Mohammad Shouman carries the body of his daughter, Masa, who was killed in an Israeli bombardment of the Gaza Strip, during her funeral in Rafah, southern Gaza, Jan. 17, 2024.

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : pour la première fois, le Parlement européen appelle à un « cessez-le-feu permanent »

Le Parlement européen a appelé pour la première fois à un « cessez-le-feu permanent » à Gaza et au début d’efforts politiques pour trouver une solution à la guerre entre Israël et le Hamas.

La résolution, purement symbolique et sans valeur juridique, a été approuvée jeudi par 312 voix pour, 131 contre et 72 abstentions dans l’hémicycle de Strasbourg, après qu’un compromis ait été trouvé pour apaiser les législateurs de centre-droit.

L’appel au cessez-le-feu représente un changement significatif par rapport à la position précédente du Parlement, adoptée en octobre, qui appelait à une « pause » humanitaire pour intensifier le flux d’aide atteignant les civils de Gaza. Ce vote a été adopté par 500 voix pour, 21 contre et 24 abstentions.

Cet appel aigu intervient alors que le bilan des morts à Gaza dépasse les 24 000, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Alors que les groupes de gauche et centristes de l’hémicycle avaient ouvertement soutenu l’appel au cessez-le-feu, les membres du Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, le plus grand groupe de la chambre, avaient exprimé des réserves.

La résolution a été adoptée après l’approbation d’un amendement spécifiant qu’un cessez-le-feu devrait être conditionné à la libération de tous les otages détenus à Gaza et au « démantèlement » du Hamas, désigné organisation terroriste dans l’UE.

« Une paix durable ne peut exister tant que le Hamas et d’autres groupes terroristes détournent la cause palestinienne et menacent l’existence d’Israël, la seule démocratie de la région », a déclaré mardi Antonio López-Istúriz, député européen du groupe PPE, devant le Parlement européen.

Plusieurs versions du texte ont été déposées en prévision du vote, reflétant la diversité des points de vue au sein de l’hémicycle.

Signe des difficiles querelles politiques nécessaires pour faire adopter la résolution, Hilde Vautmans, députée européenne belge de Renew Europe, a exhorté l’hémicycle à retrouver l’unité après des heures de négociations ces derniers jours.

Elle a déclaré avant le vote que la « crédibilité internationale » de l’UE était en jeu.

Les 27 dirigeants du bloc ne sont pas encore parvenus à un accord unanime pour appeler à un cessez-le-feu, malgré les appels de pays comme la Belgique, l’Irlande et l’Espagne. Jusqu’à présent, leur ligne officielle reste axée sur « des pauses et des couloirs humanitaires ».

Le sommet de décembre s’est terminé sans nouvelles conclusions sur Gaza, bien qu’une majorité des États membres aient soutenu une résolution du Conseil général des Nations Unies appelant à un cessez-le-feu humanitaire quelques jours plus tôt.

Laisser un commentaire

17 − neuf =