The European Parliament’s subcommittee on security and defence (SEDE) is expected to remain as such

Milos Schmidt

Il est peu probable que la sous-commission du Parlement européen sur la sécurité et la défense soit promue

La sous-commission du Parlement européen sur la sécurité et la défense (SEDE) devrait rester telle quelle, malgré la pression des libéraux européens et du Parti populaire européen (PPE) pour la transformer en une commission à part entière, ont indiqué plusieurs sources à L’Observatoire de l’Europe.

Bien que les députés discutent de la manière de restructurer la configuration interne du Parlement européen – et de la question de savoir s’il faut créer de nouvelles commissions pour le nouveau mandat de cinq ans – il semble finalement que rien ne changera vraiment.

Outre la possible revalorisation du SEDE, plusieurs groupes politiques ont proposé de créer un comité spécifique sur la santé, distinct de la configuration environnementale existante, et de transformer le sous-comité des droits de l’homme (DROI) en un comité à part entière, pour n’en citer que quelques-uns.

En vain, car les trois sous-comités devraient probablement rester tels quels, ont indiqué plusieurs sources à L’Observatoire de l’Europe, soulignant l’absence actuelle de la majorité nécessaire pour modifier les compétences des comités.

Mais alors qu’une guerre fait rage aux frontières de l’Europe et que le bloc manque de capacités de défense indispensables, le PPE et les groupes Renew Europe continuent de faire pression pour que les questions de sécurité et de défense reçoivent une plus grande attention dans les années à venir.

« Le temps est venu pour l’UE de créer une Union de défense », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe l’eurodéputée Rasa Jukneviciene (Lituanie/PPE), vice-présidente du SEDE de 2019 à 2024, soulignant que le comité engloberait des sujets importants tels que la mobilité militaire, le développement et les capacités de l’industrie de défense de l’UE, la cyberdéfense, l’ingérence étrangère et la coopération avec l’alliance militaire de l’OTAN.

« Augmenter sa pertinence institutionnelle d’une sous-commission à une commission au Parlement européen serait une manière de rendre visible l’importance stratégique de la défense et de l’autonomie stratégique pour l’UE au cours de ce mandat », a fait valoir l’eurodéputé Javi López (S&D/Espagne).

Le groupe S&D n’a pas initialement rejeté l’idée et a déclaré qu’il serait prêt à envisager de transformer le SEDE en un comité à part entière sous des conditions spécifiques qui n’ont pas encore été remplies.

« Nous pensons que la structure actuelle des commissions du Parlement européen est adaptée à son objectif », a déclaré le groupe dans un communiqué, soulignant que les modifications du règlement intérieur adoptées à la fin du dernier mandat la rendront encore plus efficace.

D’autre part, le groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) soutient la coopération nationale et internationale en matière de défense et donne la priorité à l’augmentation des dépenses de défense, à l’interopérabilité, aux achats conjoints et au développement et au déploiement efficaces des missions, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe l’eurodéputé Witold Waszczykowski (ECR/Pologne), ajoutant que tout cela peut être fait au niveau des sous-commissions.

« Il n’y a pas d’avantage significatif à avoir un comité SEDE complet, hormis son potentiel à faciliter les efforts d’approvisionnement conjoint, tandis que les inconvénients d’ajouter une autre couche de bureaucratie européenne à la planification de la défense sont nombreux », a souligné Waszczykowski.

Les décisions relatives aux déploiements militaires et aux achats de matériel de défense doivent rester fermement du ressort des États membres, a ajouté l’eurodéputé conservateur.

Toutefois, les libéraux de l’UE et le PPE estiment que donner à la sous-commission de sécurité et de défense un rôle institutionnel plus important et davantage de pouvoirs est la bonne étape pour renforcer la coopération du bloc avec l’OTAN et répondre à ses ambitions en matière de capacités.

« S’il doit y avoir un commissaire à la défense (comme proposé par le président de la Commission européenne), la dimension parlementaire doit également être présente ; il devrait y avoir une correspondance correspondante des compétences du côté du Parlement », a souligné Jukneviciene.

López voit également l’avantage d’avoir une ligne directe avec le potentiel commissaire à la défense, ainsi qu’une surveillance plus institutionnelle.

Pour les socialistes européens, affirme López, il est important de renforcer les capacités et les mécanismes de prise de décision du bloc afin de devenir plus efficaces, agiles et fonctionnels dans ce domaine et de nous protéger des menaces croissantes.

Pour La Gauche, l’idée d’une commission complète de défense est hors de question, tandis que les Verts n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

Les négociations sont toujours en cours, mais que le SEDE devienne ou non un comité, il sera à nouveau présidé par les libéraux de l’UE, selon l’accord préliminaire conclu par les différents partis politiques en début de semaine, comme l’a rapporté L’Observatoire de l’Europe.

Laisser un commentaire

huit − 5 =