Guerre Israël-Hamas : Netanyahu dit qu'il sera tenu responsable de l'attaque du Hamas

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : Netanyahu dit qu’il sera tenu responsable de l’attaque du Hamas

Tous les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé que son pays préparait une invasion terrestre de Gaza et que « nous travaillons contre la montre » pour préparer la destruction du Hamas.

« Nous sommes dans une guerre pour notre souveraineté, pour notre existence, et nous nous sommes fixés deux objectifs fondamentaux : éradiquer les capacités militaires et gouvernementales du Hamas et faire tout notre possible pour ramener chez nous les otages détenus par le groupe islamiste palestinien », a déclaré Netanyahu. » a déclaré dans une allocution télévisée.

Il n’a donné aucune précision sur la date du début de cette opération.

Le Premier ministre a également admis qu’il serait tenu responsable du massacre sanglant du 7 octobre perpétré par des militants du Hamas, mais cela n’interviendrait qu’après la campagne israélienne à Gaza.

« Le 7 octobre est un jour noir dans notre histoire », a-t-il déclaré. « Nous allons faire la lumière sur ce qui s’est passé à la frontière sud autour de Gaza. Cette débâcle fera l’objet d’une enquête. Tout le monde devra donner des réponses, moi y compris.

Les opérations de secours menacées par l’intensification des frappes aériennes israéliennes

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens affirme que ses opérations de secours dans la bande de Gaza devront être fortement réduites en raison des frappes aériennes israéliennes paralysantes.

Les hôpitaux de Gaza font de leur mieux pour soigner les blessés avec des ressources en diminution.

Cette guerre, qui en est à son 19e jour, est la plus meurtrière des cinq guerres à Gaza pour les deux camps. Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, a déclaré mercredi qu’au moins 6 546 Palestiniens avaient été tués et 17 439 autres blessés.

En Cisjordanie occupée, plus de 100 Palestiniens ont été tués et 1 650 blessés dans les violences et les raids israéliens depuis le 7 octobre.

Le bilan des morts ne peut pas être vérifié de manière indépendante, le Hamas affirmant qu’il compile ses chiffres à partir des directeurs d’hôpitaux.

Plus de 1 400 personnes ont été tuées en Israël, selon les responsables israéliens, pour la plupart des civils morts lors du déchaînement initial du Hamas. L’armée israélienne a porté mercredi à 222 le nombre d’otages restants à Gaza, dont des étrangers présumés capturés par le Hamas lors de l’incursion. Quatre otages ont été libérés.

Pendant ce temps, la France envoie un navire de la Marine militaire pour apporter de l’aide aux hôpitaux de la bande de Gaza.

Le navire quittera le port militaire français de Toulon, en mer Méditerranée, dans un délai de 48 heures, a annoncé le président Emmanuel Macron.

Par ailleurs, un avion français arrivera en Egypte jeudi pour livrer du matériel médical via un convoi vers Gaza.

Macron a fait ces annonces au Caire dans le cadre d’une tournée de deux jours à Midele-Est qui a débuté par une visite en Israël destinée à montrer le soutien et la solidarité de la France suite à l’attaque du Hamas le 7 octobre.

Le voyage comprenait une escale à Ramallah, en Cisjordanie, pour rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas et une autre escale mercredi matin en Jordanie pour s’entretenir avec le roi Abdallah II.

Israël accuse le chef de l’ONU de justifier le terrorisme

Les responsables israéliens ont été indignés mercredi par le commentaire du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, selon lequel l’attaque meurtrière du Hamas contre le sud d’Israël « ne s’est pas produite dans le vide », la qualifiant de justification du terrorisme.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a annulé une réunion prévue avec Guterres, en postant sur X : « Il n’y a pas de place pour une approche équilibrée. Le Hamas doit être effacé de la surface de la planète !

L’envoyé d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a appelé à sa démission, affirmant qu’Israël devait repenser ses relations avec l’organisation mondiale.

« Nous refuserons d’accorder des visas aux représentants de l’ONU. Nous avons déjà refusé d’en accorder un au secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Martin Griffiths », a déclaré Erdan à la radio militaire, accusant Guterres de justifier un massacre. « Il est temps de leur donner une leçon. »

Israël a toujours eu des relations tendues avec l’ONU, l’accusant de partialité.

Mardi, Guterres a pris la parole lors d’une réunion spéciale du Conseil de sécurité sur la guerre entre Israël et le Hamas déclenchée par l’attaque du groupe militant du 7 octobre, qui a fait au moins 1 400 morts parmi les Israéliens et plus de 220 pris en otages.

Les frappes aériennes israéliennes ont détruit de larges pans de l’enclave de Gaza, tuant au moins 6 500 Palestiniens, dont plus de 2 700 enfants, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Le chef de l’ONU a déclaré au Conseil qu’il « a condamné sans équivoque cette attaque horrible et sans précédent ».

« Rien ne peut justifier le meurtre, les blessures et l’enlèvement délibérés de civils, ni le lancement de roquettes contre des cibles civiles », a-t-il déclaré.

Mais sa contextualisation de l’attaque a suscité un tollé en Israël. Il est important, a déclaré António Guterres, de reconnaître que « les attaques du Hamas ne se sont pas produites en vase clos ».

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations Unies, le mardi 24 octobre 2023.
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s’exprime lors d’une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations Unies, le mardi 24 octobre 2023.

Les frappes aériennes israéliennes touchent des cibles en Syrie

Des frappes israéliennes ont touché mercredi plusieurs sites militaires dans le sud de la Syrie, tuant huit soldats et en blessant sept autres, selon les médias officiels.

Les frappes aériennes ont ciblé la campagne de Daraa pendant la nuit et provenaient du plateau du Golan syrien occupé par Israël, a indiqué l’agence de presse officielle SANA, citant des responsables militaires.

L’armée israélienne a déclaré dans un message sur X que ses avions de combat avaient frappé « des infrastructures militaires et des lanceurs de mortiers » de l’armée syrienne « en réponse aux tirs de roquettes depuis la Syrie vers Israël hier ».

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, les tensions se sont accrues dans la région.

Israël aurait mené plusieurs frappes en Syrie, dont deux contre l’aéroport de Damas et trois contre l’aéroport d’Alep, les mettant hors service.

Israël a ciblé des aéroports et des ports maritimes dans les régions syriennes contrôlées par le gouvernement, dans le but apparent d’empêcher les expéditions d’armes d’Iran vers des groupes militants soutenus par Téhéran, notamment le Hezbollah libanais.

« Devoir collectif d’arrêter l’effusion de sang », déclare le ministre palestinien des Affaires étrangères

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a appelé les dirigeants du monde entier lors d’une réunion de haut niveau de l’ONU « à mettre un terme aux massacres en cours, perpétrés délibérément, systématiquement et sauvagement par Israël ».

« Plus de 2 millions de Palestiniens sont en mission de survie chaque jour et chaque nuit », a-t-il ajouté.

En vertu du droit international, a déclaré al-Maliki, « il est de notre devoir humain collectif de mettre fin » aux attaques et aux effusions de sang israéliennes.

Israël, pour sa part, s’est engagé à détruire le Hamas, rejetant les appels à un cessez-le-feu de l’ONU, des Palestiniens et de nombreux pays.

Il a déclaré que la guerre à Gaza n’était pas simplement la sienne mais « la guerre du monde libre ».

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, a également rejeté les appels à la « proportionnalité » dans la réponse du pays aux attaques surprise du Hamas le 7 octobre, qui ont tué 1 400 personnes.

Depuis, plus de 5 700 Palestiniens ont été tués à Gaza, selon le ministère de la Santé.

Cohen a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que la réponse proportionnée à l’attaque du groupe militant contre le sud d’Israël est « une destruction totale du dernier Hamas », qualifiant le groupe extrémiste de « nouveaux nazis ».

« Israël n’a pas seulement le droit de détruire le Hamas. C’est notre devoir», a-t-il déclaré.

L’UNRWA annonce que ses opérations seront interrompues mercredi soir en raison du manque de carburant

L’agence des Nations Unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens a averti hier soir qu’elle serait contrainte d’arrêter ses opérations à Gaza en raison d’un manque de carburant mercredi soir.

En réponse, l’armée israélienne a publié une photo de ce qu’elle prétend être des réservoirs de carburant à l’intérieur de Gaza.

« Ils contiennent plus de 500 000 litres de carburant », peut-on lire. « Demandez au Hamas si vous pouvez en avoir. »

Le directeur général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, avait déjà prévenu dimanche que le carburant de l’organisation serait épuisé mercredi.

« Sans carburant, il n’y aura pas d’eau, pas d’hôpitaux et de boulangeries fonctionnels. Sans carburant, l’aide ne parviendra pas à ceux qui en ont désespérément besoin. Sans carburant, il n’y aura pas d’aide humanitaire. Aucun carburant n’étranglera davantage les enfants, les femmes et la population de Gaza », a-t-il déclaré.

Des avions de combat américains arrivent au Moyen-Orient

Le 119e Escadron de chasse expéditionnaire de la Garde nationale aérienne du New Jersey est arrivé mardi au Moyen-Orient, a annoncé le secrétaire de presse du Pentagone, le brigadier. Le général Pat Ryder a déclaré aux journalistes.

L’escadron dispose d’avions de combat F-16, et les responsables n’ont pas voulu dire exactement où ils sont allés.

Ryder a également déclaré que les États-Unis se préparaient à une augmentation de la violence, soulignant qu’il y avait déjà eu au moins 13 attaques contre des troupes et des installations en Irak et en Syrie.

« Ce que nous constatons, c’est la perspective d’une escalade plus significative contre les forces et le personnel américains dans la région à très court terme, de la part des forces mandatées par l’Iran et, à terme, de l’Iran », a-t-il déclaré lors d’un briefing du Pentagone.

Laisser un commentaire

vingt + onze =