Parks Canada underwater archaeologist Marc-André Bernier carefully excavates a seamen’s chest on the lower deck of HMS Erebus, 14 September, 2023.

Milos Schmidt

HMS Erebus : les archéologues pourront-ils résoudre ce « mystérieux casse-tête » avant que le changement climatique ne les arrête ?

Les violentes tempêtes sont un autre rebondissement dans l’horrible histoire de ces navires britanniques naufragés dans l’Arctique canadien il y a près de 180 ans.

Les archéologues marins se lancent dans une course contre la montre pour découvrir les secrets d’un navire britannique malheureux du XIXe siècle.

Il y a près de 10 ans, la coque du HMS Erebus a été découverte sur une partie peu profonde du fond marin de l’Arctique canadien. Deux ans plus tard, en 2016, son navire jumeau, le HMS Terror, a été retrouvé à 72 kilomètres de là, dans des eaux plus profondes.

Ainsi se termina une recherche de plus de 150 ans pour retrouver les deux navires qui partirent en 1845, dans le cadre d’une mission dirigée par Sir John Franklin pour trouver le passage du Nord-Ouest entre les océans Atlantique et Pacifique. Aucun des 129 hommes à bord n’a survécu au voyage – et les détails de leur sombre fin ont été transmis dans la légende inuite.

Les découvertes récentes « ont ouvert un océan de questions », explique Parcs Canada, l’agence gouvernementale qui étudie les épaves aux côtés de chercheurs inuits.

Mais le changement climatique pourrait contrecarrer leur recherche de réponses, selon le dernier rapport. L’épave de l’Erebus est désormais secouée par des tempêtes de plus en plus violentes, catalysant sa ruine et rendant les plongées annuelles plus difficiles.

« Certaines parties du pont supérieur du navire se sont effondrées récemment et d’autres parties s’inclinent dangereusement », a déclaré Jonathan Moore, directeur de l’équipe sous-marine de Parcs Canada qui a terminé l’exploration de 2023, au journal britannique The Guardian. « Ça devient délicat là-bas. »

Qu’est-il arrivé au HMS Erebus et au HMS Terror ?

L’expédition perdue de Franklin, comme on l’appelle, a été lancée depuis la côte du Kent en 1845 avec l’officier de la Royal Navy britannique de 59 ans et explorateur de l’Arctique à bord d’Erebus.

Les voyages précédents avaient laissé moins de 500 km de côtes arctiques à explorer, et les Victoriens étaient désireux de trouver une éventuelle nouvelle route commerciale à travers le labyrinthe de glace. Les navires étaient équipés de nouvelles hélices à vapeur pour les aider à naviguer à travers la banquise, et leurs cales étaient remplies de provisions en conserve pour trois ans.

Le HMS Erebus et le HMS Terror ont été observés pour la dernière fois par des baleiniers naviguant dans le détroit de Lancaster en juillet 1845, et n’ont plus jamais eu de nouvelles.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Royal Museums Greenwich (@royalmuseumsgreenwich)

Dans les années 1850, l’explorateur écossais John Rae a découvert en parlant aux Inuits que Franklin était mort en 1847 après que les navires soient restés coincés dans la glace de mer pendant deux ans près de l’île du Roi-Guillaume, dans ce qui est aujourd’hui la région du Nunavut au Canada.

On lui dit également que les hommes survivants – qui avaient abandonné les navires en 1848 – avaient commencé à se manger les uns les autres alors qu’ils mouraient de faim, d’hypothermie et du scorbut. Ces rapports de cannibalisme ont scandalisé la société victorienne et ont été farouchement repoussés par la veuve de Franklin, Lady Jane, et son partisan Charles Dickens.

Mais des preuves récentes suggèrent que c’était tragiquement vrai. Les os des membres d’équipage découverts sur l’île du Roi-Guillaume portent des marques suggérant qu’ils ont été découpés et mangés.

Transmis de génération en génération, le savoir traditionnel inuit a également fait partie intégrante de la découverte éventuelle des épaves. « Leurs histoires sur l’expédition étaient vivantes et détaillées, mais elles ont été rejetées au 19e siècle parce que les Inuits étaient considérés comme des sauvages », a déclaré Ryan Harris, de Parcs Canada, au Guardian en 2014 après sa découverte du premier navire.

Ryan Harris explique la découverte de l'expédition dans le détroit de Victoria lors d'une conférence de presse à Ottawa le 9 septembre 2014.
Ryan Harris explique la découverte de l’expédition dans le détroit de Victoria lors d’une conférence de presse à Ottawa le 9 septembre 2014.

« En fait, ils fournissaient des informations extrêmement précises, nous nous en rendons compte maintenant. La découverte d’Erebus dans notre zone de recherche sud confirme complètement ce qu’ils disaient. Le navire est exactement là où ils ont dit qu’il avait coulé.

L’épave du HMS Erebus repose à seulement 11 mètres de profondeur sur le fond marin du golfe Queen Maud. Le HMS Terror se trouve également à une profondeur relativement faible de 24 mètres, mieux préservé dans les eaux glacées de l’Arctique de Terror Bay. Tous deux sont des lieux historiques nationaux – les premiers à être gérés conjointement par les Inuits et Parcs Canada.

Quel est l’impact du changement climatique sur l’exploration du HMS Erebus ?

Lorsque la première épave a été découverte il y a dix ans, les experts espéraient que le changement climatique pourrait réellement jouer en faveur des archéologues. Il a été signalé que la diminution de la couverture de glace dans l’Arctique faciliterait les conditions de recherche.

Selon le Service canadien des glaces, la couverture estivale de glace de mer dans le passage du Nord-Ouest est généralement en déclin depuis que les scientifiques ont commencé à prendre des mesures en 1968. Certaines années depuis 2012, la couverture de glace de mer est tombée à zéro. Parcs Canada note avec ironie des conditions qui « auraient été un rêve au bord de la plage » pour les hommes de Franklin.

Leur expédition vouée à l’échec s’articule de manière fascinante avec le changement climatique anthropique. Ils ont appareillé alors que la révolution industrielle s’accélérait, et l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère a désormais un impact sur le dernier chapitre des navires, alors que la région est frappée par des tempêtes plus violentes.

Le technicien en archéologie sous-marine Todd Stakenvicius retourne sur une barge de soutien après une plongée sur le HMS Erebus, avec le RV David Thompson en arrière-plan, le 6 septembre 2023.
Le technicien en archéologie sous-marine Todd Stakenvicius retourne sur une barge de soutien après une plongée sur le HMS Erebus, avec le RV David Thompson en arrière-plan, le 6 septembre 2023.

Comme l’écrit l’agence sur son site Internet, « l’Arctique de l’époque de John Franklin n’était pas l’Arctique d’aujourd’hui ».

Erebus est plus vulnérable aux dommages causés par les tempêtes, c’est pourquoi l’équipe archéologique de Parcs Canada concentre ses efforts sur l’enquête sur cette épave en premier. Les nouvelles technologies aident ; Equipée de combinaisons chauffantes, l’équipe a pu effectuer 68 plongées en 12 jours de travail sur l’épave en septembre dernier.

Leurs dernières découvertes incluent un thermomètre intact provenant de la cabine d’un officier, une chaussure en cuir et une collection de fossiles, tous traçables jusqu’à des membres particuliers de l’équipage. De nombreux artefacts récupérés seront étudiés et conservés à Ottawa avant d’être retournés pour être exposés au Centre du patrimoine Nattilik à Gjoa Haven, au Nunavut.

Des pièces de ce mystérieux puzzle sont en cours de récupération, ce qui nous permet de mieux comprendre les événements fascinants de cette incroyable expédition.

Steven Guilbeault

Ministre canadien de l’Environnement et du Changement climatique

« L’expédition Franklin demeure l’un des mystères les plus populaires du XIXe siècle », déclare Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada. « Cependant, grâce au travail important de Parcs Canada et de ses partenaires inuits, des pièces de ce mystérieux puzzle sont retrouvées, ce qui nous permet de mieux comprendre les événements fascinants de cette incroyable expédition. »

La séquence exacte des événements qui ont conduit les hommes à abandonner leurs navires en 1848 reste encore un mystère.

La modélisation des tempêtes aide à évaluer les épaves

Pour mieux comprendre les menaces liées au climat qui pèsent sur les épaves – et les mesures d’atténuation nécessaires – Parcs Canada fait appel à l’expertise technique de la société de conseil Stantec.

Il a fourni à l’agence une modélisation hydrologique et des tempêtes, produisant un modèle numérique des configurations actuelles, historiques et futures des vents et des vagues susceptibles d’endommager les épaves.

L'archéologue sous-marin Charles Dagneau examine un bol en céramique extrait du coffre d'un marin sur l'épave du HMS Erebus, le 17 septembre 2023.
L’archéologue sous-marin Charles Dagneau examine un bol en céramique extrait du coffre d’un marin sur l’épave du HMS Erebus, le 17 septembre 2023.

Selon les scientifiques, le changement climatique devrait accroître la fréquence et l’intensité des tempêtes dans l’environnement arctique. Les recherches de Stantec aideront à déterminer la gravité des tempêtes qui se produiront d’ici 2050 dans la zone du projet, englobant l’est du golfe Reine Maud, Wilmot et la baie Crampton, ainsi que les approches ouest du détroit de Simpson et de la baie Terror.

« Stantec est ravi d’aider Parcs Canada et ses partenaires inuits à comprendre les menaces environnementales qui pèsent sur ces morceaux de l’histoire humaine », déclare Darren Kipping, archéologue sous-marin et gestionnaire de projet de l’entreprise. « Comprendre quels sont ces impacts potentiels, maintenant et à l’avenir, peut aider Parcs Canada et ses partenaires dans l’étude et la gestion du site. »

Explorer les écosystèmes des épaves

L'archéologue sous-marin Marc-André Bernier fouille soigneusement le coffre d'un marin dans le gaillard d'avant (logements de l'équipage) sur le pont inférieur du HMS Erebus, le 14 septembre 2023.
L’archéologue sous-marin Marc-André Bernier fouille soigneusement le coffre d’un marin dans le gaillard d’avant (logements de l’équipage) sur le pont inférieur du HMS Erebus, le 14 septembre 2023.

Les lieux de repos du HMS Erebus et du HMS Terror n’intéressent pas seulement les archéologues et les historiens souhaitant se familiariser avec la vie navale du XIXe siècle.

Les biologistes marins sont également fascinés par la vie actuelle au sein des épaves. Ces récifs artificiels abritent une diversité d’organismes de la région, selon Parcs Canada, notamment des algues, des éponges et des mollusques.

« Une étude future sur la Terreur pourrait bien révéler une suite différente d’espèces, car elle repose dans un endroit différent, dans des eaux plus profondes, plus sombres et plus froides », écrit l’agence.

« L’analyse de l’écologie de ces écosystèmes artificiels fournira des informations importantes sur ce qui influence la vie marine de l’Arctique et sur la manière dont les organismes marins ont influencé les épaves. »

Pour les Européens, une fascination persistante pour les épaves constitue un point d’entrée éloigné au Nunavut – une région plus durement touchée par la crise climatique que la plupart des autres. Les Nunavummiut (les peuples autochtones du Nunavut) existent depuis des siècles dans un écosystème étroitement lié avec la glace, la terre, le ciel et la faune.

Parmi les changements susceptibles de modifier l’environnement, le Centre du changement climatique du Nunavut note que la diminution des glaces pourrait augmenter le trafic maritime dans les voies navigables de l’Arctique – y compris le passage du Nord-Ouest – ce qui augmenterait le risque de déversements de pétrole et de produits chimiques.

Le centre de ressources présente les voix du territoire et fournit des informations sur les mesures d’adaptation que les communautés peuvent prendre, à mesure que leurs capacités de survie uniques relèvent de nouveaux défis.

Laisser un commentaire

3 + 9 =