Films to better understand the Israel-Palestine conflict

Jean Delaunay

Huit films pour mieux comprendre le conflit israélo-palestinien

« Je sais qu’ils peuvent frapper à ma porte à tout moment, mais je vais continuer à filmer. Cela m’aide à affronter la vie. Et survivre.

Alors que le conflit israélo-palestinien domine l’actualité, suite au lancement d’une attaque à grande échelle de groupes militants palestiniens menés par le Hamas contre Israël depuis la bande de Gaza, L’Observatoire de l’Europe Culture revisite des films qui mettent en lumière la tension entre les deux et qui visent à aider le public. comprendre l’histoire.

Une tâche ardue, car le conflit dure depuis si longtemps et toute conversation ou représentation cinématographique du sujet conduit invariablement à des tirades de colère.

Cependant, comme le disait un jour le regretté Roger Ebert, les films sont « comme une machine qui génère de l’empathie ». Ainsi, même si nous ne pensons à aucun moment que cette liste soit exhaustive, ces films récents – au-delà de leur valeur artistique – sont un endroit formidable. pour commencer à aider à comprendre les différents points de vue et à éduquer le public sur ce qui se passe au Moyen-Orient. Et au mieux, ils génèrent eux aussi de l’empathie.

Nous procédons par ordre chronologique.

Le paradis maintenant (2005)

Le paradis maintenant
Le paradis maintenant

Le paradis maintenant est un drame psychologique qui suit deux Palestiniens, Said et Khaled, se préparant à un attentat suicide en Israël. Ils ne sont ni religieux ni politiques et ne sont jamais présentés comme des fanatiques. Ce sont deux amis qui vivent ensemble leurs derniers jours. Lorsqu’ils sont séparés près de la frontière israélienne, leur complot est découvert, ce qui les amène à remettre en question leurs décisions.

Réalisé par le cinéaste palestino-néerlandais Hany Abu-Assad, le film offre un rare aperçu du point de vue du kamikaze et aborde le sujet de manière nuancée, pleine de suspense et souvent touchante. Ce n’est pas un spectacle facile, mais au lieu de porter un jugement moral, il permet au public de remettre en question ses idées préconçues, de se confronter à une réalité, et fournit suffisamment de contexte pour laisser briller une voix – celle des Palestiniens critiquant le recours à la violence.

Le film a remporté le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère et est devenu le premier film palestinien à être nominé aux Oscars. Cela a conduit à des protestations et plusieurs groupes ont demandé à l’Académie de disqualifier le film, estimant qu’il encourageait le meurtre de civils lors d’actes terroristes. Le film ne fait en aucun cas cela, et dans le discours d’acceptation des Golden Globes de Hany Abu-Assad, il a déclaré qu’il espérait que le prix était « une reconnaissance du fait que les Palestiniens méritent leur liberté et leur égalité sans condition. » De plus, le producteur juif israélien du film, Amir Harel. a déclaré: « Si le film sensibilise ou présente une autre facette de la réalité, c’est une chose importante. »

Abu-Assad a également réalisé le superbe film Omar, à propos d’un boulanger palestinien qui escalade la barrière de Cisjordanie pour rendre visite à la femme qu’il a l’intention d’épouser. C’est une romance qui se transforme en un drame policier vivifiant qui vaut également la peine d’y consacrer du temps.

Valse avec Bashir (2008)

Valse avec Bashir
Valse avec Bashir

Ce docudrame de guerre animé écrit et réalisé par Ari Folman dépeint la recherche par Folman de souvenirs refoulés de son expérience de soldat pendant la guerre du Liban de 1982. Dans cette recherche de souvenirs et de sens, le film explore la futilité des guerres et témoigne du traumatisme du conflit.

L’approche innovante du sujet à travers l’animation de l’artiste David Polonsky rend Valse avec Bashir une montre incroyablement convaincante, dont la forme semble presque contradictoire. Cependant, ce documentaire d’animation défie les conventions et constitue un film anti-guerre vibrant, parfois onirique.

Il y a eu à l’époque des critiques selon lesquelles le film s’ancrait dans ce que certains appellent la tradition israélienne du « tir et des pleurs » – ce que Folman a contesté. Cela ne s’est pas arrêté Valse avec Bashir de remporter le prix du meilleur film en langue étrangère aux Golden Globes et de devenir le premier film d’animation à recevoir une nomination pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. A noter également la musique fascinante de Max Ritcher, qui a valu au compositeur le prix du meilleur compositeur aux European Film Awards.

Citronnier (2008)

Citronnier
Citronnier

Salma, veuve d’un village palestinien, vit de son verger de citronniers. C’est sa seule source de revenus. Lorsque le ministre israélien de la Défense Navon s’installe à côté d’elle, dans une maison chic partageant une limite avec sa propriété sur la Ligne verte séparant Israël des territoires occupés de Cisjordanie, ses services de sécurité exigent que le bosquet soit démoli, car les arbres pourraient cacher des terroristes. Salma refuse de s’incliner et engage un avocat pour porter son cas devant la Cour suprême, ce qui attire l’attention internationale.

Réalisé par le cinéaste israélien Eran Riklis, Citronnier est une histoire captivante qui se double d’une belle parabole racontant l’histoire de l’Ancien Testament du roi d’Israël qui convoite la vigne de son voisin. Il est impressionnant de constater qu’aucun camp n’est choisi – les Israéliens sont arrogants et les Palestiniens têtus. Au coeur de Citronnier est une histoire très humaine qui révèle les divisions entre les deux peuples. Cela n’aura peut-être pas le même impact que Valse avec Bashir – également sorti la même année – mais c’est une fable simple qui fonctionne principalement grâce à une performance imposante du toujours merveilleux Hiam Abbass.

5 caméras cassées (2011)

5 caméras cassées
5 caméras cassées

Ce documentaire incontournable d’Emad Burnat et Guy Davidi est une chronique intime de la résistance non-violente aux actions de l’armée israélienne. Pendant cinq ans, Burnat enregistre les scènes chaotiques qui se déroulent devant sa maison avec la caméra vidéo familiale. Le documentariste amateur propose un regard personnel sur la vie à Bil’in, la township de Cisjordanie où lui et sa famille vivent et qui est menacée par l’invasion des colonies israéliennes. Conscient que sa caméra est un outil d’autonomisation, Burnat se rend compte que c’est aussi un moyen d’unir sa communauté.

«Je filme pour guérir», dit-il. « Je sais qu’ils peuvent frapper à ma porte à tout moment, mais je vais continuer à filmer. Cela m’aide à affronter la vie. Et survivre.

5 caméras cassées (du nom des caméras qui ont été détruites au cours de cette période de cinq ans) est une œuvre essentielle de l’activisme politique et cinématographique. Plus que cela, il offre un témoignage direct sur une vie persécutée et sur la façon dont on survit lorsqu’on est dépossédé de l’endroit où l’on appelle son chez-soi.

Les gardiens (2012)

Les gardiens
Les gardiens

Chargé de superviser la guerre israélienne contre le terrorisme, le chef du Shin Bet – l’agence des services secrets israéliens – est présent au carrefour de chaque décision prise. Pour la première fois, six anciens dirigeants de l’agence ont accepté de partager leurs réflexions et de réfléchir publiquement à leurs actions.

Les gardiensréalisé par le cinéaste israélien Dror Moreh, combine des images d’archives et des animations informatiques ainsi que des entretiens approfondis, tous séparés en sept segments qui abordent le rôle émergent du Shin Bet après la guerre des Six Jours et l’occupation des territoires palestiniens, le Accords d’Oslo, terrorisme juif, affaire du Bus 300 (incident de 1984 au cours duquel des membres du Shin Bet ont exécuté deux pirates de l’air palestiniens, immédiatement après la fin de la crise des otages et leur capture) et l’assassinat de militants du Hamas.

Le réalisateur s’est clairement inspiré du documentaire oscarisé d’Errol Morris Le brouillard de guerreet Les gardiens présente une perspective brutalement honnête et magistralement éditée sur les personnages au cœur des guerres. C’est une leçon d’histoire révélatrice racontée par ceux qui ont orchestré des actions violentes.

« Oubliez la morale », dit l’un d’eux, montrant que ce n’est pas un film qui vous donnera de l’espoir pour l’avenir. Cependant, les personnes interrogées, dont une autre compare la conduite d’Israël en Cisjordanie à celle des nazis envers la population civile non juive de l’Europe occidentale occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, vous font espérer qu’un jour, la vérité trouvera son chemin.

Foxtrot (2017)

Fox-trot
Fox-trot

Samuel Maoz (le réalisateur derrière Liban) a présenté sa tragédie familiale incroyablement puissante à la Mostra de Venise, où il a remporté le Grand Prix du Jury, Lion d’Argent. C’est une histoire en trois parties qui commence par un moment de pure dévastation : des soldats arrivent au domicile d’un couple d’âge moyen pour leur annoncer que leur fils a été tué dans l’exercice de ses fonctions.

Nous voyons ensuite le point de vue des soldats israéliens patrouillant la frontière dans le désert, tentant de garder l’ennui à distance. Après cette partie médiane à la limite de l’onirisme d’un triptyque cauchemardesque, le troisième segment revient aux parents.

Moins on en dit, mieux c’est, car ce film va vous bouleverser. C’est un puzzle dont les pièces se mettent lentement en place, et les résultats sont percutants et surtout fascinants. Maoz commente l’universalité du chagrin et injecte dans son drame un sentiment de colère juste face à la capacité de n’importe quel pays à envoyer des jeunes mourir au nom de la politique.

Il s’agit d’un film urgent et plein d’esprit qui a suscité des ennuis car il montre les forces de défense israéliennes dissimulant la fusillade de quatre jeunes Arabes. Il a été dénoncé par la ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, qui a qualifié le film de « résultat de l’autoflagellation et de la coopération avec le récit anti-israélien ».

Il s’agit plutôt d’un plaidoyer humaniste contre la futilité de la guerre.

Gaza Mon Amour (2020)

Gaza Mon Amour
Gaza Mon Amour

Candidature officielle de la Palestine pour le meilleur long métrage international aux Oscars 2022, Gaza Mon Amour de Tarzan et Arab Nasser nous présente Issa, un pêcheur de Gaza âgé de 60 ans qui n’a jamais eu le courage de dire à Siham qu’il est amoureux d’elle. Lorsqu’il trouve une sculpture du dieu grec Apollon dans son filet de pêche, il pense que sa chance a peut-être tourné. Cependant, des problèmes commencent à surgir lorsque les autorités locales découvrent qu’il possède cette statue dans sa maison.

Gaza Mon Amour est un film léger, bien plus que certains autres sur cette liste ; mais c’est un drame très charmant qui ne recule jamais devant les facettes troublantes de la vie à Gaza. Il ne plonge pas trop dans le territoire sociopolitique délicat, préférant une romance plus légère aux tarifs percutants. Cependant, il jette un regard sur la Palestine contemporaine, et est soutenu sans fin par Salim Daw et Hiam Abbass (elle encore), qui parviennent à garder les choses crédibles tout en adhérant complètement au ton du film, qui mélange des éléments de comédie absurde et quelques touches inattendues de réalisme magique.

Le stand de visionnage (2020)

Le stand de visualisation
Le stand de visualisation

Le stand de visualisation explore la façon dont nous donnons un sens aux images non fictionnelles et comment ce que nous voyons dans ces images est lié à nos systèmes de croyance.

Le réalisateur israélien Ra’anan Alexandrowicz compile des séquences vidéo en ligne illustrant la dure réalité de l’existence des Palestiniens sous le régime militaire israélien. Il montre ensuite ces images à des étudiants américains et filme leurs réactions, en se concentrant sur l’une d’entre elles, Maia Levy, fervente partisane d’Israël. Six mois plus tard, Alexandrowicz invite Levy à regarder d’autres images. Cette fois, Maia visionne des images montées d’elle-même alors qu’elle regardait les images de l’occupation. Elle propose une analyse réflexive de son commentaire précédent, proposant une réflexion sur la perception et la façon dont nous voyons les événements à travers le filtre de nos propres préjugés.

Ce film complexe et méconnu, qui a fait le tour en 2020 dans différents festivals de cinéma, dont la Berlinale, est une montre importante, surtout à l’ère de la désinformation. C’est un exercice saisissant qui n’est peut-être pas le plus cinématographique de cette liste, mais sans aucun doute l’un des plus saisissants en termes de façon dont nous voyons, percevons et interprétons l’actualité.

Laisser un commentaire

3 × cinq =