"Il est toujours important de repousser les limites" : le voyage époustouflant de la star de l'opéra Sonya Yoncheva

Jean Delaunay

« Il est toujours important de repousser les limites » : le voyage époustouflant de la star de l’opéra Sonya Yoncheva

Considérée comme l’une des sopranos les plus célèbres de notre époque, Sonya Yoncheva possède un vaste répertoire. Elle a invité Musica dans les coulisses pour assister à l’action

C’est l’une des plus grandes sopranos de notre époque qui ne cesse de relever de nouveaux défis : Sonya Yoncheva. La soprano bulgare peut désormais ajouter Maddalena, l’héroïne tragique d’Andrea Chénier, joué à la prestigieuse La Scala opéra, à sa liste de premiers rôles.

L’artiste chevronné fait également ses débuts en tant que Ciò-Ciò-San dans ‘Madama Butterfly‘ au Staatsoper de Vienne. Mais comment la sensation de l’opéra s’est-elle approprié ces deux rôles ?

Dans son studio milanais, Sonya a offert à Musica la partition musicale d’Andrea Chénier au piano : « Cela m’aide beaucoup de jouer la partition au piano. Et c’est un moment très intime car je peux essentiellement décider et essayer différentes couleurs, vous savez ?  » elle a expliqué.

Euronews
Sonya Yoncheva, Milan

Deux semaines avant la première, elle s’est plongée dans les préparatifs du « sitzprobe » ou répétition assise.

« C’est la première occasion pour les chanteurs d’entendre comment l’orchestre joue pour entrer dans ce merveilleux mélange qu’est la magie de l’opéra » a expliqué le chef d’orchestre Marco Armilato.

« Quand un orchestre joue en direct, les chanteurs chantent en direct, vous créez cette magie et déjà en italien, vous pouvez comprendre plus ou moins comment la performance va fonctionner », a-t-il ajouté.

Sonya a fait écho à l’importance de répéter avec l’orchestre: « Nous sommes dans une sorte d’endroit sûr, nous pouvons donc nous permettre de nous tromper parfois et de ne pas être parfaits et c’est une répétition très importante. »

L’étape suivante est les répétitions scéniques où les chanteurs apprennent à connaître le décor et pratiquent leurs entrées et sorties.

Le Conte d’Andréa Chénier

Le drame dramatique raconte l’histoire du poète révolutionnaire Andrea Chénier qui tombe amoureux de Maddalena mais leur amour est voué à une fin dévastatrice.

« Maintenant, je travaille encore sur le personnage parce que pour moi c’est une toute nouvelle pièce. Mais ce que je peux vous dire, c’est que je suis vraiment impressionné par sa façon d’aimer, vous savez, cet amour pur qu’elle a totalement donné à ce homme et elle l’aime de tout son coeur.

« Et puis à la fin de l’opéra, nous verrons qu’elle a essentiellement choisi de ne pas vivre sans lui. Alors elle meurt avec lui, même si elle n’était pas censée le faire », a déclaré Yonchava.

En 1896, le compositeur italien Umberto Giordano a créé son chef-d’œuvre avec un grand succès à La Scala. L’opéra occupe également une place spéciale dans le cœur de Sonya.

C’est ici qu’elle a remporté le célèbre concours de chant Operalia qui l’a propulsée au rang de célébrité en 2010.

Je pense que pour un artiste, il est toujours important de repousser les limites et de toujours chercher et chercher de nouvelles pièces. Ils me donnent de nouvelles couleurs. C’est incroyable.

Sonya Yoncheva

Le soir de la première, Sonya sentait la chaleur : « Depuis ce matin, j’ai envie de monter sur scène et de le faire, de finir et d’avoir du temps libre parce que c’est évidemment beaucoup de pression, construire un personnage et le faire pour la première fois, surtout dans des endroits comme La Scala, vous savez.

« Je pense que tout le monde a essentiellement entendu toutes les versions de cet opéra de tant d’autres chanteurs. Vous devez donc leur montrer quelque chose de nouveau, de brillant et de beau. »

Quelques semaines plus tard, Sonya Yoncheva se produisait toujours à Milan et se préparait pour son prochain projet : un rôle phare du répertoire soprano, « Madama Butterfly » de Puccini.

Donner vie à Ciò-Ciò-San avec l’aide des archives Ricordi de Milan

Pour se familiariser avec l’histoire de ce rôle difficile et trouver de l’inspiration, Sonya a visité les archives Ricordi de Milan.considéré par beaucoup comme la collection la plus importante de l’histoire de l’opéra italien, représentant 200 ans de musique.

Fondée en 1808, elle rappelle l’héritage historique de la maison d’édition Ricordi, rachetée en 1994 par le groupe de presse allemand Bertelsmann qui en assure la conservation et le développement culturel.

Cette immense collection privée hébergée à la Bibliothèque nationale Braidense de Milan contient quelque 8 000 partitions musicales, environ 13 500 costumes et décors et 6 000 photographies.

Euronews
Archives historiques Ricordi de Milan

La collection interne du compositeur italien Giacomo Puccini est prétendument la plus complète et la plus riche au monde, comme l’a expliqué Pierluigi Ledda, le directeur général des archives : « Nous avons les partitions dédicacées mais nous avons aussi les dessins des costumes et des scénographies, souvent issues des premières mondiales de ses propres opéras, nous sommes donc vraiment en mesure de reconstruire la fabrication de ces chefs-d’œuvre.

« Puccini a écrit tout ce qui s’est passé sur scène dans la partition. C’est quelque chose qu’il a appris de (Giuseppe) Verdi », a déclaré Maria Pia Ferraris, une archiviste qui travaille sur place.

« C’est très, très intéressant pour moi de voir aussi les notes du compositeur dans lesquelles il décrit comment je devrais être sur scène, vous savez ? Maintenant, je suis équipé pour affronter le metteur en scène. ‘Oh, non, non, non , non, non, Pucchini l’a dit », a révélé Sonya.

Les coulisses de Madama Butterfly

De Milan à Vienne, Sonya s’est transformée en geisha Ciò-Ciò-San pour Madama Butterfly ; une tragédie dévastatrice qui est aussi l’une des histoires d’amour non partagé les plus durables de l’opéra.

Sonya a expliqué son lien avec le personnage : « C’est très difficile pour moi de cacher mes larmes quand je lis et étudie ça. J’ai essayé de le chanter plusieurs fois à la maison et c’était vraiment impressionnant la quantité d’émotion qu’il y a.

« Elle est extrêmement fragile émotionnellement mais en même temps incroyablement forte.

« Ce que j’adore chez elle, c’est que quand elle dit quelque chose, elle le fait vraiment et quand elle croit en quelque chose, elle y croit vraiment ».

Sonya Yoncheva jouera ensuite le rôle principal dans Médée de Cherubini au Staatsoper Unter den Linden théâtre à Berlin les 6, 12 et 16 juillet.

Laisser un commentaire

cinq + 18 =