Il existe une autre menace chinoise liée aux véhicules électriques : les bus

Martin Goujon

Il existe une autre menace chinoise liée aux véhicules électriques : les bus

Les constructeurs automobiles, les gouvernements et la Commission européenne s’inquiètent de plus en plus des voitures chinoises alimentées par batterie, mais une autre menace menace les transports : les bus urbains électriques.

Les dirigeants européens rencontrent cette semaine le leader chinois Xi Jinping, qui a terminé vendredi une visite en France, en Serbie et en Hongrie. Un point de vive tension lors de la visite a été l’enquête de l’UE sur la question de savoir si les véhicules électriques chinois sont injustement subventionnés.

Un cinquième des véhicules électriques vendus en Europe l’année dernière provenaient de Chine et l’ONG verte Transport & Environment s’attend à ce que ce chiffre augmente à un quart cette année.

Il existe des préoccupations similaires concernant le secteur des bus : la Chine pourrait utiliser l’ampleur de son marché intérieur – où presque tous les bus sont électriques – et ses coûts de production inférieurs pour écraser ses rivaux européens. Mais pour l’instant, Bruxelles ignore les appels de l’industrie lui demandant d’examiner les constructeurs de bus chinois pour subventions injustes.

« Les menaces qui pèsent sur la compétitivité du secteur incluent une concurrence mondiale féroce, les constructeurs chinois d’autobus ayant déjà gagné des parts de marché dans l’UE depuis plusieurs années », a déclaré Thomas Fabian, directeur des véhicules commerciaux au sein du lobby automobile européen ACEA.

Le secteur évolue rapidement grâce à la décision de l’UE d’interdire la vente d’autobus émettant du CO2 d’ici 2035, avec un objectif intermédiaire de réduction des émissions de 90 % d’ici 2030. Cela accélère le marché des autobus sans combustibles fossiles, et en particulier des autobus électriques. les autobus.

Les bus urbains sont à l’avant-garde de l’électrification : contrairement aux autocars longue distance, ils circulent sur des itinéraires fixes, parcourent des distances de déplacement plus courtes et peuvent être facilement rechargés, a déclaré l’Agence internationale de l’énergie.

Et c’est un secteur dans lequel les entreprises chinoises sont des acteurs puissants.

L’année dernière, les 12 plus grands constructeurs du continent ont vendu 5 107 bus électriques, dont près d’un tiers ont été fabriqués par le chinois Yutong, BYD et la coentreprise de BYD avec le britannique Alexander Dennis et Zhongtong, selon un rapport de Chatrou CME Solutions.

Mais c’est une baisse par rapport au fait que les entreprises chinoises contrôlaient 41 % du marché en 2022. Leur part a chuté grâce à une augmentation de la production de bus électriques par l’allemand MAN et le polonais Solaris, une filiale de l’espagnol CAF.

Le constructeur de véhicules lourds Daimler Truck a décrit le marché des autobus comme une « industrie très compétitive et sensible aux prix ».

La marque chinoise de véhicules électriques BYD est de plus en plus présente. Elle a des projets ambitieux pour le marché des véhicules électriques et est un acteur dominant dans le secteur des bus électriques avec des usines au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Hongrie.

L’année dernière, les 12 plus grands constructeurs du continent ont vendu 5 107 bus électriques, dont près d’un tiers étaient fabriqués par le chinois Yutong. | Hector Retamal/AFP via Getty Images

En janvier, BYD a réussi à décrocher un contrat pour 92 bus d’une valeur de 43 millions d’euros pour la société de transport publique flamande De Lijn – une perte cuisante pour des constructeurs locaux comme Van Hool ou le constructeur de bus néerlandais VDL Bus & Coach. L’accord contient une disposition supplémentaire pour la fourniture d’un total de 500 bus à l’avenir, ce qui rapporterait à BYD 234 millions d’euros.

Van Hool a déclaré faillite le mois dernier.

VDL affirme que BYD est fortement subventionné par le gouvernement chinois. « Pour permettre une concurrence loyale et rétablir des règles du jeu inégales, nous préconisons depuis des années une action de la part de l’UE », a déclaré le porte-parole de VDL, Miel Timmers.

BYD n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Fabian de l’ACEA a déclaré que les décideurs politiques ont la responsabilité de s’assurer que les constructeurs d’autobus seront en mesure de continuer à « rivaliser sur un pied d’égalité ».

Jusqu’à présent, la Commission européenne n’a pas déployé ses inspecteurs de la concurrence dans le secteur des bus de la même manière qu’elle l’a fait pour les voitures électriques – un secteur économique beaucoup plus vaste.

Les entreprises européennes espèrent que Bruxelles suivra de près le marché.

« Les marchés de l’UE sont accessibles à toute entreprise qui se conforme à la réglementation européenne. Nous sommes convaincus que les autorités européennes de la concurrence veilleront à ce que la concurrence soit également équitable à l’avenir », a déclaré un porte-parole de Volvo.

Laisser un commentaire

18 + 9 =