Palestinians mourn relatives killed in the Israeli bombardment of the Gaza Strip in Rafah on Saturday

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : plus de 30 Palestiniens tués dans des frappes aériennes israéliennes dans la bande de Gaza

Ces décès ont été enregistrés alors que le conflit fait rage et que l’on craint de plus en plus que la guerre ne se transforme en conflit régional.

Plus de 30 Palestiniens, dont de jeunes enfants, ont été tués dans deux frappes aériennes israéliennes dans la nuit de samedi dans la bande de Gaza, ont indiqué des responsables, alors que les inquiétudes continuent de croître concernant le manque de carburant et de fournitures pour les hôpitaux surchargés.

Une vidéo fournie par le département de la Défense civile de Gaza montre des secouristes fouillant les décombres d’une maison de la ville de Gaza à l’aide d’une lampe de poche tôt samedi matin après qu’elle ait été touchée par une attaque israélienne.

Des images les montraient portant une jeune fille enveloppée dans des couvertures, blessée au visage, et au moins deux autres enfants qui semblaient morts. Un garçon, couvert de poussière, grimaça alors qu’on le chargeait dans une ambulance.

L’attaque contre une maison du quartier de Daraj a tué au moins 20 personnes au total, selon le porte-parole de la Défense civile, Mahmoud Bassal.

Une autre frappe près de la ville méridionale de Rafah, à la frontière égyptienne, a tué au moins 13 personnes, dont deux enfants. Les corps des personnes tuées, appartenant principalement à une famille déplacée du centre de Gaza, ont été transportés à l’hôpital Abu Youssef al-Najjar de la ville où ils ont été vus par un journaliste d’Associated Press.

Le bilan des morts grimpe à près de 24 000

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré samedi que 135 Palestiniens avaient été tués au cours des dernières 24 heures, portant le bilan total de la guerre à 23 843. Le décompte ne fait pas de différence entre les combattants et les civils, mais le ministère a déclaré qu’environ les deux tiers des morts sont des femmes et des enfants. Le ministère a indiqué que le nombre total de blessés de guerre dépassait les 60 000.

Israël a affirmé que le Hamas était responsable des nombreuses pertes civiles, affirmant que ses combattants utilisaient des bâtiments civils et lançaient des attaques depuis des zones urbaines densément peuplées.

Alors que la guerre à Gaza entre dans son 100e jour dimanche, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que seuls 15 des 36 hôpitaux des territoires sont encore partiellement fonctionnels, selon OCHA, l’agence des affaires humanitaires des Nations Unies.

Le principal hôpital du centre de Gaza, l’hôpital des martyrs d’Al-Aqsa, dans la ville de Deir al-Balah, est tombé dans l’obscurité vendredi matin après une panne de carburant.

Le personnel a pu faire fonctionner les ventilateurs et les incubateurs avec des batteries solaires pendant la journée et a reçu une petite livraison d’urgence de carburant d’un autre hôpital vendredi soir.

On s’attend à ce que le carburant soit à nouveau épuisé samedi, à moins que l’OMS ne soit en mesure de livrer la livraison promise, ont indiqué les responsables de l’hôpital. Les livraisons d’aide ont été perturbées par une nouvelle baisse de la connectivité des télécommunications dans une grande partie de Gaza, qui a commencé vendredi soir.

Israël rapporte que 186 soldats de Tsahal ont été tués depuis le début du conflit

Depuis le début des opérations terrestres israéliennes fin octobre, 186 soldats israéliens ont été tués et 1 099 autres blessés à Gaza, selon l’armée. Plus de 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont été déplacés à la suite de l’offensive aérienne et terrestre d’Israël, et de vastes pans du territoire ont été rasés.

Les développements récents, notamment les frappes militaires américaines et britanniques sur les sites contrôlés par les Houthis au Yémen, ont alimenté les craintes croissantes d’une extension de la guerre vers un conflit régional.

Les frappes sont intervenues en réponse à une campagne d’attaques de drones et de missiles des Houthis contre des navires commerciaux dans la mer Rouge, qui, selon eux, était une réponse à l’offensive israélienne à Gaza.

Les pénuries de nourriture, de carburant et d’eau potable persistent

Dans un contexte de pénuries déjà graves de nourriture, d’eau potable et de carburant à Gaza, l’OCHA a déclaré dans son rapport quotidien que les graves contraintes imposées par Israël aux missions humanitaires et les refus catégoriques s’étaient accrus depuis le début de l’année.

L’agence a déclaré que seulement 21 % des livraisons prévues de nourriture, de médicaments, d’eau et d’autres fournitures ont réussi à atteindre le nord de Gaza.

« Ces refus paralysent la capacité des partenaires humanitaires à répondre de manière significative, cohérente et à grande échelle aux besoins humanitaires généralisés », a déclaré l’agence.

Les efforts américains et internationaux poussant Israël à faire davantage pour alléger les souffrances des civils palestiniens ont rencontré peu de succès.

Le manque d’aide humanitaire adéquate pour les civils de Gaza fait partie du procès de l’Afrique du Sud qui s’est ouvert cette semaine devant la Cour internationale de Justice à La Haye, accusant Israël de génocide.

Dans sa plainte, l’Afrique du Sud affirme qu’Israël n’a pas réussi à garantir que les besoins médicaux des Palestiniens soient satisfaits et accuse Israël « d’attaquer directement les hôpitaux, ambulances et autres établissements de santé palestiniens à Gaza ».

La nation a demandé au tribunal d’ordonner immédiatement à Israël de mettre fin à son offensive et de fournir un accès à « du carburant, un abri, des vêtements, des services d’hygiène et d’assainissement adéquats » ainsi qu’à des fournitures médicales et à une assistance.

L’équipe juridique israélienne a accusé le Hamas d’utiliser des hôpitaux et d’autres installations civiles pour lancer des attaques et abriter ses combattants. Israël a affirmé qu’il faisait tout son possible pour protéger les civils et qu’il travaillait avec les hôpitaux pour leur fournir une assistance. Israël a appelé au rejet du dossier de l’Afrique du Sud.

On ne savait pas dans l’immédiat quand une décision serait prise.

Laisser un commentaire

quatre × quatre =