Ibrahim Al-Agha, détenteur d'un passeport irlandais, accueille 90 personnes déplacées chez lui à Gaza

Jean Delaunay

Ibrahim Al-Agha, détenteur d’un passeport irlandais, accueille 90 personnes déplacées chez lui à Gaza

Certains sont des proches d’Al-Agha, d’autres de parfaits inconnus, tous espèrent que son passeport irlandais les protégera lorsque les soldats israéliens arriveront. Le journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Nebal Hajjo a effectué une brève visite à la maison.

L’ingénieur palestinien Ibrahim Al-Agha, double national et détenteur d’un passeport irlandais, rendait visite à sa famille à Gaza pour des vacances lorsque les combats ont commencé.

Mais au cours des 18 jours qui se sont écoulés depuis, il a ouvert ses portes à plus de 90 Palestiniens, tous cherchant désespérément refuge. Tous espèrent que le fait d’être sous le toit d’un homme possédant un passeport international leur assurera la sécurité lorsque les forces terrestres israéliennes arriveront.

Pendant près de trois semaines, Al-Agha, avec sa femme et ses trois enfants, ont dû relever le défi d’accueillir autant de monde.

Ibrahim Al-Agha avec sa femme et ses trois enfants.  Les ressortissants irlandais ont été piégés par les combats.  octobre 2023
Ibrahim Al-Agha avec sa femme et ses trois enfants. Les ressortissants irlandais ont été piégés par les combats. octobre 2023

« Nous avons un gros problème, peut-être avez-vous vu notre lutte avec la nourriture, l’eau, l’électricité, et pour essayer de divertir les enfants également. C’est donc une lutte quotidienne depuis le matin jusqu’à ce que nous allions dormir. C’est une lutte quotidienne juste pour nous approvisionner. besoins en groupe. »

Hammam Al-Afrangi espère que le domicile d’un citoyen international sera plus sûr lorsque les soldats israéliens arriveront.  octobre 2023
Hammam Al-Afrangi espère que le domicile d’un citoyen international sera plus sûr lorsque les soldats israéliens arriveront. octobre 2023

Hammam Al-Afrangi a fui le quartier de Tal Al-Hawa à Gaza et ne connaissait même pas les Al-Agha avant d’arriver à la maison. Il a déclaré : « Les deux premiers jours ont été très difficiles pour nous, car nous ne nous connaissions pas, et tout le monde avait peur et était nerveux, et nous ne savions pas comment nous allions vivre ensemble. Mais après, nous avons commencé à apprendre à vivre ensemble, et parce que le propriétaire de la maison nous aidait, nous rassurait dans sa maison et nous nourrissait.

Laisser un commentaire

quatre + 3 =