« Historique » : l'UE conclut un accord de 500 millions d'euros pour augmenter la production de munitions pour l'Ukraine

Jean Delaunay

« Historique » : l’UE conclut un accord de 500 millions d’euros pour augmenter la production de munitions pour l’Ukraine

Les négociateurs de l’Union européenne sont parvenus à un accord dans les premières heures de vendredi pour accélérer la production de munitions et de missiles en Europe afin de livrer d’urgence l’Ukraine.

« Nous avons un accord », a déclaré Thierry Breton, le commissaire au marché intérieur, sur Twitter tôt vendredi.

« En seulement deux mois, l’Europe s’est mise d’accord sur un programme historique ASAP pour financer la montée en puissance de sa base industrielle de défense pour soutenir l’Ukraine et la sécurité de l’Europe », a-t-il ajouté.

Compte tenu de l’urgence de fournir à l’Ukraine les armes dont elle a besoin pour se défendre contre l’invasion russe et mener à bien sa contre-offensive, la loi de soutien à la production de munitions (ASAP), initialement proposée par la Commission début maia été accélérée dans le cadre du processus législatif de l’UE.

Margarita Robles, ministre de la défense de l’Espagne, qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de l’UE, a déclaré que l’accord rapide « est une nouvelle preuve de l’engagement indéfectible de l’UE à soutenir l’Ukraine, à renforcer la base technologique et industrielle de défense de l’UE et, à terme, à assurer la sécurité et la défense à long terme des citoyens de l’UE. »

La chef de la Commission, Ursula von der Leyen, a salué l’accord, affirmant qu’il « accélérera la livraison de munitions à l’Ukraine à ce stade crucial de la guerre ».

L’ASAP fait partie du plan en trois volets de l’UE fournir à l’Ukraine le million de cartouches dont elle a besoin au cours de l’année à venir et reconstituer les stocks des États membres qui s’épuisent rapidement.

Dans le cadre du premier volet, les États membres de l’UE ont engagé pour 1 milliard d’euros de munitions à partir de leurs stocks restants, tandis que le deuxième volet prévoyait les commandes conjointes d’un milliard d’euros supplémentaires de munitions.

Dès que possible, ou suivre trois, verra 500 millions d’euros de fonds européens dédiés au renforcement des capacités de production industrielle du bloc pour les munitions sol-sol et d’artillerie ainsi que pour les missiles. Il introduit également un cadre réglementaire temporaire pour faire face à ce que la Commission a qualifié de « crise de l’approvisionnement en munitions ».

Les obstacles à la production découlent d’une combinaison de facteurs qui remontent à la chute de l’Union soviétique et ont été brusquement exposés lorsque la Russie a lancé l’invasion, tels que l’atonie chronique des investissements dans la défense, la baisse de la demande des pouvoirs publics, le manque de personnel qualifié, la lenteur du processus d’autorisation. et le manque d’accès aux matières premières.

Dans un geste notable, la proposition initiale de la Commission a introduit la possibilité pour les États membres d’ajouter un « complément » financier à l’ASAP en réorientant les fonds de cohésion et de relance COVID-19, une disposition qui a suscité une certaine controverse.

Bien que les négociateurs aient supprimé cette disposition lors des pourparlers, Marc Botenga, un eurodéputé belge du groupe La Gauche qui a participé au processus, s’est néanmoins montré très critique quant au résultat, le décrivant comme une « erreur historique ».

« L’argent de l’UE nécessaire de toute urgence pour la recherche, la santé ou les infrastructures climatiques va maintenant aux actionnaires de l’économie de guerre. Le monde à l’envers », a-t-il déclaré.

Il a également fait valoir que la loi est « illégale » et qu’elle « viole » l’article 41.2 du traité UE. qui interdit que les « dépenses résultant d’opérations ayant des implications militaires ou dans le domaine de la défense » soient imputées au budget de l’UE.

La Commission conteste cette interprétation car elle considère l’ASAP comme un instrument de renforcement de la résilience de l’industrie européenne.

Le Parlement européen devrait voter sur la législation lors de la session plénière de la semaine prochaine. Le texte sera ensuite renvoyé aux États membres pour approbation finale avant son entrée en vigueur.

Laisser un commentaire

six + dix-sept =