que les élections parlementaires géorgiennes, prévues en octobre, constitueront un test important pour le pays, offrant au public l’opportunité de contester officiellement la loi.

« Grâce aux élections, nous aurons un référendum sur l’Europe. C’est ainsi que nous devons envisager ces prochaines élections, qui ne peuvent pas être des élections normales, qui seront des élections pour mettre fin à cette déviation. »

« J’utilise un mot faible, c’est juste une diversion. Nous allons reprendre la route, mais il est important de le faire par les élections », a déclaré Zourabichvili.

Le « rêve européen » de la Géorgie

Zourabichvili a évoqué l’impact potentiel du projet de loi sur les aspirations de la Géorgie à rejoindre l’Union européenne. En tant que pays candidat, la Géorgie doit remplir certaines conditions, notamment démontrer son attachement aux principes démocratiques.

Des personnalités de l’UE telles que le président du Conseil européen Charles Michel ont souligné que pour que les Géorgiens souhaitent devenir membres de l’UE, ils doivent respecter des principes fondamentaux tels que l’État de droit et les valeurs démocratiques.

« L’Union européenne doit indiquer très clairement qu’elle tiendra compte du choix de la Géorgie, c’est-à-dire qu’elle ne sanctionnera pas ce pays. Je fais une distinction entre les sanctions individuelles et les sanctions contre le pays, mais le pays ne sera pas sanctionné tant qu’il n’aura pas répondu. est connu par les urnes », a déclaré le président géorgien.

Pour Salomé Zourabichvili, il n’y a pas de « tentation russe » en Géorgie ; elle le perçoit plutôt comme des « manœuvres russes » orchestrées par certains dirigeants.

Elle a insisté sur le fait que la population géorgienne ne serait pas intéressée à adopter les valeurs russes, affirmant : « Il ne peut y avoir aucune tentation de revenir dans le giron russe, surtout quand on regarde ce qu’est la Russie aujourd’hui. »

Le projet de loi – qui a suscité une controverse majeure en raison de sa similitude avec la loi du Kremlin destinée à renforcer l’emprise de Poutine sur la Russie voisine – exige que les médias, les organisations non gouvernementales et autres groupes à but non lucratif s’enregistrent comme « poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère » s’ils reçoivent plus de 20 % de leur financement de l’étranger.

Laisser un commentaire

12 − 7 =