The painting "Panoramic view of Paris in 1588, from the Louvre

Jean Delaunay

Histoire de la Seine : une exposition parisienne explore l’histoire du fleuve à travers des objets trouvés

Sous la place très touristique de la cathédrale Notre-Dame, un site archéologique raconte l’histoire de Paris et de sa Seine à travers des objets découverts dans son lit et ses berges. Découvrez l’exposition « Dans La Seine ».

Alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques d’été cette année, la Seine a retrouvé son chemin sous le feu des projecteurs, alors que les autorités municipales se démènent pour la rendre suffisamment propre pour la baignade avant le début de la compétition.

Mais ce n’est pas la première fois que la rivière attire ce genre d’attention. L’artère principale qui traverse la Ville Lumière a toujours été la vedette du spectacle, la raison même de l’existence de la ville.

Une nouvelle exposition dans la crypte archéologique située sous la cathédrale Notre-Dame explore l’importance de la Seine pour les habitants de ses environs, à travers des objets extraits de son lit et de ses berges.

La collection de 150 bibelots raconte l’histoire de la façon dont les humains ont interagi avec la célèbre rivière, de la préhistoire à nos jours. Ce faisant, il raconte également comment Paris est devenu Paris.

La crypte archéologique de l'île de la Cité présente des vestiges du IVe siècle, époque où Paris était une ville gallo-romaine de taille moyenne appelée Lutèce.
La crypte archéologique de l’île de la Cité présente des vestiges du IVe siècle, époque où Paris était une ville gallo-romaine de taille moyenne appelée Lutèce.

Un joyau archéologique caché au cœur de Paris

Si vous souhaitez visiter l’exposition « Dans La Seine », il faut d’abord la trouver.

Située sous la place à l’extérieur de la cathédrale Notre-Dame, la Crypte Archéologique de l’Île de la Cité a été découverte pour la première fois dans les années 1960 lors de la construction d’un parking souterrain.

La crypte archéologique de l'île de la Cité a été fouillée de 1965 à 1972, après sa découverte lors de la construction d'un parking.
La crypte archéologique de l’île de la Cité a été fouillée de 1965 à 1972, après sa découverte lors de la construction d’un parking.

Aujourd’hui, c’est le seul site archéologique ouvert au public dans toute la ville, mais même de nombreux habitants ignorent son existence. L’entrée sobre se trouve à quelques pas des sièges escamotables remplis de touristes regardant la cathédrale – qui est toujours en travaux de rénovation après l’incendie de 2019.

Une fois que vous avez trouvé l’entrée, descendez les escaliers et vous découvrirez un vaste site de fouilles s’étendant sur 1 800 mètres carrés et regorgeant de vestiges archéologiques extraordinairement préservés.

Le site comprend des vestiges d’un bain public gallo-romain, une partie d’un ancien mur d’enceinte et le port d’amarrage de la ville gallo-romaine de Lutèce, aujourd’hui Paris.

L’espace est impressionnant en soi, mais l’espace d’exposition temporaire présente une autre façon de regarder l’histoire de Paris – une histoire racontée à travers les objets trouvés au fond de la Seine.

« Paris par un jour ensoleillé », 25 avril 2021 par l’astronaute français Thomas Pesquet.

Sous la Seine

En tant que principale voie navigable serpentant à travers la capitale française, la Seine a vu plus que sa juste part d’attirail humain frapper ses eaux. Depuis la nuit des temps, les gens jettent des objets dans la rivière, accidentellement ou volontairement.

De nos jours, vous trouverez probablement des scooters électriques et des vélos de location. Mais avant même que Paris ne soit un concept abstrait, les Néandertaliens ont laissé des outils en silex sur les rives de la Seine, preuve qu’ils n’étaient pas aussi primitifs que les scientifiques le pensaient autrefois.

Plus tard, lorsque la ville située sur la Seine fut connue sous le nom de Lutèce, les habitants de l’avant-poste gallo-romain faisaient parfois des offrandes au fleuve en échange de bonne fortune.

Figurines des divinités Apollon et Mercure exposées dans l'exposition
Figurines des divinités Apollon et Mercure exposées dans l’exposition « Dans La Seine ». A droite, un gros plan de la figurine de Mercure.

Ornant autrefois les autels des maisons privées de Lutèce, des figurines métalliques de divinités comme Apollon et Mercure ont été trouvées sous des couches de limon sur le lit de la rivière. Il existe plusieurs hypothèses sur la façon dont ils se sont retrouvés là : ils pourraient avoir été volés, abandonnés accidentellement ou offerts en offrande.

Le mysticisme autour de la Seine était répandu chez les Gallo-Romains. L’exposition présente également des sculptures qui seraient des ex-voto, ou des ex-voto à la divinité de la Seine, Sequana. Quelque 1 500 de ces ex-voto ont été retrouvés près de la source du fleuve en Bourgogne, où fut construit un temple à Séquana.

Cette tête en calcaire d'époque gallo-romaine serait un ex-voto, ou une offrande votive à la déesse Seine Sequana.
Cette tête en calcaire d’époque gallo-romaine serait un ex-voto, ou une offrande votive à la déesse Seine Sequana.

Fabriqués à partir de pierre, de métal et de bois, ils représentent des animaux, des têtes d’hommes, de femmes et d’enfants, des personnages en pied, des bébés emmaillotés et même des parties du corps indiquant à la Déesse où exactement elle doit appliquer ses pouvoirs de guérison.

Objets de la vie quotidienne au bord de la rivière

Le curage et le dragage de la Seine sont devenus des travaux d’entretien courant pour la ville à partir du milieu du XIXe siècle, une manière de maintenir la profondeur du fleuve pour faciliter la navigation. Des objets étaient souvent découverts et enlevés lors de l’extraction du sable et du limon du lit de la rivière.

Les objets trouvés dans la Seine datant de l’âge du bronze et du Moyen Âge, après la chute de l’empire romain, comprennent une immense collection d’armes – plus de 100 d’entre elles.

Certaines de ces armes – principalement des haches de combat et des épées – auraient été jetées volontairement dans la rivière, dans le cadre d’un rituel de fin de bataille.

Des armes de l'âge du bronze et du Moyen Âge exposées à l'exposition
Armes de l’âge du bronze et du Moyen Âge exposées à l’exposition « Dans La Seine ».
Une hache de combat (à gauche) et une lance trouvées dans la Seine.
Une hache de combat (à gauche) et une lance trouvées dans la Seine.

Dès le milieu du XIXe siècle, de petits objets en plomb furent découverts par milliers dans la Seine, connus sous le nom de « plombs de la Seine ».

Ils comprennent des jetons utilisés pour l’entrée dans les villes et les lieux de culte, des figurines religieuses et même ce que l’on pense être les premiers jouets pour enfants en forme de soldat de plomb.

Deux des
Deux des « plombs de la Seine », objets en plomb trouvés dans le fleuve, exposés à « Dans La Seine ».
Cette petite figurine faisait partie de la collection d'objets en plomb découverts dans la Seine.  Les artistes Alberto Giacometti et André Breton les possédaient dans leurs collections privées.
Cette petite figurine faisait partie de la collection d’objets en plomb découverts dans la Seine. Les artistes Alberto Giacometti et André Breton les possédaient dans leurs collections privées.

Les petites statuettes sont devenues des objets de collection et ont intégré les collections privées d’artistes comme Alberto Giacometti et André Breton. Les artistes les considéraient comme magiques, possédant des pouvoirs bons ou mauvais.

Les experts pensent qu’il s’agit plutôt d’ex-voto modernes du XVe au XVIe siècle, jetés dans la rivière en guise d’offrande.

Découvertes modernes

Il n’y a actuellement aucune fouille archéologique active à Paris le long de la Seine, même si l’année dernière, une ancienne nécropole a été découverte dans le sud de Paris lors de la construction d’une nouvelle sortie de métro.

Mais des découvertes continuent de se faire dans la Seine, grâce à la Brigade de la Seine, une branche de la police municipale chargée de maintenir l’ordre sur, autour et dans le fleuve.

Les plongeurs de la brigade ont récupéré des objets parmi lesquels des œuvres d’art, des éléments décoratifs des ponts de Paris et des équipements techniques des navires.

Les découvertes modernes faites par les plongeurs de la Brigade de la Seine incluent ceci
Parmi les découvertes modernes des plongeurs de la Brigade de la Seine, citons ce « mascaron », moulure en pierre en forme de masque.

En 2014, ils ont découvert au pied du Pont Neuf une sculpture identifiée comme étant un mascaron, une moulure en pierre en forme de masque que l’on voit souvent sur les immeubles et monuments parisiens.

Alors et nous ? Que laissera notre époque dans la Seine aux futurs explorateurs ?

Entre les scooters, vélos et motos déjà remontés de la rivière et les débris qui ne manqueront pas de s’échouer pendant les JO, ça n’a pas l’air bien.

Mais c’est la nature des rivières des villes : elles racontent l’histoire des gens qui vivent autour d’elles, les bons, les mauvais et les laids.

L'affiche de l'exposition
L’affiche de l’exposition « Dans La Seine ».

L’exposition « Dans La Seine » est actuellement ouverte au public à la Crypte archéologique de l’Île de la Cité à Paris.

Laisser un commentaire

deux × quatre =