Il est temps pour la France d'abandonner son « mythe » daltonien ?

Martin Goujon

Il est temps pour la France d’abandonner son « mythe » daltonien ?

Le républicanisme daltonien sacro-saint de la France semble se fissurer alors que les minorités cherchent à être plus représentées et que les partis anti-immigration montent.

PARIS — Il existe un schéma familier d’autocensure à l’œuvre dans la vie publique et les médias français. Dans les jours qui ont suivi la fusillade mortelle de Nahel M. par la police, peu de gens ont mentionné qu’il était d’origine nord-africaine.

Bien sûr, tout le monde était au courant. La France est peut-être officiellement daltonienne, mais tout le monde sait comment naviguer dans les non-dits.

Cela n’a pas empêché une discussion sur les allégations de racisme dans la police ou de discrimination dans la société française, mais c’est une illustration des tabous perplexes lancés dans une nation qui se considère au-dessus de la race et de l’ethnicité.

En revanche, la presse internationale a précisé ses origines et, dans de nombreux cas, a lu la mort de Nahel M., abattu à bout portant alors qu’il cherchait à échapper à la police, comme un exemple flagrant de racisme dans la police. Le policier a été arrêté.

La mauvaise presse a atteint un tel niveau que le gouvernement a ressenti le besoin de lancer une défense du modèle français. Le ministre des Finances Bruno Le Maire a accordé une interview à la presse britannique affirmant qu’il était « totalement inacceptable » de dire que la police française est raciste. Les responsables gouvernementaux ont également informé que les émeutes n’étaient pas une « spécificité française ».

Il y a un problème évident à faire de telles affirmations, cependant, lorsque votre idéologie d’État s’oppose à la collecte de données selon des critères raciaux ou religieux. Quelle est la qualité des données françaises sur le racisme et la discrimination ? Le républicanisme daltonien est le fondement de la société française et est inscrit dans la constitution du pays. Dans la marque gauloise de l’universalisme, la citoyenneté transcende la race, le sexe et la religion, et il est interdit aux autorités de collecter des données raciales sur ses citoyens. Tu es Français. Arrêt complet.

Ce principe a été renforcé par le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle les données raciales recueillies par les autorités ont été utilisées pour faciliter les rafles de Juifs.

C’est un idéal sacro-saint qui semble maintenant se fissurer dans tout le spectre politique. Les minorités se plaignant de discrimination et recherchant une meilleure représentation dans les institutions françaises veulent des chiffres précis pour étayer leur cause. De l’autre côté du discours politique acerbe de la France, les partis anti-immigration veulent également plus de statistiques. Alors que la dirigeante du Rassemblement national, Marine Le Pen, est contre les statistiques de course à l’américaine, son parti a utilisé les données démographiques là où il le peut pour faire pression pour de plus grands freins à l’immigration.

Le sujet passionne même le propre parti du président Emmanuel Macron, Renaissance.

« À un moment donné, nous devrons parler de la question des statistiques ethniques », a déclaré le député de la Renaissance, Belkhir Belhaddad. « Nous sommes incapables de mesurer l’ampleur des dommages causés par les discriminations liées à l’origine des personnes », a-t-il déclaré.

« Se battre perpétuellement »

Hassan Ben M’Barek, du groupe de pression Banlieues Respect, organisait une réunion pour améliorer les relations entre les jeunes et les policiers lorsqu’il a vu pour la première fois la vidéo qui mettrait en scène le banlieues sur le feu.

Bouillonnant de rage, un jeune ami lui a montré les images d’un policier tirant à bout portant dans la poitrine de Nahel M, 17 ans. « Il va y avoir des ennuis », prévient cet ami. « Écoute, Hassan, les gens ont la haine (la haine).

« À un moment donné, nous devrons parler de la question des statistiques ethniques », a déclaré le député de la Renaissance Belkhir Belhaddad | Joël Saget/AFP via Getty Images

Ben M’Barek savait qu’il avait raison.

« Cela ne m’a pas surpris, et cela m’attriste de ne pas avoir été surpris. Et ils sont allés tout détruire, ça n’avait aucun sens », a-t-il dit, notant que son sentiment de défaite découle de 40 ans de travail dans la politique locale et du sentiment que la prétention de la France à l’universalisme ne s’applique pas à lui.

«Je mène perpétuellement une bataille et je fais toujours face à des soupçons. Les gens remettent en question mon appartenance à ce pays, ma loyauté envers le pays », a déclaré Ben M’Barek, dont le père maghrébin a émigré en France dans les années 1920.

Le principe d’universalisme daltonien de la France « ne fonctionne pas pour moi », a-t-il déclaré.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a clairement rappelé mercredi la difficulté à laquelle la France est confrontée pour s’attaquer de front aux questions d’immigration et de race. Interrogé en commission parlementaire pour savoir s’il y avait un lien entre l’immigration et les troubles, le ministre a répondu qu’il y avait « des gens qui pourraient être issus de l’immigration » mais qu’il y avait aussi « beaucoup de Kevin et de Matteo » parmi les émeutiers.

En France, les noms Kevin et Matteo sont connus pour être populaires parmi la population blanche non immigrée.

Une société mixte

Ces derniers jours, le point de vue de Ben M’Barek a trouvé un écho dans les commentaires américains et britanniques, où l’utilisation de données raciales dans la lutte contre la discrimination est répandue. Sur CNN, un écrivain d’opinion a dénoncé le « mythe d’une France daltonienne » tandis que dans le Times britannique un autre a critiqué la « ségrégation choquante » derrière les daltoniens de la France.

Mais le point de vue en France est : c’est compliqué.

« La France est vue comme un pays raciste parce qu’il y a du racisme ici. Mais si vous regardez le taux de couples mixtes, il est plus élevé en France qu’aux États-Unis », a déclaré François Dubet, sociologue de l’université de Bordeaux.

Les chiffres sont naturellement difficiles à comparer exactement. Selon l’INSEE, 56 % des immigrés de deuxième génération sont issus de couples mixtes et 94 % des immigrés de troisième génération ont au moins deux grands-parents non immigrés. Aux États-Unis, 11 % de tous les couples américains mariés ont un conjoint d’une race ou d’une origine ethnique différente, selon le Pew Research Center.

Mais c’est loin d’être complet. Alors que la France est devenue plus mixte, les logements pauvres en France banlieues sont devenus moins mixtes, plus pauvres et plus renfermés à mesure que les plus riches sont partis pour de meilleurs quartiers, selon Dubet. Pendant ce temps, les couloirs du pouvoir sont restés visiblement blancs.

Pour Dominique Sopo, président du groupe de pression SOS racismela diversité de la société française pose des problèmes concrets lorsqu’il s’agit d’introduire une collecte de données et une discrimination positive à l’américaine.

Une voiture brûle alors qu’un slogan est vu sur un mur qui se lit en français « Justice pour Nahel » | Geoffroy Van Der Hasselt/AFP via Getty Images

« Prends-moi, mon père est togolais, mais je suis métis, est-ce que je compte comme Noir ? Et qu’en est-il des Noirs descendants d’esclaves des territoires français de la Caraïbe, faut-il les promouvoir davantage ? a-t-il demandé, arguant qu’une action positive basée sur des critères de bien-être serait plus efficace.

En fait, Sopo fait fi du débat actuel autour de l’universalisme français et des statistiques à l’américaine.

« Il y a des tonnes d’études qui montrent l’ampleur du profilage ethnique dans les contrôles de police », a déclaré Sopo. « Les statistiques ne sont pas une solution magique… le problème, c’est la réponse politique », a-t-il déclaré.

Facteur d’extrême droite

Une ombre plane sur le débat sur le républicanisme « daltonien » imparfait de la France : la montée des partis français anti-immigration tels que le Rassemblement national d’extrême droite et le parti plus extrême de la Reconquête dirigé par Eric Zemmour.

Bien qu’aucun des deux n’appelle à abandonner le daltonisme français, tous deux sont de fervents utilisateurs de données démographiques pour faire valoir que la criminalité est liée à l’immigration. La crainte est que les partis anti-immigrés militarisent encore plus de données pour dire que les migrants accablent la France.

La France a accueilli « des centaines de milliers d’immigrés… trop d’immigrés, dans des conditions de saturation, ce qui a conduit à des tensions sécuritaires dans de nombreux quartiers », a déclaré cette semaine le bras droit de Le Pen, Jordan Bardella.

L’ancien candidat à la présidentielle Zemmour va plus loin en affirmant que la diversité française est un signe de ce qu’il appelle la « créolisation », ou mélange de différentes cultures, qui annonce le déclin de la civilisation française.

En revanche, les partis traditionnels ont eu du mal à offrir des réponses aux appels pour s’attaquer aux allégations de racisme dans la police et aux appels à améliorer la sécurité dans les quartiers les plus pauvres. Alors que Macron parle dur aux émeutiers et promet de trouver des « solutions » pour les banlieues sont apparus indécis, la gauche s’est divisée sur les réticences certains politiciens d’extrême gauche appeler au calme.

« Dans le climat politique actuel », dit Sopo, plus de données démographiques sur la race et l’ethnicité, « bénéficieraient à l’extrême droite et seraient totalement contre-productives ».

Dans l’intervalle, la France continuera d’aborder les questions de race et d’ethnicité sur la pointe des pieds.

Laisser un commentaire

10 − dix =