"Il est clair que l'Europe a besoin d'un programme de satellites sécurisés de type Starlink, déclare le patron de l'espace

Martin Goujon

« Il est clair que l’Europe a besoin d’un programme de satellites sécurisés de type Starlink, déclare le patron de l’espace

BRUXELLES — Les budgets sont serrés mais l’Europe doit poursuivre la construction d’un système de communication par satellite crypté, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe le directeur général de l’Agence spatiale européenne, Josef Aschbacher.

Projets pour IRIS, soutenu par la France2 Le programme a été critiqué par le gouvernement allemand ces dernières semaines en raison de préoccupations liées aux coûts. Les experts du secteur estiment également que le projet est trop coûteux et risque de devenir obsolète par rapport à la constellation Starlink de SpaceX, qui transmet les services Internet jusqu’à la Terre.

Le plan est soutenu par la Commission européenne et le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, et Aschbacher soutient Bruxelles dans ses efforts pour rendre le système opérationnel.

« Il est clair qu’IRIS2 est une nécessité pour l’Europe, et nous devons disposer d’un programme de connectivité sécurisé. Cela ne fait aucun doute », a déclaré le patron de l’ESA.

Le consortium SpaceRise, composé de grandes entreprises aérospatiales telles qu’Airbus et Thales Alenia Space ainsi que d’entreprises de télécommunications et d’opérateurs de satellites, est actuellement en pourparlers avec l’équipe chargée des marchés publics de la Commission sur les termes d’un contrat pour la construction du projet.

IRIS2 a un coût estimé entre 6 et 12 milliards d’euros, avec des discussions en cours sur le plan final du programme avec SpaceRise. L’ESA, basée à Paris, apporte 600 millions d’euros, en plus des 2,4 milliards d’euros de l’UE, l’industrie devant assumer une grande partie du reste.

Aschbacher s’exprimait avant le rare événement croisé de cette semaine au cours duquel les ministres de l’UE ainsi que du Royaume-Uni, de la Norvège et de la Suisse, qui sont également membres de l’ESA, se réunissent à Bruxelles pour calibrer leurs ambitions en matière de fusées, de satellites et de dépenses spatiales.

L’objectif est d’accroître les ambitions spatiales du continent, a-t-il déclaré.

« On constate une énorme augmentation des financements publics dans certains pays hors d’Europe », a déclaré Aschbacher, soulignant « une pression énorme » sur les entrepreneurs locaux tels qu’Airbus et Thales grâce à des programmes ambitieux dans des pays comme les Etats-Unis et la Chine, ainsi que Arabie Saoudite et Japon.

« L’industrie (des communications par satellite) est actuellement soumise à une pression énorme, le nombre de satellites géostationnaires a été réduit de moitié », a déclaré Aschbacher, faisant référence à la baisse des commandes de satellites plus gros fonctionnant à un point fixe de l’espace depuis la Terre.

Le leader de l’aérospatiale Airbus a récemment annoncé des pertes de 300 millions d’euros dans son activité spatiale, tandis que Thales a réduit le personnel de sa branche fusées et satellites.

IRIS2 Cela se traduit par des discussions plus larges sur la manière de financer l’industrie spatiale du bloc, qui est à la traîne des États-Unis et fait face à la concurrence alors que la Chine et l’Inde augmentent leurs investissements.

Fin 2025, Aschbacher réunira les ministres des 22 États membres de l’ESA pour un sommet budgétaire afin de définir les plans de financement jusqu’en 2028. En 2022, le budget de l’agence a atteint un record de 16,9 milliards d’euros, l’Allemagne et la France étant en tête des dépenses dans tous les domaines, depuis la Terre. des satellites d’observation aux missions de recherche.

Il n’est pas acquis que l’engagement en espèces sera encore augmenté l’année prochaine.

« La situation budgétaire en Allemagne et en France est extrêmement, extrêmement tendue », a déclaré Aschbacher. « Les conditions limites ne sont pas faciles. »

Laisser un commentaire

7 + douze =