The Icon of the Seas, the world

Milos Schmidt

Icône des mers : le plus grand navire de croisière du monde peut-il vraiment être respectueux de l’environnement ?

Cinq fois plus grand que le Titanic avec de l’espace libre, l’Icon of the Seas peut transporter 7 600 passagers.

Le plus grand navire de croisière du monde est sur le point d’embarquer pour sa première navigation. Le 27 janvier, l’Icon of the Seas partira pour sa croisière inaugurale

L’icône des mers est plus longue que la tour Eiffel n’est haute avec 20 ponts. Il y a sept piscines dont la « plus grande piscine en mer » ainsi qu’un parc aquatique avec six toboggans. Le navire compte plus de 40 bars et restaurants répartis dans huit « quartiers ».

Cinq fois plus grand que le Titanic, il a une capacité maximale de 7 600 passagers et plus de 2 000 membres d’équipage.

Le premier voyage du navire est déjà complet et les voyages pour le reste de 2024 se remplissent rapidement. Il s’agit de l’un des 14 nouveaux navires de croisière qui appareillent cette année seulement.

Avec des fonctionnalités telles que des moteurs alimentés au gaz naturel liquéfié (GNL), la chaleur des moteurs utilisée pour réchauffer l’eau et la possibilité de se brancher sur l’alimentation électrique dans les ports, Icon of the Seas sera le « navire le plus durable de Royal Caribbean à ce jour », selon l’entreprise.

Icon of the Seas, le plus grand navire de croisière au monde, est à quai alors qu'il se prépare pour son voyage public inaugural.
Icon of the Seas, le plus grand navire de croisière au monde, est à quai alors qu’il se prépare pour son voyage public inaugural.

Et les navires de croisière ne font que croître, le paquebot moyen augmentant de 10 000 tonnes brutes chaque décennie. Certains s’inquiètent des conséquences environnementales de navires de plus en plus massifs.

Alors, les plus gros navires de croisière signifient-ils vraiment un impact plus important sur le climat ?

Quel est l’impact des croisières sur l’environnement ?

Le lancement d’Icon of the Seas intervient alors que de nombreux pays européens sévissent contre les navires de croisière avec de nouvelles réglementations visant à lutter contre la pollution dans les ports.

De nouvelles règles plus strictes en Norvège signifieront que seuls les navires alimentés par des carburants alternatifs pourront accoster dans les ports du pays à partir de 2026. Le gouvernement tente de réduire la pollution dans ses fjords pittoresques causée par le diesel marin utilisé par de nombreux paquebots de croisière.

Espen Barth Eide, le ministre norvégien des Affaires étrangères, a déclaré à la chaîne de télévision allemande DW que les navires de croisière « sont à l’origine des émissions les plus élevées au monde par passager et par kilomètre parcouru ».

Alors, quelle est l’intensité carbone d’une croisière moyenne ? Les navires de croisière les plus efficaces émettent environ 250 g de CO2 par passager-kilomètre, selon les estimations du Conseil international pour des transports propres (ICCT).

En utilisant la même méthodologie, l’intensité carbone d’un vol court-courrier est d’environ 110 g de CO2 par passager-kilomètre.

L’ICCT a calculé les émissions d’un voyage de cinq nuits de 2 000 kilomètres aux États-Unis sur la compagnie de croisière la plus efficace et les a comparées à un vol aller-retour et un séjour de même durée dans un hôtel.

Selon l’étude, la personne qui fait une croisière génèrerait environ le double de la quantité totale de gaz à effet de serre que celle qui prend l’avion – et c’est sans compter que de nombreuses personnes prennent l’avion pour se rendre à leur port de départ.

Les carburants alternatifs sont-ils une solution ?

Les navires de croisière les plus récents sont de plus en plus alimentés au gaz naturel liquéfié (GNL) dans le but de réduire les émissions de carbone.

La combustion du GNL libère moins d’oxyde nitreux, d’oxyde de soufre et de particules polluantes que les carburants traditionnels – une préoccupation majeure pour les ports du monde entier où les navires restent au ralenti pendant des heures. Avec environ 25 % de dioxyde de carbone en moins, les opérateurs de croisière affirment qu’il s’agit d’une alternative « respectueuse du climat ».

L’Icon of the Seas n’est que l’un des nombreux nouveaux navires équipés de moteurs bicarburant pouvant fonctionner à la fois au diesel marin et au GNL. Il s’agit du premier navire de l’opérateur Royal Caribbean à être propulsé par ce carburant.

Mais des fuites potentielles de méthane provenant du type de moteurs utilisés par ces navires de croisière suscitent des inquiétudes. Ce gaz à effet de serre extrêmement puissant a des impacts climatiques plus de 80 fois supérieurs à ceux du CO2 sur 20 ans.

Le navire de croisière Icon of the Seas a accosté à Ponce, à Porto Rico, dans le cadre de son voyage d'essai et de son processus de certification.
Le navire de croisière Icon of the Seas a accosté à Ponce, à Porto Rico, dans le cadre de son voyage d’essai et de son processus de certification.

Même si les navires brûlant du GNL émettent moins de dioxyde de carbone que les carburants marins traditionnels, ils ne parviennent souvent pas à brûler la totalité de ce gaz invisible. Près de 80 pour cent des navires qui brûlent du GNL utilisent un type de moteur qui rejette 3,1 pour cent de son carburant dans l’atmosphère, selon Transport & Environment.

Une étude menée par une organisation à but non lucratif basée à Bruxelles affirme que cela pourrait être pire pour le climat à court terme que de brûler des combustibles traditionnels.

Royal Caribbean affirme que le GNL était l’alternative la plus viable lors de la conception de l’Icon of the Seas, il y a 10 ans. L’année prochaine, elle se prépare à lancer le Celebrity Xcel, un navire de 3 248 passagers doté d’un moteur tricarburant pouvant également fonctionner au méthanol. Et la société affirme avoir construit l’Icon of the Seas pour le rendre adaptable à l’avenir à d’autres sources de carburant comme le méthanol.

L’industrie maritime y voit l’un des carburants alternatifs les plus prometteurs dans un avenir proche.

Bien que des navires plus récents, dotés de moteurs moins fuyants et de solutions avant-gardistes, soient en route, le navire de croisière moyen qui navigue actuellement sur les mers du monde a désormais plus de 22 ans.

Les groupes environnementaux affirment que bon nombre de ceux qui sont construits aujourd’hui seront probablement encore en service d’ici 2050, lorsque l’Organisation maritime internationale (OMI) visera à atteindre son objectif de zéro émission nette.

Laisser un commentaire

onze − trois =